> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions politiques et syndicales) > La méfiance des syndicats enseignants à la rentrée dans le Val-de-Marne (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La méfiance des syndicats enseignants à la rentrée dans le Val-de-Marne (Le Parisien)

2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 01.06.04 : la rentrée prévue dans le Val-de-Marne.

La méfiance des syndicats d’enseignants.

Le regard des syndicats d’enseignants sur la rentrée 2004-2005 telle qu’elle s’annonce est loin de l’optimisme affiché par l’inspection académique.

Premier degré.

« Mathématiquement, le projet est satisfaisant, mais la réalité est bien différente », commente la secrétaire du Snuipp, Brigitte Cerveaux. « On assiste dans le Val-de-Marne à la multiplication des classes à double niveau et les effectifs en petite section maternelle gonflent d’année en année, y compris en ZEP, zone d’éducation prioritaire. L’accueil des jeunes enfants - sans parler des 2 ans - n’est manifestement plus une priorité du ministère de l’Education nationale. »

Second degré.

« L’inspection académique est optimiste en fonction des chiffres actuels. Mais il n’est pas certain du tout que la réalité de la rentrée soit celle affichée aujourd’hui », commente René Delalande, secrétaire départemental du SNES, qui rappelle que les chefs d’établissement sont toujours en grève administrative. « Et, poursuit le responsable du syndicat, on ne prend pas en compte le problème des redoublants de terminale ; la dotation horaire a été calculée sans ce paramètre. Enfin, le rectorat vient de nous annoncer que les contrats d’une trentaine d’enseignants de la mission générale d’insertion - chargée des élèves en grande difficulté - n’ont pas été renouvelés sur l’académie. C’est 30 % de l’effectif de la mission qui disparaît et c’est un effort demandé en plus aux établissements qui ont déjà peu de moyens. »

DR.

Répondre à cet article