> POSITIONS OZP > 2 - Toutes les prises de position de l’OZP > L’OZP reçu au cabinet de Benoît Hamon. Compte rendu de l’entretien

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’OZP reçu au cabinet de Benoît Hamon. Compte rendu de l’entretien

26 mai 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Entretien avec Eric Tournier,
conseiller au cabinet de Benoît Hamon
20 mai 2014

Une délégation du bureau de l’OZP (Marc Douaire, Jean-Claude Emin, François-Régis Guillaume) a été reçue à sa demande par Eric Tournier, conseiller au cabinet de Benoît Hamon le 20 mai 2014.

Eric Tournier nous confirme tout d’abord qu’il a bien en charge le dossier de l’éducation prioritaire (ainsi que le premier degré et les relations avec les IA/DASEN). Il fait partie du « pôle pédagogique » du cabinet, avec trois collègues respectivement chargés du second degré, de l’insertion professionnelle des jeunes et de la formation professionnelle initiale et continue.

Marc Douaire rappelle ce qu’est l’OZP (qu’EricTournier, qui a été en charge de l’éducation prioritaire lorsqu’il était IA adjoint dans un département, déclare bien connaître), et sa présence active dans le dossier de l’EP. Il indique rapidement quelques points forts de nos orientations :
- il faut conduire la refondation de l’EP à son terme, refondation qui ne prend tout son sens que dans une refondation d’ensemble de l’école ;
- nous avons d’autant plus apprécié la refondation annoncée par Vincent Peillon et pilotée par Jean-Paul Delahaye qu’« on revient de loin » (le candidat Sarkozy voulait « déposer le bilan » de l’EP et que, à l’issue de la concertation de l’automne 2012, François Hollande avait repris l’idée d’une « délabellisation » des ZEP). La confirmation de cette refondation par Benoît Hamon permet d’espérer – pour une fois – une continuité de la politique d’EP au cours d’une législature ;
- nous constatons énormément d’attentes sur le terrain et il est politiquement important de ne pas les décevoir.

Eric Tournier souligne que l’EP est un élément fort de la politique du ministre, qui est déjà intervenu plusieurs fois personnellement à ce sujet.
La circulaire de rentrée insiste sur la réduction des inégalités et sur l’EP. Elle est accompagnée d’une lettre – signée du ministre – « expliquant » la refondation de l’éducation prioritaire.

Il fait part d’interrogations sur la présence ou non des lycées en EP. Pour notre part, nous insistons sur le fait que les REP doivent concerner avant tout la scolarité obligatoire, c’est-à-dire les écoles et les collèges.

 

L’OZP présente les conclusions de notre journée nationale du 17 mai 2014 :
- la nécessité d’un pilotage fort à tous les niveaux, ce qui implique notamment de remobiliser les IEN, en lien avec la « recentration » sur le premier degré ;
- l’exigence de stages inter-degrés sur site, ce qui implique de travailler la cohérence 1er/2nd degré sur le terrain ;
- notamment dans l’utilisation du temps qui doit être consacré à la constitution et au renforcement de collectifs professionnels ;
- l’importance d’une reconnaissance des « exercices spécifiques » du métier en EP, qui doit se traduire par l’ouverture de perspectives professionnelles.

Il rappelle à ce sujet que notre enquête récente a fait ressortir l’urgence de permettre aux coordonnateurs de travailler à plein temps sur un seul réseau et de leur donner à tous la NBI prévue par les textes.

Il souligne également l’importance d’une relance des CAREP qui doivent apporter aux réseaux accompagnement et ressources et contribuer aux formations. La nécessité de (re)constituer un réseau de formateurs et d’« accompagnateurs » conduit Eric Tournier à préciser que le stage PNF, qui va concerner 90 formateurs, devrait être suivi par d’autres.

Enfin, l’OZP rappelle que nous souhaitons que des assises nationales permettent de faire un état de la refondation, de la rendre visible et d’envisager la « transférabilité » des premiers REP+ vers l’ensemble de l’EP. Une réunion nationale des coordonnateurs devrait être envisagée à court terme.

Dans la perspective de la rentrée 2015, il insiste sur la transparence et la lisibilité des critères qui permettront d’arrêter la nouvelle carte de l’EP.

 

Eric Tournier indique que le travail avec les académies s’engage à ce sujet : l’« indice social » (qui combine des proportions de boursiers, de PCS défavorisées, de retards à l’entrée en 6è et de parents en ZUS) sera utilisé pour sélectionner un millier de REP, dont quelque 350 REP+ (dont un nombre significatif sera situé dans les DOM).
Cette « carte » devrait être arrêtée en décembre/janvier, avant que les recteurs et les DASEN engagent la préparation de la carte scolaire. Une « clause de sauvegarde » permettrait de maintenir les indemnités des personnels dont les établissements ne seraient plus en REP ; ces personnels bénéficieraient également d’une priorité pour une réaffectation en REP.

Eric Tournier précise également les perspectives envisagées pour les affectations en EP :
- affectation sur profil pour les postes de responsables et les postes spécifiques (coordonnateurs, référents, ..)
- pour tous les autres postes, pas d’affectation sur profil, mais un examen des candidatures permettant d’écarter des candidats non motivés par l’exercice du métier en EP. Sous cette réserve, les affectations se feraient « au barème ».

En fin d’entretien, Eric Tournier indique qu’il souhaite rencontrer à nouveau l’OZP en début d’année scolaire prochaine.

 

Voir aussi
l’information reprise par le Café pédagogique du 27.05.14

Répondre à cet article