> POLITIQUE VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > VVV (Ville-Vie-Vacances) > Présentation du programme Ville Vie Vacances (VVV)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présentation du programme Ville Vie Vacances (VVV)

octobre 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de l’Acsé

Ville vie vacances

Les objectifs

Les opérations Ville vie vacances (VVV) permettent à des pré-adolescent(e)s et adolescent(e)s en difficulté, de bénéficier d’un accès à des activités de loisirs et d’une prise en charge éducative durant les différentes périodes de vacances scolaires.

Ville vie vacances est un dispositif intégré de prévention de la délinquance s’adressant à des jeunes dont les conditions de vie produisent du danger pour eux-mêmes et qui peuvent être en situation de rupture et de conflits avec leur environnement. Il contribue également aux politiques d’insertion sociale des jeunes et de lutte contre l’exclusion.

De manière complémentaire aux dispositifs de droit commun, les activités proposées sont liées au sport, à la culture, à l’organisation de sorties et séjours ainsi que de chantiers.

Chaque année, le programme adopté par le conseil d’administration de l’Acsé précise les objectifs propres à ce dispositif.

La mise en œuvre du dispositif

Le dispositif VVV concerne en priorité les publics des sites dotés d’un CUCS. Il peut également s’adresser, dans des conditions limitées, aux jeunes en difficulté issus de quartiers non prioritaires et des communes concernées par un contrat local de sécurité (CLS) et/ou un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Enfin, dans des conditions exceptionnelles, il est possible de mener de telles opérations avec des jeunes en difficulté de zones péri-urbaines.

Réunie régulièrement sous la présidence du préfet, la cellule départementale est l’instance d’animation, de sélection et de suivi des projets. Elle détermine la répartition financière et géographique des financements au regard des diagnostics réalisés et notamment des évolutions récentes de la délinquance.

Il est utile de promouvoir avec les élus locaux la tenue de cellules locales VVV qui permettront une mobilisation conjointe des acteurs du champ éducatif, préventif et répressif.

Afin d’établir un diagnostic pertinent et de rechercher la complémentarité des actions, le rapprochement avec les instances de prévention de la délinquance (CLSPD, mais également CLS et conseils départementaux de prévention) et d’éducation, tels que les contrats éducatifs locaux, les dispositifs de réussite éducative et école ouverte, doit être recherché.

Le services déconcentrés de l’Etat impliqués dans la politique de la ville et la prévention de la délinquance et ceux en charge des programmes en faveur de la jeunesse doivent, au regard de leur champ de compétences, contribuer à l’élaboration d’un programme départemental rigoureux établissant des critères de choix des territoires et des projets. A ce titre, il convient de se rapprocher des services de la prévention spécialisée.

L’élaboration du programme départemental repose sur une procédure précise

- un diagnostic : celui-ci doit porter sur un état des lieux et une analyse des publics (jeunes, territoires, mineurs et jeunes majeurs sous main de justice...), de leurs besoins et des opérateurs mobilisables pour l’encadrement (dispositifs existants, intervention des acteurs du Conseil Général, de la prévention spécialisée, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, des centres sociaux, des services jeunesse, des associations locales et d’éducation populaire...).

- l’appel à projets : il est effectué par les services déconcentrés de l’Etat en veillant à la coordination avec les actions réalisées localement par les collectivités locales et les différents services de l’Etat dans d’autres programmes ou dispositifs (« école ouverte » par exemple). De préférence, celui-ci est effectué par anticipation de l’année de réalisation selon les modalités les plus proches de l’appel à projets général.

En fonction du diagnostic, il peut être proposé un thème dominant annuel quant à la dimension éducative des activités, en référence notamment aux objectifs fixés par l’Acsé.

Concernant le déroulement des actions, qu’elles se situent dans le quartier ou en dehors, une vérification des règles de sécurité et des conditions d’encadrement doit être effectuée.

Une vigilance particulière doit être adoptée quant au déroulement des opérations qui impliqueront un séjour à l’extérieur du département, en particulier sur les questions d’encadrement et de responsabilité et s’agissant de l’information et des contacts avec les instances d’accueil et les services de l’Etat compétents.

Les opérateurs de projet doivent faire appel à un encadrement disposant d’une réelle expérience dans le domaine de la prévention et de gestion des situations de groupe.

Textes de référence

- Circulaire du ministre délégué au logement et à la ville du 10 mars 2005,
- CIV du 9 mars 2006,
- Programme d’intervention de l’Acsé adopté par le CE du 19 décembre 2006

Voir la présentation du programme

 

Voir la fiche technique de la DIV (mars 2009)

Répondre à cet article