> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. et Numérique > La notation chiffrée le plus souvent abandonnée dans les écoles en ZEP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La notation chiffrée le plus souvent abandonnée dans les écoles en ZEP (rapport IGEN sur la notation)

15 octobre 2013

Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale [juillet 2013] explique que notre système de notation ne permet pas de savoir ce que maîtrisent les élèves ou de comparer les établissements entre eux.

Extrait de la-croix.com du 14.10.13 : Un rapport de l’éducation nationale critique les pratiques de notation des élèves

 

Le texte du rapport

 

Nous avons relevé dans le texte du rapport les passages concernant l’éducation prioritaire :

SOMMAIRE

Introduction
1. Les pratiques d’évaluation à l’école primaire
1.1. Des systèmes de « notation » différents selon les cycles et selon les fonctions de l’évaluation
1.1.1. Une modulation des systèmes et des démarches différentes d’un cycle à l’autre
1.1.2. Une modulation des systèmes de « notation » selon le type d’évaluation
1.2. Des dispositifs multiples et concomitants, manquant souvent d’unité
1.2.1. La notation chiffrée

[p. 8] À quelques exceptions près (5 départements sur 58), on ne relève aucune variation selon le type d’école ou selon l’implantation rurale ou urbaine des écoles. À l’inverse, il semble bien que dans les secteurs d’éducation prioritaire le recours à la notation chiffrée soit le plus souvent abandonné au profit d’appréciations littérales et de la validation « acquis / non acquis ».

[p. 16] Toutefois, concernant l’évaluation, les parents font majoritairement confiance aux enseignants. Bienveillants, à l’école primaire, ils acceptent les choix faits par les professeurs des écoles y compris lorsque ces choix varient entre un professeur et un autre au sein d’une même école. Cela est particulièrement vrai pour les parents des quartiers les plus défavorisés, notamment lorsqu’ils sont d’origine étrangère et maîtrisent peu la langue française. Ils ne se positionnent ni par rapport au dispositif d’évaluation, ni par rapport à la notation chiffrée en particulier, à quelques exceptions près.

1.2.2. Les appréciations littérales : une bonne intention parfois mal maîtrisée
1.2.3. Les codages : une grande diversité entraînant parfois de l’incohérence et un manque réel de lisibilité

[p. 13] Quelques départements (cinq) font remarquer que le recours aux notes serait plus courant dans les secteurs urbains favorisés que dans les secteurs défavorisés ou ruraux. L’enquête ne permet ni d’infirmer ni de confirmer cette caractéristique.
Aucune différence n’apparaît non plus entre écoles publiques et privées sous contrat.

2. Des pratiques innovantes d’évaluation au collège
2.1. L’état des lieux
2.1.1. Les motivations et démarches des équipes volontaires
2.1.2. Les effets constatés sur les pratiques pédagogiques
2.1.3. Les effets constatés sur les élèves
2.2. Les enjeux
2.2.1. Les résistances sociétales
2.2.2. Les limites liées aux questions statutaires et matérielles
2.2.3. Le pilotage de proximité
2.3. Un bilan contrasté
3. Quelques pratiques d’évaluation à l’étranger
3.1. Canada (Québec) (Annexe 3)
3.2. Corée du Sud (Annexe 4)
3.3. Finlande (Annexe 5)
3.4. Hong Kong (Annexe 6)
3.5. Pays-Bas (Annexe
3.6. Conclusions
Conclusions et recommandations

Annexe 1

[p.43] Variations éventuelles selon les caractéristiques des écoles : secteur rural ou
urbain, urbain en éducation prioritaire, taille des écoles (classe unique, plus de cinq classes…)

Répondre à cet article