> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Enseignement privé > Quel impact social ont les écoles Espérance banlieues sur les élèves et leurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Quel impact social ont les écoles Espérance banlieues sur les élèves et leurs parents ? (ToutEduc)

19 juillet

Quel impact social ont les écoles Espérance banlieues sur les élèves et leurs parents ?

Des résultats qui montrent la “réussite du modèle“ Espérance Banlieue. Selon une enquête menée par la cabinet spécialisé en évaluation d’impact social KIMSO, 9 ans après leur création les écoles privées hors contrat Espérance banlieues auraient des effets positifs sur les élèves et leurs parents. L’an dernier, un sondage IFOP faisait déjà état de résultats similaires (voir ToutEduc ici).

L’association fait en effet valoir par communiqué que les élèves “savent qu’ils doivent travailler à l’école pour réussir (96 %), et sont fiers de leur travail réalisé à l’école (83 %).“

De leur côté, les parents “sont particulièrement satisfaits du niveau de leur enfant en mathématiques (94 % d’entre eux) à comparer à 69 % des parents à l’échelle nationale selon le baromètre IFOP 2021 (Quand les parents notent l’école).“

Ils sont même 9 parents sur 10 à estimer qu’ “avec Espérance banlieues, leur enfant progresse dans ses résultats scolaires.“ Lors de l’inscription, ceux-ci déclarent à 68 % être motivés par les classes à petits effectifs, et à 66 % par les valeurs transmises à l’école (encouragement, goût de l’effort, respect des règles, sens du service). Ils sont 90 % à avoir déjà recommandé les écoles de l’association à d’autres parents.

A noter que les élèves se sentent en sécurité au sein de leur école (84 %) et se sentent encouragés par leur professeur (84 %). Pour 91 % des parents, leur enfant est aussi plus respectueux et attentif aux autres.

Pour le fondateur d’Espérance banlieues Eric Mestrallet, ces résultats “attestent du bienfondé des intuitions“ qui fondent l’action menée pour “offrir un avenir positif à la jeunesse“, ce qui l’encourage, ajoute-t-il, “à réaliser un changement d’échelle“ (le réseau compte 17 écoles des 1er et 2nd degrés, pour un peu plus de 900 élèves, ndlr).

A noter enfin que François-Denis Bée a été nommé fin juin par le conseil d’administration de l’association Directeur général d’Espérance banlieues. Ancien responsable du pilotage et de l’animation du réseau depuis 2018, il a également évolué 15 ans au sein de l’entreprise TF1 où il a notamment assuré la direction de la transformation digitale du groupe. Il a également été responsable des Scouts et guides de France à Caen.

Extrait de touteduc.fr du 15.07.22

 

Voir la sous-rubrique rubique 983

Répondre à cet article