> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation scolaire et Découverte professionnelle, Stages 3e > Orientation scolaire > Affelnet et la mixité sociale à Paris : une réforme complexe (un dossier du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Affelnet et la mixité sociale à Paris : une réforme complexe (un dossier du Monde)

28 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Affelnet : l’impossibilité de mener une réforme qui convienne à tout le monde
En matière de mixité sociale et scolaire, il est difficile d’appliquer les principes du vivre-ensemble tout en répondant aux désirs des familles.

[...] Longtemps, les proviseurs du SNPDEN-UNSA ont porté en guise de revendication la « règle des trois tiers » : affecter dans chaque lycée un tiers de bons élèves, un tiers de moyens, un tiers de plus faibles. « Mais on a toujours su que, dans le contexte parisien, c’était injouable, assure l’un d’eux. C’est un problème insoluble, observe, lui aussi sous couvert d’anonymat, un ancien recteur. Avec une sociologie de parents dotés de nombreux relais d’opinion, qui pour beaucoup votent à gauche tout en pratiquant l’entre-soi social… Le rectorat est condamné à du bricolage. »

Extrait de lemonde.fr du 26.06.21

 

Affelnet : au terme d’une réforme complexe, le rectorat satisfait, les parents sceptiques
Les résultats du logiciel chargé de répartir les élèves de troisième dans les lycées parisiens seront connus à partir du mardi 29 juin.

[...] Ghislaine Morvan-Dubois, présidente de la FCPE Paris, dit avoir relevé des problèmes de compréhension du nouveau système dans plusieurs collèges. « Globalement, l’information a mieux circulé dans les établissements où l’on pouvait compter sur un petit groupe de parents très investis », analyse-t-elle. Au collège Georges-Brassens, dans le 19e arrondissement, les familles disent ainsi avoir demandé l’aide des parents élus pour déchiffrer le dispositif. « J’ai essayé d’appeler les lycées au sujet des spécialités et des options proposées, mais je n’ai jamais eu de réponse », confie le père d’un élève de troisième.

La FCPE de l’arrondissement, très mobilisée contre une réforme qu’elle juge « ghettoïsante » et qu’elle accuse de « couper des lycées du centre », a organisé plusieurs réunions et marches d’information devant les collèges du quartier. « Toute la responsabilité est retombée sur eux pour les explications », dénonce un parent. Alors que certains collèges, notamment dans les 19e et 20e arrondissements, ont connu une forte mobilisation contre la fin des districts d’affectation, le rectorat de Paris souligne, à quelques jours des résultats, que les élèves de ces arrondissements tirent le meilleur parti de la réforme : « Aucun des vingt-cinq collèges des 19e et 20e arrondissements n’a un taux de satisfaction inférieur à la moyenne académique, soit plus de 82 %, et seize d’entre eux ont un taux supérieur à 90 %. »

Extrait de lemonde.fr du 26.06.21

Répondre à cet article