> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > SNU, Service civique, Réserve citoyenne > "Libérer l’engagement des Français et refonder le lien civique" : les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Libérer l’engagement des Français et refonder le lien civique" : les propositions de Claude Bartelone dont un stage obligatoire en banlieue pour les élèves des grandes écoles et l’"éducation socioculturelle" dans les établissements en REP

16 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] A gauche, le président de l’Assemblée voit les choses autrement : pour lui, ce sont les étudiants en grandes écoles qui devraient réaliser une « mission d’engagement citoyen » de trois mois minimum, sur le modèle de ce qui se fait déjà à l’Ecole polytechnique. Une mesure qui permettrait de « favoriser chez eux une plus grande ouverture d’esprit et une meilleure connaissance des réalités sociales » et de « renforcer les lieux de brassage ».
« L’un des éléments les plus bloquants de notre société est la reproduction des élites. Les ségrégations et les exclusions subies nourrissent les ségrégations et les exclusions choisies, la République, on l’aime en se sentant aimé d’elle », avance Claude Bartolone.

Extrait de lemonde.fr du 15.04.15 : L’engagement républicain selon Larcher et Bartelone

 

Le rapport

 

Voici une sélection des mesures proposées.

- Multiplier les occasions, pour les jeunes, de s’engager au service des autres, qu’il s’agisse d’être bénévole dans une association ou bien de s’investir dans la vie de son établissement ou auprès de ses pairs.

- Mettre en place en classe de seconde un stage en association, sur le modèle existant du stage en entreprise.

- Généraliser les conseils de vie collégienne, élargir les attributions des conseils de vie lycéenne et formaliser une rencontre trimestrielle entre les conseils d’un même territoire.

- Généraliser le tutorat entre étudiants et élèves de collège et de lycée et le valoriser par l’octroi de crédits universitaires (ECTS) ainsi que dans le cadre des certificats d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré et de l’enseignement technique (CAPES et CAPET).

- Repenser la "semaine de l’engagement lycéen" en l’ouvrant aux partenaires extérieurs de chaque établissement (...)

- Créer des "réseaux des partenaires éducatifs" réunissant l’ensemble des acteurs éducatifs locaux – enseignants, parents, collectivités, associations, entreprises – ainsi que les représentants des conseils de vie collégienne et lycéenne.

- Étendre l’éducation socioculturelle, spécificité de l’enseignement agricole, a minima aux établissements professionnels et aux établissements REP de l’enseignement général.

- Soutenir l’ouverture du système éducatif vers les acteurs extérieurs à l’Éducation nationale.

- Créer un livret citoyen (...) distribué en appui des étapes du parcours citoyen instauré pour tous les élèves, du primaire au baccalauréat.

- (...) Fusionner les agréments Éducation nationale d’une part et Jeunesse et éducation populaire d’autre part.

- Mettre en place, à l’échelon académique, une plateforme de mécénat d’entreprise et de financement participatif afin de faciliter la prise de contact par les porteurs de projets éducatifs ou périscolaires.

- Diversifier les formations proposées pendant l’accomplissement d’un service civique (permis de conduire, brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA), brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD), formations de secourisme complémentaires au PSC1, entretien d’orientation et accompagnement d’un projet d’avenir, valorisation de CV, etc.

- Consolider le financement des associations en faisant de la subvention la règle – dans le cadre de conventions triennales – et de l’appel à projet l’exception (...)

- Permettre aux mineurs de 16 ans, sauf opposition expresse de leurs représentants légaux, d’assurer la gestion courante d’une association (...).

- "Créer un nouveau statut associatif, les associations reconnues d’utilité civique" car "la reconnaissance d’utilité publique (...) répond à des critères trop restrictifs pour bénéficier à toutes les associations dont l’action mérite d’être reconnue par l’État".

Les dons à ces associations bénéficieraient d’un taux de réduction d’impôt porté à 100% (...) et ces associations exerceraient l’ensemble de leur activité en exonération de TVA.

- Faire de l’éducation populaire une compétence partagée des collectivités locales, avec le département et les métropoles comme chef de file.

- Permettre aux associations partenaires de l’Éducation nationale d’employer de jeunes diplômés sous le régime des contrats d’avenir

- Définir un cadre juridique clair pour les animateurs bénévoles des centres de vacances et de loisirs.

Extrait de touteduc.fr du 15.04.15 : Rapport Bartolone : répondre au malaise des jeunes qui ne connaissent pas suffisamment les autres

 

[...] C Bartolone veut donc que l’École favorise l’engagement concret au service de la collectivité multiple qu’est la nation. Pour cela il propose d’obliger les élèves des grandes écoles à faire un stage citoyen de 3 mois, çà l’image de ce que font déjà certaines d’entre elles. Ils souhaite le développement des Conseils de la vie collégienne et lycéenne dans les établissements. Il veut mettre en place en seconde un stage en association sur le modèle du stage en entreprise. IL souhaite "repenser la « semaine de l’engagement lycéen » en l’ouvrant aux partenaires extérieurs de chaque établissement, notamment aux associations, et en mobilisant tous les élèves, de la seconde à la terminale" ou encore généraliser le tutorat des collégiens part des étudiants".
Une mesure plus importante serait d’" étendre l’éducation socioculturelle, spécificité de l’enseignement agricole, a minima aux établissements professionnels et aux établissements REP de l’enseignement général". Cet enseignement repose sur une connaissance fine des réseaux culturels et associatifs sur le territoire. C’est une approche très concrète de la vie culturelle ancrée dans les pratiques. Pour tous les élèves il invite à " modifier le cadre actuel de la Journée défense et citoyenneté (JDC), sous la forme d’au moins une journée par an pendant trois ans. L’une de ces journées pourra être consacrée à la promotion de toutes les formes d’engagement civique".

Extrait de cafepedagogique.net du 16.04.15 : L’Ecole, cible de la mobilisation pour les valeurs de la république

Répondre à cet article