> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Positions chercheurs) > Eric Debarbieux, chargé d’un rapport sur le harcèlement scolaire, se déclare (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Eric Debarbieux, chargé d’un rapport sur le harcèlement scolaire, se déclare plutôt favorable au programme ÉCLAIR

15 mars 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le dispositif CLAIR est lui aussi critiqué...

Depuis 1995 je pense que si on n’assure pas une certaine stabilité des équipes pédagogiques on n’arrivera pas à vaincre la violence scolaire. Des enquêtes américaines montrent d’ailleurs que l’instabilité des adultes est un gros facteur de risque. Or dans l’enseignement prioritaire français il y a un turn over trop important. Le mouvement national du second degré est criminogène. Lionel Jospin lui même avait promis de s’attaquer à ce problème en 2001.

Actuellement le dispositif Clair piétine. Il rencontre une forte résistance particulièrement à cause de son mode de recrutement. Pourtant on est les seuls à avoir un cadre national de recrutement des enseignants. Le recrutement local est la règle. Mais il faut préciser que recrutement local ne veut pas dire que le chef d’établissement doit avoir tous les pouvoirs. IL faut que le pouvoir soit exercé en équipe. C’est le modèle de la "communauté juste" comme on dit au Québec. Pour lutter efficacement contre la violence scolaire, il faut du "cousu main". IL faut donc plus d’autonomie des établissements. Or l’histoire de notre école est celle du centralisme. On a du mal à choisir entre ces deux logiques.

Il est temps maintenant de dé-idéologiser le débat scolaire et de chercher le consensus. C’est aussi ce que proposera la prochaine rencontre des Etats généraux qui s’intéressera aux politiques publiques de prévention contre le harcèlement. Je les prépare avec les Rased qui auront toute leur place dans ce dispositif.

Extrait de cafepedagogique.net le 15.03.11 : Debarbieux : " Il est temps maintenant de dé-idéologiser le débat scolaire"

 

Éric Debarbieux sera t-il à Luc Chatel ce que Philippe Meirieu a été pour Claude Allègre ? C’est-à-dire une caution (voire un alibi) pédagogique ? [...]

De retour [du Canada], il a été chargé ce lundi d’un rapport sur le harcèlement scolaire, qu’il devra remettre au ministre de l’Education à la fin mars, et qui sera ensuite débattu par la communauté éducative. [...]

Éric Debarbieux répond à ces questions dans un texte publié sur le blog de Luc Cédelle suite aux interrogations dont le journaliste du Monde se faisait l’écho.
Il rappelle d’abord qu’il s’est élevé publiquement contre plusieurs aspects de la politique sécuritaire et notamment la loi Ciotti qu’il juge “inutile et inadaptée. En revanche, il se déclare plutôt favorable au programme ÉCLAIR (Ecoles, collèges, lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite) car cela permettrait de lutter contre l’instabilité des équipes par le recrutement local qui serait “une norme quasi mondiale ”.[...]

Extrait de la revue de presse des Cahiers pédagogiques du 14.03.2011 : Debarbieux

 

Lire les réponses d’Eric Debarbieux sur le blog de Luc Cédelle

Répondre à cet article