> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > VIE SCOLAIRE (Climat, Décrochage, Internats, Milieu rural, Pauvreté, Rythmes, (...) > INTERNATS > Internats (Etudes et Rapports officiels) > Pierre Merle (IUFM de Bretagne) analyse "les effets de pairs négatifs" des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pierre Merle (IUFM de Bretagne) analyse "les effets de pairs négatifs" des internats d’excellence

6 septembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Certes, il est prévu, à terme, de créer 20 000 places. Effectif important, qui représenterait toutefois à peine plus de 3 % des élèves scolarisés dans l’éducation prioritaire...

Pour autant qu’un tel projet serait mené à bien, une limite centrale des internats d’excellence tient à ce que ceux-ci aboutissent à proposer aux élèves les plus motivés de quitter leurs établissements populaires sans se préoccuper des conséquences négatives pour la grande masse des élèves restant dans leur établissement d’origine. La réussite éventuelle des élèves bénéficiant des internats d’excellence tient notamment à un "effet de pairs", à la proximité d’élèves de bon niveau scolarisés dans de meilleurs établissements.

La contrepartie du retrait des bons élèves des établissements défavorisés est l’existence d’un effet de pairs négatif pour les autres élèves privés de la présence des élèves motivés scolarisés ailleurs. Les progrès de quelques-uns sont obtenus au détriment du plus grand nombre. Est-ce là une façon de proposer une dynamique espoir banlieues ?

Extrait de lemonde.fr du 06.09.11 : Bilan scolaire globalement négatif

Répondre à cet article