> POLITIQUE DE LA VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > Ecole ouverte (collège et lycée) > Dans le bulletin du Val-de-Marne, deux dossiers sur l’Ecole ouverte et sur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans le bulletin du Val-de-Marne, deux dossiers sur l’Ecole ouverte et sur les jardins pédagogiques dans les collèges du département. La ministre en visite à l’ecole ouverte de Cateau (Nord)

4 août 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 20.08.15

La nouvelle est tombée en fin d’après-midi ce mercredi : la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem se rendra ce vendredi au collège Jean-Rostand du Cateau pour y faire la promotion de « l’école ouverte ».

Extrait de lavoixdunord.fr du 19.08.15 : Najat Vallaud-Belkacem a Cateau ce vendredi

 

Extrait de Val-de-Marne, bulletin du département, juillet-août 2015

p. 12-13 du PDF
POUR L’ÉTÉ : Ecole ouverte
Treize collèges val-de-marnais ouvriront cet été leurs portes pour accueillir des jeunes qui ne partent pas ou peu en vacances. Ils participent au dispositif École ouverte mis en place par l’Éducation nationale.
Les enfants vivant dans des contextes économiques et sociaux difficiles, et qui fréquentent peu - ou pas - les structures de loisirs, se voient proposer des activités culturelles et sportives.

François Sparagano, principal du collège Jean-Macé à Fontenay-sous-Bois, leur ouvrira l’établissement la première semaine des vacances de juillet et la dernière semaine d’août pour y proposer huit ateliers culturels. Les élèves pourront, par exemple, s’initier à l’art oral, à la cuisine moléculaire et au minigolf. « Ils sont encadrés par des représentants de la direction de l’établissement, des professeurs volontaires et des intervenants extérieurs », explique François Sparagano.

Ce dispositif permet de diminuer le temps d’inactivité des jeunes
l’été mais vise aussi à renforcer les liaisons école-collège. « Nous accueillons aussi des classes de CM2 avec leur professeur, poursuit le principal.
Pendant une semaine, ils bénéficient d’une remise à niveau le matin et participent aux ateliers l’après-midi. » L’occasion pour eux de mettre un premier pied dans leur collège et préparer en douceur la rentrée. S.C.
PLUS D’INFORMATIONS

 

Ci-dessous, extrait de la page 32
À l’entrée du collège Jules-Vallès à Vitry-sur-Seine, juste avant de pénétrer dans la cour de récréation, un petit paradis de verdure et de senteurs est investi chaque mercredi entre 12 h 30 et 13 h 30 par une dizaine d’élèves. « Vient qui
veut, lance Ahmed Hamrouni, professeur de science et vie de la Terre (SVT), qui a repris le projet depuis son arrivée, il y a 6 ans. Chacun sera récompensé en fonction de la régularité de son investissement : ça serait trop facile de ne venir que pour la récolte ! » Et il y a de quoi faire des envieux : fruits, légumes, herbes aromatiques, etc. Les collégiens en raffolent, mais c’est du travail ! « Enlevez ce qui n’est pas de la salade, faites un petit tas et mettez-le dans le compost ! » Martin et Chayanne suivent les instructions. « Où met-on les limaces ? », demande Brice qui cherche éperdument un bout de bois pour ramasser l’intruse parce que « ça colle ça ! » Ici, on respecte la faune et la flore, même si les limaces grignotent les salades. La question des parasites a été abordée l’an dernier dès que les framboises
encore jaunes ont été dévorées par un vers.
Cette année, le piège naturel a fonctionné et les framboises sont délicieuses !

MISE EN PRATIQUE
Des élèves spectateurs s’amassent derrière la barrière. « Après le passage en 4e, ils ne viennent plus », constate Ahmed Hamrouni.
Une réalité qui frappe aussi Béatrice Hollande, accompagnatrice des jardins pédagogiques à la direction des Espaces verts et du Paysage (DEVP) : « Les jeunes sont déconnectés de la nature, ils ont peur de toutes les petites bêtes, ne veulent pas se salir, constate-t-elle. Alors, si on peut les ouvrir à cet univers pendant au moins deux années, c’est gagné ! »
D’autant que cette mise en pratique correspond au programme de SVT des 6e et 5e.
Mais « c’est difficile pour les enseignants, reconnait Béatrice Hollande, qui participe à la préparation des carrés pédagogiques
avec les équipes de la DEVP. Cela demande un investissement très important. »
Pour reconnaître leurs efforts, deux Labels existent : « Éco-école » délivré par l’office français de la Fondation pour l’éducation à l’environnement en Europe, et E3D, remis par l’Éducation nationale. Dans le Val-de-Marne, trois collèges ont le label Éco-école, quatre sont en pleine démarche, dont Jules-Vallès.

La véritable satisfaction des élèves et des enseignants se trouve dans le résultat immédiat de leur travail : la récolte. À Jules- Vallès, on est méticuleux sur le partage.

Illyès demande du Romarin. C’est un fin commerçant : il le troque avec la boulangère pour quelques sacs de bonbons. « Elle fait des pizzas avec ! », explique-t-il. Nessim, lui, ramène le céleri à sa mère pour la chorba, soupe traditionnelle algérienne. Le seul fruit qui ne sort jamais indemne du jardin, c’est la fraise. Mangés sur place, échangés ou rapportés à la maison : les jeunes réalisent vite qu’indéniablement, les produits de la
nature ont une grande valeur et que cette Dame mérite tout notre respect. ■

Une quarantaine de jardins pédagogiques sont disséminés dans les collèges du département. À Jules-Vallès, à Vitry, le potager est une ouverture sur la biodiversité.

Extrait de valdemarne.fr de juillet-août 2015 : Dossier P.26 à 33
Des jardins à PARTAGER

Répondre à cet article