> AGENDA > Prochaines manifestations > "Voir grand pour les petits", Rencontre en ligne du SNUipp le 1er juin (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Voir grand pour les petits", Rencontre en ligne du SNUipp le 1er juin 2021

29 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir grand pour les petits !
C’est sur le devenir de la maternelle que porteront cette fois les rencontres en ligne du SNUipp afin de réunir pour une journée de colloque le 1er juin prochain, celles et ceux qui la pratiquent au quotidien. Au programme des interventions de chercheurs et chercheuses et des ateliers participatifs. Les inscriptions sont ouvertes.

S’inscrire à la journée

Le devenir de l’école première ne peut se définir sans les pédagogues, les partenaires de l’école, la recherche pluraliste. Aussi le SNUipp-FSU a souhaité les réunir en colloque pour affirmer des choix collectifs en faveur d’un métier enseignant de conception et d’une école première émancipatrice. Un large plateau de chercheurs et chercheuses viendront intervenir sur une table ronde matinale autour de la question « quels choix pour l’école maternelle ? » et ce sont deux ateliers participatifs de réflexions didactiques et pédagogiques qui seront animés l’après-midi par d’autres.

Le programme complet

La maternelle mérite mieux
Alors qu’un consensus pédagogique avait participé à la genèse du programme 2015, le ministère engage sa révision, sans consultation élargie, ni recherche du consensus. L’équilibre des missions de la maternelle est remis en cause au profit de la préparation du CP et de ses tests d’entrée. L’anticipation précoce d’apprentissages formels est renforcée autour des « fondamentaux », au prix du renforcement des inégalités scolaires.
Pourtant, l’école maternelle est perçue comme une grande réussite du système éducatif français. Plébiscitée par les familles, elle accueille, avec bienveillance et exigence, les enfants, tous considérés comme également capables, en tant qu’élèves, en devenir. Car on ne nait pas élève, on le devient. On apprend l’école, en apprenant à l’école, ensemble. Espace spécifique d’ouverture au monde, elle porte l’ambition d’apprentissages fondateurs d’une culture commune pour toutes et tous. Avec toute l’expertise professionnelle de ses équipes pédagogiques, elle suscite le plaisir d’apprendre, à travers le jeu, la communication langagière, les expériences sensorielles, sociales, motrices, artistiques qui libèrent l’imaginaire et structurent la pensée.

Extrait de snuipp.fr du 16.04.21

Intervenants
Table ronde : « Quels choix pour l’école maternelle ? »

Christophe Joigneaux
« Evolution de l’école maternelle et construction des
inégalités scolaire »
Maitre de conférence à en sciences de l’Éducation à l’UPEC (Université de ParisEst Créteil), formateur à l’INSPE de Créteil.
Ses travaux portent sur l’évolution des missions dévolues à l’école maternelle,
notamment par l’étude de ses orientations et programmes successifs depuis sa
seconde création, en 1881. Cette mise en perspective historique permet de mieux
cerner comment la pluralité de ces missions et les tensions pédagogiques qui en
résultent peuvent avoir des effets inégalitaires quand, dans le même temps, les
enseignantes et enseignants sont privés des moyens d’y faire face.

Anne Clerc-Georgy
« (Re)définir les apprentissages fondamentaux : le rôle du
jeu »
Professeure à la HEP du canton de Vaud en Suisse. Elle est membre du
laboratoire Lausannois Lesson Study (3LS) et du groupe d’Intervention et
de Recherche sur les Apprentissages Fondamentaux (GIRAF).
Ses recherches portent sur la formation des enseignantes et enseignants et sur
l’enseignement-apprentissage dans les premiers degrés de la scolarité. Ses
propositions pédagogiques replacent le jeu spontané des élèves au centre des
apprentissages réellement fondamentaux qu’ils doivent réaliser à l’école.

Sylvie Cèbe
« Comprendre des textes complexes à la maternelle »
Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’ESPE ClermontAuvergne et membre du laboratoire ACTé.
Son activité de recherche vise à cerner les caractéristiques des pratiques
pédagogiques les plus capables d’aider les élèves les moins performants à
acquérir les compétences qui sous-tendent la réussite scolaire et, plus
particulièrement, la compréhension en lecture. C’est parce que dès la maternelle
les enfants sont capables de comprendre des textes complexes que Sylvie Cèbe a
développé Narramus, avec des enseignantes, dans une démarche collaborative de
recherche-action.

14h-16h20
Ateliers participatifs :
« L’évaluation positive : valoriser les progrès pour aider à comprendre et à
apprendre »
Avec Sylvie Plane
Professeure émérite de sciences du langage - Sorbonne Université –
Ancienne vice-présidente du CSP.
Pratique instaurée en 2015, l’évaluation positive est fondée sur
l’observation attentive et continue des élèves en train d’apprendre. Tout en
valorisant le cheminement de l’élève, elle soutient l’activité enseignante, sans
visée prédictive, ni sélective. Comment la mettre en œuvre et la valoriser ?
« Agir et s’exprimer avec le corps pour entrer dans la pensée »

Avec Patrick Lamouroux
Professeur et formateur en EPS - Membre du groupe d’experts chargé de la
rédaction du projet de programme de 2015.
La pratique quotidienne d’activités physiques et artistiques
contribue au développement moteur, sensoriel, affectif, social des élèves. Elle
favorise la coopération et contribue à la socialisation. Mais elle participe
également de la construction des savoirs quand le passage du « faire » à « penser
le faire » est assuré. Comment s’y prendre ?

Répondre à cet article