> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage et absentéisme > E2C (Ecole de la deuxième chance) et Epide. > Les écoles de la deuxième chance, "le SAMU de la formation" (compte rendu de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les écoles de la deuxième chance, "le SAMU de la formation" (compte rendu de 99e Rencontre OZP du 14 novembre 2012 par le Café pédagogique )

15 novembre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

15 novembre 2002 : à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie de Seine Saint-Denis une première Ecole de la seconde chance s’ouvre dans le 93. Aujourd’hui, les écoles ont essaimé dans toutes les régions et tentent de remettre à flot environ 7 000 jeunes chaque année. Ce Samu de la formation s’est construit une culture éducative qui juge sévèrement l’Education nationale. Une raison de plus pour aller y voir...

Invité par l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), Georges Guilbert pilote les destinées des 4 écoles de Seine Saint-Denis et est l’inventeur de la formule. "En 2002 nous apprenons que le 93 est éligible aux aides européennes. On décide de les utiliser pour former les jeunes qui tiennent les murs". Ce petit entrepreneur, président de la Chambre de commerce du 93, s’entoure des conseils d’élus locaux et bénéficie du soutien d’Edith Cresson, alors commissaire européenne. D’emblée les écoles du 93 s’écartent de la première école imaginée à Marseille en 1998. C’est la formule du 93 qui s’est imposée dans toute la France.[...]

Extrait de cafepedagogique.net du 15.11.12 : Les écoles de la seconde chance ont dix ans

 

Peut-être l’Ecole peut-elle malgré tout en retenir trois leçons. La première c’est de rappeler qu’une partie des jeunes traversent des années d’école sans apprendre les fondamentaux. La seconde c’est l’importance de la relation humaine dans la formation des humains. Le succès des E2C tient beaucoup aux formateurs et aux encadrants en entreprise. Mais le grand enseignement c’est sans doute l’éducabilité. " En fait le niveau monte très vite", nous dit G Guilbert. "A l’école ils n’étaient pas dans le coup. Mais là pour peu qu’on gratte un peu ça revient rapidement". Une leçon d’humanité ?

Répondre à cet article