> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > RYTHMES scolaires, Org. temps scol. (gr 5) > Rythmes scolaires (Positions de chercheurs et ex-responsables du (...) > Une tribune d’universitaires contre le retour à la semaine de 4 jours (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une tribune d’universitaires contre le retour à la semaine de 4 jours (Le Figaro)

16 octobre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

TRIBUNE - Supprimer la classe le mercredi matin, c’est ôter un mois d’école dans l’année, s’alarment Antoine Prost, Jacques Julliard, Philippe Meirieu* et les cosignataires de leur appel**.

Monsieur ou Madame le Maire,

Pour la première fois, l’État vous a donné la responsabilité des rythmes scolaires alors qu’il réduisait vos moyens. Certains d’entre vous sont déjà revenus à la semaine de quatre jours, d’autres non.

Nous attirons votre attention sur la gravité de cette décision. Nous sommes le pays d’Europe où la durée de l’année scolaire était déjà la plus courte : en 2014, avec tous les « ponts » et jours fériés, il y a eu 162 jours d’école en ... [...]

Extrait de lefagaro.fr du 10.10.17 : Ecole. Non à la semaine de 4 jours

&nbsp :

Les universitaires Antoine Prost, Jacques Julliard et Philippe Meirieu, soutenus par d’autres signataires du monde de l’éducation, ont dit non à la semaine de 4 jours dans le FigaroVox le 10 octobre.

« Croyez-vous vraiment qu’avec moins de 130 jours de classe par an on puisse obtenir les mêmes résultats qu’avec un peu plus de 160 ? » La tribune lancée à l’initiative des universitaires spécialistes de l’éducation Antoine Prost, Jacques Julliard et Philippe Meirieu et cosignée par des intellectuels comme Boris Cyrulnik, Antoine Compagnon ou encore Pierre Nora, est acerbe.

Elle met en garde les maires face à la tentation de passer, dans les écoles primaires de leurs communes, à la semaine de 4 jours. Depuis le décret du 28 juin 2017, ils ont en effet la possibilité de choisir cette option. Une décision qui ne se prend pas à la légère puisque choisir la semaine de 4 jours réduit d’une vingtaine le nombre de jours passés à l’école en un an.

La mesure du gouvernement Macron actualise un vieux débat. Lorsqu’il avait institué la semaine de 4,5 jours, en 2013, Vincent Peillon avait essuyé les critiques de l’inspection générale de l’éducation nationale. L’institution avait publié un rapport relevant que « de très nombreux enseignants et directeurs indiquaient une fatigue accrue des élèves, en particulier en fin de semaine. » Une position à l’exact opposé de celle défendue par les signataires de la tribune.

Extrait de vousnousils.fr du 12.10.17 : Ils lancent un appel contre la semaine de quatre jours

Répondre à cet article