> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > EDUC. PRIOR. (Formation(s), Actes) > EDUC. PRIOR. (Actes et Productions OZP) > Journée OZP 2016. Education prioritaire : conforter la mémoire de ce qui a (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2016. Education prioritaire : conforter la mémoire de ce qui a été fait, constituer un vivier de personnes ressources pour l’avenir (par Arnold Bac)

9 juin 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Education prioritaire : conforter la mémoire de ce qui a été fait, constituer un vivier de personnes ressources pour l’avenir (OZP)

Le 1er juillet 1981, paraissait, sous la signature d’Alain Savary, la circulaire fondatrice de la politique d’éducation prioritaire en France. Trente-cinq ans plus tard, le 1er juillet 2016, Paris-VIII et les Archives nationales organisent une journée d’études, "35 ans d’éducation prioritaire : histoire(s) et mémoire(s) pour demain" qui s’inscrira dans le cadre d’un programme qui vise à l’inventaire et au versement de fonds d’archives, publics ou privés, et à la réalisation d’un "Guide des sources de l’éducation prioritaire en France", numérique, accessible en ligne gratuitement, et évolutif. C’est ce samedi 28 mai, au cours de la journée nationale annuelle de l’OZP (Observatoire des zones prioritaires), que l’universitaire Jean-Yves Rochex a annoncé de cet évènement.

Cette journée nationale, dont le thème était "L’éducation prioritaire deux ans après la refondation", a, elle aussi, traité de cette question de la mémoire et de la transmission mais dans le cadre de chacun des territoires de l’éducation prioritaire. Par la mémoire et la transmission par l’écrit, on peut, en effet, prévenir les aléas des conséquences possibles non seulement d’éventuels changements d’orientation politique au plan national mais aussi de changements de personnes sur des fonctions aussi centrales que celles de professeurs référents dans les réseaux d’éducation prioritaire.

Des fonctions qui demeurent floues pour certains

Fonctions dont la pérennité n’est pas toujours évidente pour ceux qui considèrent qu’elles pourraient être partagées au sein des équipes. Car, souvent pour les mêmes, ces fonctions demeurent floues, prenant place quelque part entre la classe et l’encadrement. Il est vrai que lorsque ces professeurs référents posent la question du déroulement de leur carrière, on leur propose de passer les concours de l’Education nationale.

La situation des professeurs référents se situe dans la problématique de l’intermétier des métiers qui concerne également les formateurs et les coordonnateurs de l’éducation prioritaire dont la situation, elle, et pour les deux fonctions, semble mieux confortée. Marc Bablet, chef du bureau de l’éducation prioritaire au ministère de l’éducation nationale, annonce que 150 coordonnateurs vont être réunis dans le cadre du plan national de formation (PNF) pour travailler sur la définition de leurs missions.

Un capital d’ingénierie éducative

La constitution de collectifs de réflexion et d’échange, un accompagnement hiérarchique qui donne des orientations, des points réguliers avec cette hiérarchie, l’élaboration de lettres de mission, un climat de confiance sont des moyens à mettre en œuvre pour conforter les acteurs de l’intermétier et selon Marc Douaire, président de l’OZP, c’est un capital d’ingénierie éducative qui est ainsi constitué.

Cette journée a aussi été l’occasion d’affirmer qu’en éducation prioritaire, la réforme des collèges ne soulevait pas de problèmes, tant pour la mise en place du cycle 3 (CM1, CM2, 6ème) que pour celle des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Arnold Bac

Extrait de touteduc.fr du 29.06.16 : Education prioritaire : conforter la mémoire de ce qui a été fait, constituer un vivier de personnes ressources pour l’avenir (OZP)

 

Lire les autres comptes rendus de la Journée OZP du 28 mai 2016

Répondre à cet article