> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > CLIMAT SCOLAIRE > Climat (Communication officielle) > Najat Vallaud-Belkacem relance l’action contre le harcèlement (dossier de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Najat Vallaud-Belkacem relance l’action contre le harcèlement (dossier de presse)." Le phénomène du harcèlement est largement transsocial et n’est pas réservé à une catégorie d’établissements" (Debarbieux, 2011)

7 février 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a dressé un bilan des actions menées entre 2012 et 2014 pour lutter contre le harcèlement à l’école. De nouvelles initiatives seront mises en place en 2015 et 2016 pour renforcer la sensibilisation, la formation et la prise en charge.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Agir contre le harcèlement
L’action contre le harcèlement à l’École
un enjeu éducatif majeur : définition du harcèlement à l’école
Les chiffres du harcèlement en milieu scolaire
Le harcèlement inscrit dans la loi de refondation de l’École de la République
L’action du ministère de l’Éducation nationale de 2012 à 2014
Les acteurs et les partenaires de la lutte contre le harcèlement
Le harcèlement moral reconnu comme un délit
La politique mise en œuvre en 2013 et 2014 au niveau national, dans les académies et les établissements scolaires
Les 4 axes du plan de prévention du harcèlement et de la campagne lancée le 26 novembre 2013 : sensibiliser, prévenir, former, prendre en charge
Bilan 2014 de la plateforme nationale "stop harcèlement"
Que faire face à une situation de harcèlement ?
Le bilan des actions mises en oeuvre : enquête Orchestra
Méthodologie
Résultats : sensibiliser, prévenir, former, prendre en charge
Une méthode pour agir sur le harcèlement : l’amélioration du climat scolaire
Associer le plus largement possible en interne
Créer des partenariats en dehors de l’école
Agir concrètement à tous les niveaux dans l’Éducation nationale
De nouvelles initiatives pour l’Éducation nationale en 2015 et 2016

 

Extrait
Un enjeu éducatif majeur : définition du harcèlement à l’école
Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre.
Lorsqu’un enfant est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement.

Les trois caractéristiques du harcèlement en milieu scolaire :
la violence : c’est un rapport de force et de domination entre un ou plusieurs élèves et une ou plusieurs victimes
la répétitivité : il s’agit d’agressions qui se répètent régulièrement durant une longue période
l’isolement de la victime : la victime est souvent isolée, plus petite, faible physiquement, et dans l’incapacité de se défendre

Les risques de harcèlement sont plus grands en fin d’école primaire et au collège.

Le harcèlement est un phénomène de groupe qui réunit toujours plusieurs acteurs : la victime, son ou ses agresseurs et les témoins. Cette relation triangulaire entre victime, agresseur(s) et témoins est centrale dans le maintien du harcèlement :
le(s) harceleur(s), parvenant à faire de ses camarades témoins les complices de ses actes, installent une relation de domination collective sur la victime
la victime, ne trouvant ni défense ni empathie chez ses pairs, s’enferme très souvent dans l’isolement
les témoins, en soutenant, encourageant ou faisant semblant d’ignorer le harcèlement, renforcent la violence du harceleur

L’usage des nouvelles technologies peut favoriser, accroître ou induire des situations de cyberharcèlement.

La prévention et la lutte contre le harcèlement dans les écoles et les établissements scolaires du second degré constituent un enjeu éducatif majeur : être victime ou auteur de harcèlement entre élèves peut provoquer des difficultés scolaires, de l’absentéisme, du décrochage scolaire, des troubles du métabolisme, des changements de comportement, des troubles anxio-dépressifs, voire des conduites suicidaires.
À long terme, chez les victimes et chez les auteurs, le harcèlement peut entraîner des troubles de la socialisation, des comportements dépressifs voire violents pouvant aller jusqu’au suicide. Même s’il n’y a pas de déterminisme, être auteur de harcèlement dans sa jeunesse augmente fortement les risques de violences intrafamiliales et de comportements délinquants. Il est indispensable de prendre en considération ce phénomène au plus tôt pour éviter ces conséquences graves.

Extrait de education.gouv.fr du 06.02.15 : Agir contre le harcèlement à l’école

 

Voir aussi

[...] Animée par Eric Debarbieux, délégué ministériel, la campagne contre le harcèlement se positionne donc au coeur de l’évolution de l’école en posant la question du climat scolaire. Depuis 2010 tout le travail d’Eric Debarbieux, à travers 4 ministres différents, a été déjà de faire émerger le concept du harcèlement dans un débat qui était dominé par la question de la violence scolaire et le sécuritaire. Il a fallu à peu près deux années à E Debarbieux pour faire passer l’idée que la vraie violence scolaire c’est le harcèlement, un travail de sape silencieux et quasi invisible qui détruit la relation à l’école et l’estime de soi.

Extrait de cafepedagogique.net du 06.02.15 : la ministre relance le plan contre le harcèlement

 

- Le Monde du 06.02.15 :Harcèlement scolaire : les élèves aussi peuvent agir

 

Et en éducation prioritaire ?

[...] On peut considérer que l’enquête SIVIS est nettement mieux renseignée en ce qui concerne la violence exercée contre les personnels que celle exercée contre les élèves. Or le SIVIS relève une bonne tendance de cette inégalité sociale : la concentration relevée sur une minorité de collèges presque tous situés en éducation prioritaire est une concentration de violences tournées vers les adultes et témoigne des difficultés d’une partie des collèges avec une partie des classes populaires.

Il n’empêche que, pour les violences ordinaires liées au harcèlement, le phénomène apparaît largement transsocial et n’est pas réservé à une catégorie d’établissements et de zones urbaines. C’est certainement vrai avec le développement de la cyberviolence [happyslapping, moquerie ou harcèlement sur Internet et par SMS qui semble concerner environ 9% des élèves.]"

Publication par le MEN de deux enquêtes sur la sécurité dans les établissements. Eric Debarbieux analyse de façon fine et nuancée la question sensible de la violence dans les collèges en ZEP par rapport aux autres collèges

Répondre à cet article