> POLITIQUE DE LA VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > Ecole ouverte (collège et lycée) > École ouverte dans les ZEP des Yvelines (Le Parisien)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

École ouverte dans les ZEP des Yvelines (Le Parisien)

2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 08.07.04 : école ouverte dans les ZEP des Yvelines

L’école n’est pas finie pour tout le monde.
Sous l’œil attentif de leur professeur de mathématiques, une dizaine d’adolescents s’appliquent à calculer le périmètre d’un terrain de football. Qui pourrait penser que les grandes vacances ont débuté il y a une semaine ? Au collège de Gassicourt, à Mantes-la-Jolie, 46 enfants de 11 à 13 ans - sur les 420 que compte habituellement l’établissement - se sont portés volontaires pour reprendre le chemin de l’école du 2 au 16 juillet. A voir leurs mines réjouies, nul doute qu’ils ne se sont pas fait prier pour tenter l’expérience. Les enfants ont tout de suite été emballés, les inscriptions étaient closes en dix minutes ! » confirme un des professeurs, Aziz Elasri. « En arrivant, ils affichaient tous un grand sourire », renchérit le principal, Maurice Berne. C’est la première fois que le collège participe à l’opération Ecole ouverte, à l’instar de six autres établissements scolaires des Yvelines (Jean-Vilar aux Mureaux, Ariane à Guyancourt, Blaise-Pascal à Plaisir, Louis-Paulhan et Romain-Rolland à Sartrouville et Youri-Gagarine à Trappes, tous situés en ZEP ou dans des zones sensibles. Les établissements concernés ouvrent leurs portes en juillet et certains également en août pour une durée de deux à trois semaines et proposent aux élèves volontaires un savant dosage de soutien scolaire et d’activités culturelles, sportives et de loisirs.

« Au moins, ici, je retrouve mes copines »

A Gassicourt, le programme des réjouissances est particulièrement attrayant. La matinée se partage entre le français et les mathématiques - envisagés sous un angle ludique à travers la construction de maquettes, l’écriture d’une pièce de théâtre ou encore l’informatique - et les activités manuelles : les quatre ateliers (poterie, maroquinerie, couture et bijouterie) sont animés par des intervenants de la maison de l’artisanat du Val-Fourré. « On pourrait même monter une vraie pièce de théâtre avec des costumes et des décors ! » s’exclame, enthousiaste, Sabrina. L’après-midi, place aux activités de plein-air : roller, VTT, kayak... et ski nautique pour les 24 meilleurs nageurs ! Mohamed en fait partie. « Je suis trop content, mais j’étais sûr d’être choisi, je nage super bien », fanfaronne l’adolescent. En outre, deux grandes sorties sont programmées, à la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines et à Aventure Land dans le Val-d’Oise. Il n’est guère étonnant que les enfants n’aient pas rechigné à faire des heures sup ! D’autant que la majorité d’entre eux ne partira pas en vacances. « Au moins, ici, je retrouve mes copines et on s’amuse bien », explique Laura. C’est une des raisons qui a motivé le principal, le gestionnaire, six enseignants et deux aides-éducateurs à se lancer dans l’aventure.

Vendredi prochain, l’expérience s’achèvera en apothéose : dans un décor de marché saharien, les enfants présenteront leurs créations à leurs parents, puis tous les participants se réuniront autour d’un grand méchoui. A la fin de la journée, les locaux du collège de Gassicourt seront désertés... jusqu’à la rentrée scolaire !

Marie Raynaud

Répondre à cet article