> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Enseignement privé > Privé hors-contrat : la fondation Kéros, présidée par Xavier Darcos, distribue (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Privé hors-contrat : la fondation Kéros, présidée par Xavier Darcos, distribue ses premiers prix à des écoles qui s’inspirent pour la plupart de la pédagogie Montessori (ToutEduc)

14 mars

Ecoles hors contrat : la fondation Kairos distribue ses premiers prix

"Faire des propositions crédibles de transformation de l’école." C’est l’ambition de la fondation Kairos (voir ToutEduc ici) résumée, hier 10 mars, par Denis Kessler. Membre de l’Institut de France (Académie des sciences morales et politiques), il intervenait à l’occasion de la remise du "prix de la nouvelle école innovante". Xavier Darcos, chancelier de l’Institut et président de la Fondation, voit de même dans ce prix l’occasion de constituer "un vivier de bonnes pratiques", tout en soulignant la nécessité de disposer de "méthodes diverses" parce que "les enfants sont divers". Anne Coffinier, fondatrice de Kairos, insiste sur les trois dimensions qui définissent, pour elle, la qualité des lauréats, "la transmission d’une culture française et européenne", le souci de donner le "sens de l’entreprise", une dimension beaucoup plus présente en Grande-Bretagne qu’en France, et "l’accueil de la diversité".

Le premier prix est allé à l’Ecole Saint-Nicolas de Briennon, qui se définit comme catholique, "classique", ayant recours à la pédagogie Montessori et "fondée sur l’écologie intégrale", d’où le choix d’un "enracinement" en zone rurale. Dans sa présentation, elle évoque des frais de scolarité "faibles" et "l’accueil des besoins spécifiques de chaque enfant, en particulier des enfants autistes". Le prix, 30 000 €, doit lui permettre d’ouvrir des classes de niveau collège.

Le second prix (8 000 €) a récompensé l’école collège Tzama, installée dans des yourtes "au sein d’un éco-tiers-lieu" à Kembs-Loechlé (Haute Alsace). Le dossier évoque des "pédagogies actives (Montessori, Freinet), une "école de la forêt" puisque "les enfants passent 50 % de leur temps en extérieur, et une "immersion trilingue" : "l’établissement accueille des volontaires européens" qui "s’expriment en anglais ou en allemand (...) afin de familiariser les enfants avec le vocabulaire et la musicalité de ces deux langues dès le plus jeune âge".

Une "mention spéciale du jury" a été décernée à l’Ecole Walt, située à Paris et qui accueille des enfants "neuro-atypiques" de 6 à 16 ans et fait références aux "méthodes Montessori, Feldenkrais, remédiation Feuerstein, mathématiques Kumon".

La fondation lance un appel à candidatures pour 2023. Les écoles doivent avoir moins de trois ans d’existence et être à but non lucratif, une clause qui pourrait évoluer (de plus en plus d’écoles associatives changent de statut pour pouvoir rémunérer leur dirigeant, ndlr). Cette année, 14 écoles, soit 10 % des écoles éligibles avaient fait acte de candidature, et la fondation espère bien voir doubler cette proportion dès l’année prochaine. Les autres écoles nominées étaient "La Fourmilière" (à Boffres, en Ardèche), l’Etoile-Pyrénées (à Bayonne) et le collège Montessori-Les Arches (à Pontarmé, Oise). Le jury travaille sur dossier.

Pour ses promoteurs, ce prix doit encourager la création d’établissements privés hors contrat, et espère en compter quelque 2 500 d’ici trois ans (au lieu de 1 700 actuellement, selon le ministère) et qu’ils soient "pérennes, solides, structurés", mais "non uniformisés". Il s’agit, à chaque fois, pour Anne Coffinier, d’ "allumer une flamme" alors que dans l’Education nationale, “tout charisme est étouffé“.

Le site de la Fondation Kairos ici

Extrait de touteduc.fr du 11.03.22

Répondre à cet article