> PILOTAGE, MIXITE SOCIALE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Carte scolaire et de l’EP, Mixité sociale > Carte scolaire et Mixité sociale (Positions politiques et syndicales) > La nouvelle direction du parti socialiste contre la remise en cause de la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La nouvelle direction du parti socialiste contre la remise en cause de la carte scolaire et pour "moduler fortement le nombre d’élèves par classe"

8 décembre 2008 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de le monde.fr du 06.12.08 : Une feuille de route pour "faire renaître le Parti socialiste"

Il prône également un service public de la petite enfance et s’oppose à la remise en cause de la carte scolaire. Une politique de l’immigration "humaine et digne de la France, fondée sur un juste équilibre entre famille, travail et asile, reconnaissant ceux qui sont en France depuis longtemps et ont fait la preuve de leur insertion" sera définie.

Lire l’article intégral

&nbsp

Extrait du site du PS le 05.12.08 : : Orientations politiques 2008-2011

"Nous mettrons en place un service public de la petite enfance et nous défendrons l’école
maternelle. Nous défendrons et réformerons l’Éducation nationale, en nous appuyant sur les
enseignants - dont le rôle dans la société doit être reconnu et revalorisé- et les parents, pour mieux prendre
en compte la diversité des besoins des élèves. Nous récusons de ce point de vue la remise en cause de la
sectorisation des établissements scolaires, qui accentue les inégalités. En attendant de recréer partout de
la mixité sociale par le renouvellement urbain, nous donnerons à chaque école les moyens dont elle a
besoin, en acceptant de moduler fortement le nombre d’élèves par classe, en encourageant les enseignants
les plus aguerris à enseigner là où c’est le plus difficile, en contrepartie d’avantages professionnels..."

Lire le texte intégral

&nbsp

Libération.fr du 02.12.08 faisait allusion à un débat autour de cette question entre les partisans de Martine Aubry et ceux de Ségolène Royal

"Accord encore possible avec Royal ?
La question de l’alliance politique - Ségolène Royal ne veut pas fermer la porte au Modem par principe, les autres veulent un parti ancré à gauche - pose toujours problème, mais aussi celle de l’assouplissement de la carte scolaire, ou celle des retraites, « où les partisans de Royal sont plus proches d’un système par capitalisation que par répartition », accuse le partisan d’Aubry.

Lire l’article

Répondre à cet article