> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Laïcité > Laïcité (Textes et Déclarations officielles) > Gérald Darmanin souhaite que l’enseignement de l’arabe à l’école soit développé (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Gérald Darmanin souhaite que l’enseignement de l’arabe à l’école soit développé "dans un cadre laïque et républicain". De nouvelles polémiques

7 octobre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 08.10.20

« Le refus de l’enseignement de l’arabe : un surmoi raciste ». Vraiment ?

C’est du moins ce qu’a suggéré Gérald Darmanin dans le JDD du 4 octobre : « Nous avons besoin de jeunes Français qui parlent l’arabe. L’enseigner à l’école, c’est aussi un moyen de réduire le pouvoir des religieux. Ceux qui dénoncent cette mesure feraient bien de réfléchir... ou alors ont-ils un surmoi raciste ».

[...] Or le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin doit bien connaître le sujet car il côtoie des dirigeants qui se sont distingués en la matière.

A commencer par le ministre actuel de "l’Economie, des Finances et de la Relance" Bruno Le Maire. Lors de la primaire de la droite pour l’élection présidentielle, Bruno Le Maire a tenté de se distinguer par un discours sur la ’’reconquête éducative" avec une incise sur l’enseignement de la langue arabe très incisive : « Au lieu de défendre et de valoriser ce que nous aimons, notre culture, notre langue, notre histoire, nous avons lâché du terrain à ceux qui ne nous aiment pas […]. Comment reprendre la main ? Par la reconquête éducative [...]. En France, notre langue fait notre nation : on apprend donc le français au CP, pas la langue arabe Par quelle lâcheté avons-nous abandonné ces valeurs qui font notre honneur » Et le "petit inconscient" de Bruno Le Maire est toujours là, en bon collègue de gouvernement...

Mais que dire aussi d’Annie Génevard ? Elle s’est particulièrement distinguée en la matière lorsque Najat Vallaud-Belkacem a initié en mai 2016 la politique de « requalification des enseignements de langue et de culture d’origine (Elco) en cours de langues étrangères » ; une politique qui a été finalement reprise avec quelque retard par le président de la République Emmanuel Macron, et soutenue dans les termes que l’on sait par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dimanche dernier.

La députée LR Annie Génevard était alors intervenue à l’Assemblée nationale le 24 mai 2016 dans des termes caractéristiques : « Vous introduisez officiellement l’étude de la langue arabe dans le programme national […]. L’urgence commande que notre culture, pour être mieux partagée, s’affirme avec son mode de vie, son histoire et sa langue. Ne croyez-vous pas que l’introduction de langues communautaires dans les programmes scolaires encouragera le communautarisme qui mine la cohésion nationale ? »

Extrait de mediapart.fr du 08.10.20

&nbsp

Gérald Darmanin souhaite un renforcement de l’enseignement de l’arabe à l’école

[...] Sur Europe 1, Gérald Darmanin a salué un "discours équilibré, républicain, français" ainsi que le "courage" du président de la République qui s’est emparé d’un "problème" qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait abordé. Il est allé plus loin dans le JDD et a proposé de renforcer l’apprentissage de l’arabe à l’école, y voyant là aussi un moyen d’enrayer le séparatisme.

Un cadre laïque et républicain
Le ministre de l’Intérieur a déploré le fait que la cinquième langue la plus parlée dans le monde soit enseignée dans les mosquées avant tout. Il a insisté sur la nécessité d’apporter un cadre laïque et républicain à l’apprentissage de cette langue, s’appuyant sur son expérience pour illustrer son propos.

Extrait de ladepeche.fr du 04.10.20

 

Comment le gouvernement justifie l’introduction de l’arabe à l’école
Alors que droite et extrême droite hurlent au scandale, le gouvernement estime qu’il s’agit d’une question de bon sens dans la lutte contre l’islamisme.

Extrait de huffingtonpost.fr du

 

Enseignement de l’arabe à l’école : cinq questions sur une polémique
Pour Gérald Darmanin, il pourrait « réduire le pouvoir des religieux ». Mais l’éventuel renforcement de l’arabe à l’école est suspecté par la droite de nourrir le communautarisme.

Il défend une proposition « républicaine » et « courageuse ». En vantant les bienfaits d’un éventuel renforcement de l’apprentissage de l’arabe à l’école, Gérald Darmanin a mis, dimanche, le doigt sur un sujet explosif. Qui ne concerne, pourtant, qu’une petite minorité d’élèves en France.

Extrait de Le Parisien.fr du 06.10.20

 

Déja en 2016

Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
Antidote n° 20, par Françoise Lorcerie

L’enseignement de la langue arabe en France a fait l’objet d’une vive polémique au printemps 2016. Il n’y a pourtant rien de nouveau à cet enseignement, très ancien en France. Sur cette question, il semblerait bien que les peurs l’emportent sur les mensonges.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com de 2016

Répondre à cet article