Favoriser la mixité sociale dans 5 collèges à Nancy. Une affaire sensible, politique et technique. Un reportage du Café pédagogique.

24 janvier 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Reportage : Quel avenir pour la mixité sociale à Nancy ?

Comment en finir avec les collèges ghettos et favoriser la mixité sociale dans les établissements ? Encouragées par la ministre Najat Vallaud-Belkacem, plusieurs académies ont lancé des projets. A Nancy, cinq collèges sont impliqués. Où l’on mesure toute la complexité pour faire bouger les choses. Et le temps qu’il faudra pour que ça change... à condition que l’on poursuive et que l’on ne revienne pas en arrière. Reportage.

Pour parler des dispositifs de mixité sociale à Nancy, l’inspecteur d’académie de Meurthe-et-Moselle Jean-Luc Strugarek a convié dans ses locaux les principaux des cinq collèges concernés – Claude Le Lorrain, Alfred Mézières, Guynemer, Chopin (il s’agit d’une cité scolaire) et la Craffe. Leur succèderont autour de la table, le directeur de l’éducation du département et le vice-président du conseil départemental. Et enfin les délégués des parents d’élèves des deux principales fédérations, FCPE et PEEP, siégeant au CDEN (conseil départemental de l’éducation nationale) .

Comprenez : la mixité sociale est une affaire sérieuse et hautement inflammable - les parents y sont extrêmement sensibles. Elle est aussi très politique - rien ne peut se faire sans les responsables locaux qui gèrent la sectorisation des écoles et ne veulent pas heurter leurs administrés-électeurs. Elle est enfin une affaire technique - d’affectation, de flux d’élèves, de carte d’options, etc.

On va tenter ici de faire simple.

Pour arriver à davantage de mixité dans les collèges trop homogènes, Nancy joue sur les trois leviers possibles :
- la création d’un secteur multicollège qui permet de répartir les élèves de façon à rééquilibrer le profil social des établissements,
- le changement de l’offre éducative afin de rendre plus attractif un collège souffrant d’une mauvaise réputation,
- enfin une plus grande mixité à l’intérieur même des établissements, en mettant fin par exemple aux classes "d’élite" où, grâce à un jeu d’options, se retrouvent les élèves les plus favorisés.
[...]

Extrait de cafepedagogique.net du 23.01.17 : Reportage : Quel avenir pour la mixité sociale à Nancy ?

 

Répondre à cet article