> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 800 articles à caractère local, 2005-2008, non indexés > année 2005 > mars > 24/03 - Dans la ZEP de Cannes (Alpes maritimes)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

24/03 - Dans la ZEP de Cannes (Alpes maritimes)

24 mars 2005

Extrait des « Dossiers Ville » de la DIV (délégation interministérielle à la Ville) : dossier école ouverte (24 mars 2005).

« L’idéal, des intervenants rattachés à l’établissement »
Collège les Vallergues à Cannes

Il y a trois ans maintenant que le collège des Vallergues à Cannes pratique Ecole Ouverte. Situé en plein centre de Cannes, dans un quartier plutôt huppé, le collège est classé en Zone d’Education Prioritaire. « On pourrait s’en étonner, explique Mme Quentier la principale, mais notre établissement accueille en majorité des élèves habitant la partie basse de la ville et qui sont issus de familles économiquement défavorisées. » Un classement en ZEP récent (1999) dont se félicite Mme Quentier. « C’est ce qui fait que chez nous, il y a encore ce souffle et cette énergie. »

Pourtant, Ecole Ouverte ne s’est pas mise en place facilement. Les professeurs avaient beaucoup de réticences. Ils craignaient que le collège ne devienne un grand centre aéré, qu’il y ait un brouillage de repères, qu’on se trompe sur les missions de l’école. Certains avaient peur aussi, en entaillant leurs vacances, de créer des précédents, qu’on touche à de droits acquis.

Il a donc fallu rassurer et il a été décidé de tenter une expérience pendant une semaine lors des vacances de printemps. Il s’agissait, dans un premier temps, d’aider les 3ème à réviser leur brevet. Et là comme ailleurs, la participation des élèves a dépassé toutes les attentes puisque la moitié des effectifs des classes de troisième a répondu favorablement. « Nous avons même vu revenir des élèves “décrocheurs”, raconte Mme Quentier, et nous avons réussi à récupérer deux d’entre eux. »

L’opération s’est tellement bien déroulée qu’elle a donc été renouvelée et développée. « On aurait dit, relate Mme Quentier, que les enseignants avaient découvert des élèves qu’ils ne connaissaient pas. » Quant aux élèves interrogés par le biais d’un questionnaire, ils s’étonnaient d’avoir découvert des êtres humains. « Ils s’étaient aperçus que les enseignants pouvaient être attentifs à leurs difficultés et réceptifs. » La principale affirme qu’à partir de cette expérience, c’est toute l’atmosphère du collège qui a changé. « Cette opération a mis une espèce d’ambiance enthousiaste, agréable. »

Fonctionnant pendant 8 semaines (dont 3 mercredis et samedis), Ecole Ouverte a déjà accueilli jusqu’à 130 élèves. Certains viennent d’autres établissements, sans que l’on sache toujours lesquels. Quelques-uns uns ne seraient même pas scolarisés à Cannes. Par ailleurs, le collège accueille les élèves des écoles primaires du secteur mais certaines familles envoyaient aussi leurs enfants de trois ans. Toutes ces raisons font qu’il a fallu contingenter. Accueillir plus de cent élèves pose en effet des problèmes d’encadrement.

Mme Quentier souligne que le manque d’intervenants est une réelle difficulté. Il faudrait qu’ils soient plus nombreux pour permettre un roulement et aux uns et aux autres de souffler un peu. « L’idéal, dit-elle, serait que des intervenants soient rattachés à l’établissement pour qu’ils puissent intervenir selon les besoins aux côtés des enseignants. » Avec la disparition des aides-éducateurs, le problème s’amplifie.

Si, selon la principale, tous les partenaires sont les bienvenus, Ecole Ouverte collabore déjà étroitement avec les autres structures, dont la MJC Picaud. Des artistes de la MJC viennent ainsi animer des ateliers de théâtre.
Outre le changement de relation entre enseignants et élèves, Ecole Ouverte constitue également pour les professeurs un laboratoire pédagogique. Ces derniers ne sont pas contraints par le programme et ont ainsi le temps et la possibilité d’expérimenter.

Collège « Les Vallergues » à Cannes (06), classé en ZEP, 615 élèves.

Répondre à cet article