> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > POLITIQUE DE LA VILLE. Types de documents > Politique Ville (Positions) > Une nouvelle présidente pour le Réseau français des villes éducatrices (Ffve) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une nouvelle présidente pour le Réseau français des villes éducatrices (Ffve) avec la liste des villes représentées au bureau (ToutEduc)

24 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

"Villes éducatrices" : une nouvelle présidente pour le réseau

Le "réseau français des villes éducatrices" est réuni en assemblée générale ce 22 septembre à Paris, et Emilie Kuchel, adjointe au maire de Brest en charge de la politique éducative locale succède à la présidence de l’association à Damien Berthilier qui n’était pas, lors des dernières municipales, candidat à Villeurbanne où il était précédemment adjoint. Le réseau réunit des élus de tous bords, plus souvent de gauche mais aussi de droite comme à Toulouse, Saint-Etienne, Metz... En revanche, il est probable que Perpignan ne figure plus parmi les villes adhérentes, contrairement à Tours, Marseille, Argentan, Saint-Brieuc... qui rejoignent le RFVE.

Ces villes sont soucieuses de partager leur expertise technique tout en étant convaincues, expliquent l’ancien et l’actuelle présidente, du lien entre le matériel et la pédagogie. Choisir un mobilier flexible et penser le bâti permet des dédoublements de classes, l’accueil d’enfants porteurs de handicap, jusqu’au bien-être d’enfants autistes en pensant un éclairage qui ne soit pas agressif..., à la condition que ce soit le fruit d’une réflexion partagée avec les enseignants.

L’assemblée générale, dans la salle du conseil de la mairie de Paris, était donc l’occasion pour les élus de rencontrer leurs pairs, mais aussi les têtes de réseaux de leurs partenaires sur le terrain, l’ANDEV (l’association des cadres de l’éducation des villes), les syndicats et les associations d’éducation populaire. Ils ont pu évoquer leurs sujets de préoccupation, la fatigue et les absences des personnels communaux chargés du nettoyage des écoles, les 2S2C qui posent la question des limites des compétences des Villes, les "vacances apprenantes", la baisse de fréquentation des centres de loisirs... Beaucoup ont fait part de leur sentiment que le ministère de l’Education nationale avait tendance à tout verrouiller, qu’il n’était pas à l’écoute, que la rentrée n’était pas préparée. Ils ne critiquent pas tant les décisions elles-mêmes que leur caractère injonctif. "Les collectivités sont totalement ignorées", dit l’un d’eux.

Les élus ont aussi exprimé le sentiment que les besoins des enfants en cette rentrée dépassaient le "lire - écrire - compter". La précédente génération d’élèves a dû apprendre à vivre avec le risque du terrorisme et maintenant, c’est le virus. "Comment lutter contre ça par l’éducation ?"

Le bureau :

Présidente : Emilie Kuchel (Brest)

Secrétaire : Danielle Valero (Evry-Courcouronnes)

Trésorière : Sonia Tron (Villeurbanne)

VP en charge de la presse : Benjamin Vételé (Blois)

VP en charge de la petite enfance : Sandrine Le Gouic (Schilitigheim)

VP en charge des cités éducatives : Richard Merra (Gennevilliers)

VP en charge de la réussite éducative : Fanny Dombre-Coste (Montpellier)

VP en charge du numérique : Franck Lehenoff (Dijon)

Extrait detouteduc.fr du 22.09.20

Répondre à cet article