> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions politiques et syndicales) > Retour sur 50 ans de programmes pour l’éducation du Rassemblement national (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Retour sur 50 ans de programmes pour l’éducation du Rassemblement national (fil de 24 tweets, Ferhat Ismail, université de Nanterre)

19 avril

Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
Quels sont les projets du Front national/Rassemblement national en matière d’éducation ? Retours sur 50 ans de programmes pour le système éducatif dans le fil ci-dessous.

#politique #éducation #programme

L’école est rarement mise en avant dans les projets du Front national/Rassemblement National (noté ici FN et RN). Le premier programme du FN, en 1972, accorde ainsi à peine plus de 2% de sa surface à l’éducation. (1)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Rares sont les chercheurs, comme Jean-Michel Barreau, qui ont travaillé sur le sujet. Les raisons en sont nombreuses : investissement sur d’autres facettes du FN/RN, accès difficile au matériau de recherche, frontières disciplinaires défavorables… (2)
journals.openedition.org
Le Front national et l’école de la République
Le Front National est désormais solidement installé dans l’espace médiatique et politique français. Selon un sondage réalisé par l’institut TNS Sofres, Marine le Pen serait assurée de participer au...
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Bref, le sujet n’est pas simple à traiter. Nous nous limiterons donc aux programmes nationaux du FN/RN, souvent faits pour les présidentielles et les législatives (3).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Le premier programme du FN, en 1973 (écrit alors par un jeune auditeur à l’ENA, Gérard Longuet), se caractérise par l’obsession commune à de larges pans des droites françaises après mai 1968, celle d’une « subversion » du système éducatif par l’extrême-gauche (4).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Sur le fond des propositions scolaires, celles-ci sont assez peu différentes de la majorité gaulliste, et tendent même à critiquer la sélection précoce des élèves après le premier degré, source de gâchis pour la nation. (5).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
De 1973 à la première moitié des années 1980, le FN ne produit pas de programme, et aucun projet spécifique sur l’éducation. Comme le rappelle l’historienne Valérie Igounet, ce sont les années de basses eaux électorales et militantes pour le parti (6)
https://seuil.com/ouvrage/le-front-national-valerie-igounet/9782021078268
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Néanmoins, cette absence de programme cache un changement très net en 1978-1981, symbolisé par le programme du FN « Droite et démocratie économique » (1978) et le colloque du Club de l’Horloge (cercle de réflexion nationaliste libéral) du 16 avril 1980 sur l’éducation (7)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7

Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Triple tournant sur cette période : le FN rallie un libéralisme économique radical, dénonce le service public (notamment éducatif) et rallie la défense de l’école catholique entre 1981 et 1984 (8)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Sur l’éducation, le tournant est acté dans le programme de 1985, le premier après le décollage électoral du parti en 1983. Le FN appelle à démanteler la « bureaucratie » de l’Education nationale et à faire du secteur éducatif un vaste marché (9)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Jusqu’au programme de 2001, le projet scolaire du parti a trois piliers : une solide détestation des syndicats enseignants, le « chèque éducation » qui permettrait à chaque parent de choisir l’école (publique ou privée) de son choix, l’appel à une sélection précoce (10).

·
13 avr.
Le collège unique, l’accès élargi au baccalauréat et les IFUM, à partir de 1990, sont autant de cibles à abattre pour le parti (11).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Autre enjeu, assez peu présent dans les deux premiers projets du FN, et accru par la prise en main de la production des programmes du parti par Bruno Mégret : l’idée que l’immigration serait une menace pour l’école française (12).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Les mégrétistes avaient d’autres spécificités : le rejet d’un « marxisme culturel » qui serait infiltré à l’école, la volonté de contrôler les programmes et manuels scolaires, et une vision organique, voire biologique, de l’école (13).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Leur départ en 1999 ne modifie pas substantiellement le programme du FN de 2001 sur la partie relative à l’éducation, qui reste le dernier de ce cycle ouvert à la fin des années 1970 (14)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Le programme de 2007 marque une première inflexion : le FN admet les difficultés du chèque éducation pour l’organisation du système scolaire, et n’attaque plus les syndicats enseignants (13).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Celui de 2012, le premier sous la direction partisane de Marine le Pen ouvre une nouvelle période, qu’il convient de ne pas sous-estimer dans le rapport du parti à l’école (14).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Celle-ci voit un discours de défense de l’Education nationale relativement inédit au FN/RN, l’abandon du chèque éducation et la disparition des écoles privées. Les enseignants sont présentés de manière positive, notamment dans le livre-programme de Marine le Pen de 2012 (15).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
A l’instar du reste des services publics, le FN/RN se présente comme le meilleur défenseur des fonctionnaires – une évolution programmatique qui doit probablement beaucoup à sa spectaculaire percée électorale chez ceux-ci (16).
·
13 avr.
Néanmoins, ces changements, indéniables, ont-ils totalement transformé le projet scolaire du FN ? Pas tant que cela… (17)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Sur près de cinquante ans de programmes, les continuités sont tout aussi remarquables, alors que le système éducatif français a été totalement bouleversé sur cette période (18)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Rappelons que quand le FN se créé, le nombre d’étudiants est presque 4 fois inférieur à celui d’aujourd’hui, idem pour le pourcentage de bacheliers dans une génération (19).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Une véritable focalisation du parti se maintient sur la sélection précoce (même si la suppression du collège unique a disparu), les matières dites « patriotiques » (histoire-géographie, français) et l’idée que tous les élèves n’ont pas vocation à faire des études longues (20).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
L’école a dans cette perspective une triple vocation : former des patriotes, fournir une main d’œuvre à la formation pratique, dégager une élite en charge de diriger la nation. (21)
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Ce corpus programmatique, qui en 1973 pouvait correspondre à un accès encore très limité au lycée et au supérieur, s’est maintenu face à la démocratisation scolaire des années 1980-1990 (22).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
De tous les partis politiques actuels dont on peut étudier les programmes, c’est le seul qui rejette aussi violemment cet élargissement de l’accès aux diplômes et au supérieur, et ce de manière aussi frontale. (23).
Ismail Ferhat
@FerhatIsmail7
·
13 avr.
Bref, sur l’éducation, le FN/RN reste en fin de compte attaché à une grande partie de ses fondamentaux depuis sa création, en y ajoutant, depuis les années 1980, la dénonciation de l’immigration à l’école (24).

Extrait de twitter.com/FerhatIsmail du 13.04.22

Répondre à cet article