> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions politiques > Les premières réactions aux propositions du PS sur l’éducation (avec le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les premières réactions aux propositions du PS sur l’éducation (avec le commentaire du Café pédagogique)

6 avril 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

- Le SNES

Le syndicat enseignant juge que le projet du Parti socialiste comporte "de nombreux aspects positifs", mais note "quelques bémols".
[...] Nous trouvons en revanche un peu faible la réflexion sur la place du collège, conçu comme la prolongation du primaire, et peu pensé dans son articulation avec le lycée. Mettre en place en 6e et 5e des professeurs polyvalents sur le modèle des professeurs des écoles pour lutter contre l’échec scolaire, c’est illusoire, et c’est oublier qu’il faut offrir des savoirs exigeants à tous.

La tendance à externaliser vers des associations l’aide et le soutien scolaire ou encore les activités artistiques et sportives, qui doivent relever de l’école, nous paraît également problématique. Des partenariats sont souhaitables entre associations et monde éducatif, mais il faut éviter la confusion.

Extrait de nouvelobs.com le 05.04.11 : Propositions du PS sur l’éducation : le Snes distribue bons et mauvais points

 

Le Café pédagogique

[...] le programme du parti socialiste pour 2012 a été présenté le 5 avril au Bureau national. Il devrait être adopté par les militants le 19 mai.

Revalorisation. Le document veut "refonder le contrat entre le monde éducatif et la Nation". Pour cela le PS annonce son intention : "nous revaloriserons les métiers et les carrières des professionnels de l’éducation. Nous nous attaquerons à la précarisation des personnels. Le chantier des missions et de l’organisation du service des enseignants sera ouvert afin que les travaux en petits groupes, l’accueil des élèves et des familles, le travail en équipe en fassent partie". Le document ne dit pas ce qui sera exigé en échange de cette revalorisation par exemple sur la durée de la présence dans les établissements.

Assurer le socle commun est l’objectif principal. Pour cela le programme prévoit le retour de la scolarisation à 2 ans. La maternelle deviendrait obligatoire dès 3 ans. La semaine de 5 jours serait rétablie et "une véritable continuité entre l’école primaire et le collège sera organisée". Un effort budgétaire sera fait pour le primaire. "Nous concentrerons les moyens existants sur l’école primaire et le premier cycle des apprentissages, où beaucoup se joue pour les enfants, avec un deuxième professeur par classe là où cela est nécessaire.... Nous garantirons un véritable suivi des élèves en difficulté prolongée et créerons des métiers d’accompagnement pour les enfants en situation de handicap. Nous redonnerons du pouvoir d’agir aux équipes pédagogiques en leur confiant une part de la dotation en heures d’enseignement".

Revoir la territorialisation. "Nous mettrons en place une modulation de la dotation de moyens, non par zones, mais par établissement en fonction des catégories sociales. Les taux d’encadrement de ces établissements seront augmentés, ce qui permettra de baisser les effectifs des classes", annonce le programme. "Une nouvelle sectorisation sera établie, qui prendra en compte un indice de mixité sociale et impliquera l’enseignement privé". Le document prévoit également de donner des droits aux élèves.

Extrait de cafepedagogique.net du 06.04.11 : Le P.S. veut "refonder le contrat entre le monde éducatif et la Nation"

Répondre à cet article