> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Excellence, Mérite, Compétition > Mérite, par Annabelle Allouch, édit. Anamosa, 2 septembre 2021

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mérite, par Annabelle Allouch, édit. Anamosa, 2 septembre 2021

31 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Alors que les inégalités sociales (notamment face à l’école) ont été aggravées ces vingt dernières années par les crises économiques, pourquoi continue-t-on de croire au mérite ?
Anamosa,
2 septembre 2021, 112 p., 9 €

" Yes, we can ! ", " Qui veut, peut ", " premiers de cordées "... Défendu autant par les partis progressistes que conservateurs, peu de notions font l’objet d’un consensus politique aussi complet que le mérite. Il est ainsi investi comme un principe " juste " de distribution des ressources rares. De la même façon, l’école s’est imposée dans de nombreuses sociétés comme l’espace de construction de l’émancipation des individus par le mérite par excellence. Pourtant qui définit le mérite aujourd’hui, et surtout comment le définit-on ?
Cet essai incarné et sensible vise, à partir de l’apport d’études récentes en sciences sociales, à réhabiliter les luttes (ordinaires ou politiques) qui structurent les usages de la rhétorique méritocratique comme principe de justice. Car loin d’être univoque, le mérite fait l’objet d’une reconfiguration perpétuelle, autant dans l’espace public, que dans nos relations ordinaires aux institutions. De la même manière, à rebours d’une lecture qui ferait du mérite un principe abstrait de la justice sociale hérité de la Révolution française, la sociologue Annabelle Allouch propose de comprendre le mérite comme une morale sensible de la reconnaissance qui structure notre quotidien, ce qui permet de comprendre notre attachement à cette notion, malgré les critiques dont elle fait l’objet. Pour ce faire, elle mobilise avec talent un ensemble de saynètes tirées de l’actualité ou bien ses propres enquêtes autour de la sociologie du concours et des effets de la discrimination positive dans l’accès à l’enseignement supérieur.

Extrait de leslibraires.fr

 

Voir du même auteur : La Société du concours.
L’empire des classements scolaires
Le Seuil, 2017, 128 p.
Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes.

Chercheuse associée à Sciences Po, Annabelle Allouch est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie-Jules Verne.

Voir la sous-rubrique : Excellence, Mérite, Compétition

Répondre à cet article