> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2005 > août > 09/08/05 - L’inégalité pour l’égalité à l’école, selon Martine Aubry

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

09/08/05 - L’inégalité pour l’égalité à l’école, selon Martine Aubry

Autour d’une moblisation des acteurs, d’un projet éducatif et d’un travail en équipe en partenariat.

9 août 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site Réformer,le 09.08.05 : Face à la crise sociale, une alternative au libéralisme financier

(...)
Il faut instituer une politique résolument inégalitaire pour conquérir l’égalité.

Vouloir l’égalité réelle exige que l’action inégalitaire, dans les moyens, mais aussi dans les pratiques pédagogiques, devienne la règle partout où elle sera jugée indispensable.

Mais l’égalité devant la réussite nécessite aussi sur certains territoires particulièrement ciblés, que l’effort d’éducation mobilise tous les acteurs. Sur ces territoires, il faut appliquer, en plus de la répartition inégalitaire des moyens, une véritable action prioritaire qui mobilise l’ensemble des responsables politiques, associatifs, autour d’un véritable projet éducatif global bâti autour de l’école.
Dans ce cas, c’est un réel partenariat qu’il faut bâtir entre les équipes éducatives, les travailleurs sociaux, les professionnels du logement, les psychologues, les médecins, afin que toute l’action publique se concentre sur cet effort éducatif.
Cette politique prioritaire restera nécessaire tant que ces ghettos urbains subsisteront. C’est dire qu’il ne peut pas y avoir de politique éducative permettant la réussite pour tous sans une politique de la ville volontariste. Ces territoires ne peuvent pas se multiplier au gré des revendications des uns ou des autres, au risque de diluer la notion même de politique prioritaire.

Ce traitement inégalitaire doit s’appliquer dans les trois « moments » du parcours éducatif qui doivent faire l’objet d’une politique forte de l’Etat :

- la petite enfance, par la création d’espaces publics de la petite enfance, qui aideront les enfants dès leur plus jeune âge et faciliteront aussi la vie des familles,

- la scolarité obligatoire qui doit s’effectuer dans une continuité pédagogique pour éviter les ruptures,

- l’enseignement supérieur qui doit faire l’objet d’un véritable plan d’urgence, notamment rendre décentes les conditions de vie et d’études de tous les étudiants.

(...)

Répondre à cet article