> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE (rubriques) > EMPLOI, CULTURE, SPORT, dans les quartiers... > L’emploi des jeunes des quartiers > Quartiers prioritaires : 2,7 fois plus de chômage qu’ailleurs, malgré une (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Quartiers prioritaires : 2,7 fois plus de chômage qu’ailleurs, malgré une baisse pour la 3e année consécutive (étude Onpv)

28 novembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Emploi et chômage en QPV
2,7 fois plus de chômage qu’ailleurs, malgré une baisse pour la 3e année consécutive

Le constat

Malgré sa tendance globale à la baisse depuis trois ans dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), le taux de chômage y demeure 2,7 fois plus élevé qu’ailleurs, en 2017.
En outre, quand ils sont en emploi, les habitants de ces quartiers ont des contrats de travail plus précaires : 24,8 % de ces actifs ont un CDD ou un contrat d’intérim, contre 13,3 % des salariés des autres quartiers.

Emploi et chômage en QPV : consulter l’étude de l’Observatoire national de la politique de la ville (novembre 2018)

Le décryptage
Ce « surchômage » dans les quartiers prioritaires est attribué à la surreprésentation de catégories d’actifs moins qualifiées : les ouvriers et les employés (72,7 % des habitants des QPV en emploi, contre 42 % hors QPV), les personnes ayant de faibles niveaux de formation (notamment les 300 000 jeunes de 15 à 29 ans ni en étude ni en emploi ni en formation), ainsi que les personnes étrangères ou d’origine immigrée.

À ces caractéristiques sociologiques, s’ajoutent d’autres facteurs de risque du simple fait du lieu de résidence, et ce, quel que soit le niveau de qualification. Parmi les explications : les discriminations à l’embauche fondées sur l’adresse des candidats, la faiblesse des réseaux relationnels mobilisables pour la recherche d’un emploi ou, encore, les entraves à la mobilité géographique.

Les perspectives

Le Gouvernement a engagé des mesures correctives axées sur la formation et l’accès à l’emploi, dans le cadre de la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers. Exemples…

Formation

Stage de 3e : pour l’année scolaire 2018-2019, 30 000 stages d’observation de qualité, dans le secteur privé et le secteur public, sont proposés aux élèves de 3e des quartiers prioritaires pour leurs premiers pas dans l’univers du travail. Voir et déposer les offres sur "Mon stagedetroisième".

Formation  : l’État va investir plus de 2 milliards d’euros pour proposer des parcours de formation à 150 000 jeunes sans qualification et à 150 000 chômeurs de longue durée résidant dans les quartiers de la politique de la ville, d’ici 2022.

Emploi

Clauses sociales spécifiques : des clauses sociales sont insérées dans les appels d’offres des chantiers des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 pour que 10 % des heures travaillées soient réservées aux personnes éloignées de l’emploi.

Emplois francs : expérimenté dans sept territoires, le nouveau dispositif des emplois francs aide toute entreprise ou association qui recrute un demandeur d’emploi habitant un quartier prioritaire sans condition d’âge, de niveau de diplôme, d’ancienneté d’inscription, de temps de travail ni de rémunération au moment de l’embauche. Pour un CDI par exemple, l’employeur peut bénéficier de 15 000 euros sur trois ans.

Extrait de cget.gouv.fr du 27.11.18 : 2,7 fois plus de chômage qu’ailleurs, malgré une baisse pour la 3e année consécutive

 

Sur le site OZP,
voir la rubrique L’emploi des jeunes des quartiers

Répondre à cet article