> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (EAC, Vidéo) > Lutter contre le décrochage scolaire en musique avec les classes orchestres (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lutter contre le décrochage scolaire en musique avec les classes orchestres organisées par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise

4 août 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Résumé : Les classes orchestres organisées par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise donnent l’opportunité à des jeunes non musiciens et souvent issus de milieux défavorisés de pratiquer un instrument de musique, de leur entrée en 5ème à leur sortie du collège en 3ème.

Extrait de resolis.org du : Lutter contre le décrochage scolaire en musique à Cergy-Pontoise

 

ORIGINES ET CONTEXTE DU PROGRAMME
A l’origine du projet réside une réelle volonté d’améliorer l’environnement scolaire dans les collèges et de proposer une action qui puisse prévenir le décrochage. La ville de Cergy avait déjà mis en place des classes orchestres auparavant mais le format n’était pas exactement le même. L’idée était de reprendre ce concept original, de le développer et de l’étendre à l’agglomération de Cergy-Pontoise.

OBJECTIFS DU PROGRAMME
- Favoriser l’accès à la culture et aux loisirs
- Favoriser la réussite éducative
- Responsabiliser les élèves et leur donner confiance en eux

ACTIONS MISES EN OEUVRE
- Le dispositif accueille un groupe d’élèves non musiciens, de la classe de 5ème à leur sortie du collège en 3ème. Un instrument de musique est confié à chaque élève pour toute la durée du suivi. Les élèves suivent 2h de cours de musique par semaine : une heure de technique instrumentale en cours collectif avec les professeurs d’instruments et une heure d’orchestre avec un chef d’orchestre. Le professeur
d’éducation musicale est l’interlocuteur du chef d’orchestre et l’interface entre le chef d’orchestre et le collège, c’est lui qui permet de faire le lien.
- Les élèves concernés par le dispositif sont issus des quartiers prioritaires de la ville, de façon à toucher des familles qui ne fréquenteraient jamais spontanément une école de musique ou une salle de concert classique.

RESULTATS ET IMPACTS, QUANTITATIFS ET QUALITATIFS, DES ACTIONS
MISES EN OEUVRE
- Plusieurs outils : un questionnaire de satisfaction remis aux élèves et aux parents, une concertation pédagogique avec la communauté éducative du collège.
- La pratique d’un instrument permet aux élèves de reprendre confiance en eux. Ils se sentent valorisés, notamment lors des représentations publiques

ORIGINALITE DU PROGRAMME
C’est souvent l’approche scolaire qui est privilégiée pour lutter contre le décrochage scolaire. Pourtant, il peut être plus facile de raccrocher des élèves par le biais de la culture et des loisirs. L’école retrouve sa raison d’être en créant les conditions du plaisir d’apprendre et la musique est dans ce contexte facteur d’accrochage.

PARTENARIAT(S) DEVELOPPE(S) DANS LE CADRE DU PROGRAMME
- Les collèges
- Le Conservatoire
- La Ville

RETOUR D’EXPERIENCE
Difficultés et/ou obstacles rencontres durant la mise en oeuvre du programme :
- Difficulté à évaluer le coût réel de l’intervention
- Trouver un parc d’instruments de musique : ce sont les collèges qui doivent prendre en charge l’acquisition du parc à instruments.
- Difficulté d’organisation / de coordination

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :
- Le Conservatoire s’est doté d’un coordinateur pour faciliter les échanges avec les enseignants de musique et les élèves.
- Plusieurs pistes sont possibles pour l’acquisition du parc : démarche conjointe pour les collèges présents sur une même ville, associer le Conseil départemental, utiliser le mécénat, le rectorat etc.

Améliorations futures possibles :
- Mobiliser un nouveau public en organisant plusieurs concerts
- Réfléchir au lien inter-degré, pour que les élèves puissent continuer leur pratique instrumentale une fois au lycée.

Présentation des facteurs de reussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :
- Des élèves volontaires et motivés : c’est la condition la plus importante pour la réussite de l’action. Les élèves vont être amenés à s’engager sur 3 ans, ils ne doivent pas prendre cette décision à la légère.
- Définir le profil des élèves concernés : il s’agit de cibler des élèves non musiciens, issus des catégories socio-professionnelles défavorisées et volontaires. Il ne faut cependant pas s’interdire complètement d’accepter des élèves musiciens, dont la présence pourrait être dynamisante pour le groupe.
- Une volonté de travailler ensemble pour que le partenariat réussisse

La fiche complète

Répondre à cet article