> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales au LYCEE > Lycée (Actions autres ou interdisciplinaires) > L’impact du dialogue avec les familles sur le décrochage scolaire : une étude (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’impact du dialogue avec les familles sur le décrochage scolaire : une étude de l’Ecole d’économie de Paris

4 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dialogue avec les parents est déterminant dans la lutte contre le décrochage. C’est le principal enseignement de l’étude de Dominique Goux, Marc Gurgand et Eric Maurin (Paris School of Economics) que vient de publier l’IZA. Reprenant une expérimentation menée dans l’académie de Versailles, sur laquelle un rapport intermédiaire avait été publié cet été, le rapport met en évidence l’impact d’un échange régulier entre les principaux des collèges et les parents des élèves susceptibles de décrocher en fin de troisième.
Si le dialogue n’a pas d’impact sur le niveau scolaire des élèves, il facilite leur maintien dans le système éducatif jusqu’à l’obtention d’un diplôme professionnel court. Pour autant il ne règle pas tous les handicaps de l’éducation prioritaires.

Testé sur plus de 4000 élèves de troisième de l’académie de Versailles, le dispositif évalué par l’Ecole économique de Paris a un coût fort modeste : celui des vidéos qui sont projetées aux parents par les principaux. Car l’essentiel du dispositif est porté par les principaux des collèges. Ce sont eux qui doivent sélectionner les élèves "à risque" de décrochage. Ce sont eux encore qui appellent au téléphone leurs parents pour les inviter à assister à des réunions. Ce sont encore eux qui animent, en suivant les conseils et en utilisant les documents de l’expérimentation, les deux réunions prévues.

Mais leur intervention porte ses fruits. En comparant le devenir des collégiens de troisième à risque de décrochage avec des groupes similaires qui n’ont pas bénéficié de ces réunions, les auteurs mettent en évidence des changements significatifs. Le premier c’est qu’un pourcentage significativement plus élevé de parents viennent assister aux réunions auxquelles ils sont invités (+24% selon l’étude). L’impact de ces réunions est attesté. A leur issue, les parents se forgent des espoirs plus réalistes sur le devenir scolaire de leur enfant. Les réunions n’ont pas d’effet sur le niveau scolaire de ces élèves à risque qui reste très faible et ne s’améliore pas. Mais les parents abandonnent davantage (+8%) le rêve d’un bac ou la demande d’un redoublement pour se tourner vers un CAP. Les choix d’orientation des familles s’en trouvent affectés. Les demandes d’entrer en CAP augmentent d’un tiers et les voeux pour une filière bac diminuent en proportion. Le taux de décrochage diminue de 36%, celui des redoublements, souvent improductifs, de 34%.

Les chercheurs ont pu suivre le devenir des élèves et évaluer les effets durables du programme. Deux ans après leur orientation en fin de troisième, la proportion de ces élèves qui a redoublé ou quitté la filière de CAP est sensiblement la même que pour les élèves qui n’ont pas suivi le programme.

On touche là aux limites du programme. Si ce dispositif aide les familles à éviter un décrochage brutal en fin de troisième et une sortie du système éducatif sans diplôme, ce qui n’est pas rien, il ne remédie pas aux difficultés scolaires de ces jeunes. Il ne leur donne pas de chances supplémentaires de tirer parti de leur présence en classe. [...]

Extrait de cafepedagogique.net du 03.03.14 : Décrochage : L’impact de la parole avec les parents

Répondre à cet article