> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté, Aide sociale (Situations locales) > La pollution de l’air touche davantage les enfants pauvres (Unicef). Des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La pollution de l’air touche davantage les enfants pauvres (Unicef). Des parents du quartier Pleyel [en REP] de Saint-Denis se mobilisent (La Croix)

14 octobre 2021

POLLUTION DE L’AIR ET PAUVRETÉ DES ENFANTS : DE L’INJUSTICE SOCIALE DANS L’AIR
A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, le Réseau Action Climat et UNICEF France publient un rapport inédit concernant l’impact de la pauvreté sur l’exposition et la vulnérabilité des enfants à la pollution de l’air extérieur.

Paris, le 14 octobre 2021 - Ce rapport est un cri d’alarme pour mieux protéger les enfants et faire de la lutte contre la pollution de l’air un levier au service du combat contre les inégalités sociales.

En France, plus de trois enfants sur quatre respirent un air pollué
Ce chiffre s’explique par une exposition plus importante à la pollution atmosphérique dans les villes, où vivent la plupart des enfants. Le transport routier est l’une des principales sources de pollution atmosphérique (63 % pour les oxydes d’azote). Les enfants sont particulièrement vulnérables en raison de l’immaturité de leurs organismes et de la fréquence à laquelle ils respirent, susceptibles d’entraîner de nombreuses pathologies (asthme, allergies…).

Les enfants pauvres plus vulnérables à la pollution de l’air
Les enfants ne représentent pas une catégorie homogène et uniforme. Certains facteurs, tels que la pauvreté, sont particulièrement fragilisants. Ainsi, les populations pauvres peuvent plus difficilement se soustraire à des conditions de vie défavorables faute de ressources suffisantes, elles sont donc davantage susceptibles de cumuler plusieurs expositions néfastes (qualité de l’air intérieur dégradée, plus forte exposition au bruit, à la chaleur, etc.). La plupart des études montrent aussi que les zones socio-économiquement défavorisées disposent de moins d’espaces verts, de parcs, d’aires de jeux et de loisirs, ou d’autres ressources susceptibles de contrebalancer des conditions de vie moins favorables.

Ce cumul des expositions néfastes a des conséquences directes sur la vulnérabilité des enfants et peut entraîner diverses pathologies. Une étude française a ainsi montré qu’à Paris, bien que l’ensemble des quartiers soient exposés à la pollution de l’air, les habitants les plus pauvres risquent trois fois plus de mourir d’un épisode de pollution que les habitants les plus riches.

Pour Jodie Soret, Chargée des Relations avec les Pouvoirs Publics à UNICEF France, « les enfants pauvres sont ainsi victimes d’une double peine : ils sont plus vulnérables à la pollution de l’air en tant qu’enfant et cette vulnérabilité est exacerbée par leur statut socio-économique et celui de leurs parents. »

Peu de politiques publiques s’attaquent à cette double peine
Pour Valentin Desfontaines du Réseau Action Climat, « les politiques de lutte contre la pollution de l’air poursuivent avant tout un objectif sanitaire de diminution des concentrations de polluants atmosphériques. Pourtant, elles ont aussi de multiples impacts qui dépassent le seul champ sanitaire et qui sont encore peu documentés et intégrés à la prise de décision. La distribution des bénéfices sanitaires de ces politiques en fonction de la catégorie socio-économique et de l’âge est par exemple très peu considérée. »

Faire de la lutte contre la pollution d’air un levier au service du combat contre les inégalités sociales
Face à ce constat, le Réseau Action Climat et UNICEF France proposent plusieurs solutions afin que les politiques de lutte contre la pollution de l’air ne contribuent pas involontairement à creuser les inégalités sociales, en particulier à l’encontre des enfants pauvres.

Nos recommandations :

Renforcer la prise en compte des enjeux sociaux dans l’élaboration des politiques de lutte contre la pollution de l’air : notamment dans les études d’impact et généraliser les évaluations ex post des impacts sociaux, etc.
Appliquer les exigences de justice sociale aux mesures de réduction du trafic routier : s’assurer que les bénéfices sanitaires des zones à faibles émissions (ZFE) profitent à tous ; faire bénéficier en priorité les écoles les plus exposées et les enfants les plus vulnérables des aménagements tels que les rues scolaires, etc.
Accompagner socialement les changements de mobilité : investir dans l’offre de transport en commun ; renforcer l’accompagnement et le conseil en mobilité ; limiter au maximum le reste à charge pour les ménages les plus modestes devant s’équiper d’un nouveau véhicule faiblement émetteur, etc.
Mieux protéger la santé des plus jeunes en renforçant les exigences applicables aux établissements recevant des enfants : s’assurer que les nouvelles constructions soient à distance des sources d’émission de polluants atmosphériques, etc.
Améliorer la prise en compte des enfants dans l’élaboration des politiques de santé environnementale.

Accéder au rapport complet illustré par Tommy ici

Accéder à la synthèse du rapport ici (lien inactif)

Extrait de unicef.fr du 13.10.21

 

Environnement
À Saint-Denis, des parents se battent contre la pollution de l’air

Les faits Ce 14 octobre, l’Unicef et le Réseau action climat dénoncent une pollution atmosphérique qui touche d’abord les enfants pauvres. Illustration au nord de Paris, où des habitants s’inquiètent d’un échangeur autoroutier construit pour Paris 2024, à proximité immédiate de l’école de leurs enfants.

Le combat est emblématique. Et figure en bonne place du rapport publié jeudi 14 octobre par l’Unicef et la Réseau action climat (1). En cette Journée mondiale de la qualité de l’air, les deux organisations unissent leurs forces pour dénoncer l’impact de la pollution atmosphérique sur les enfants, en particulier les plus pauvres. Elles relaient, parmi d’autres, la situation inextricable d’un complexe scolaire d’environ 600 élèves, dans le quartier Pleyel de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Ce quartier populaire est soumis aux nuisances d’un intense trafic routier, notamment traversé par l’A86. C’est pourtant là que, d’ici à 2023, un échangeur autoroutier devrait voir le jour, dans le cadre des travaux des JO de 2024. Avec de nouvelles bretelles qui viendront enserrer l’école maternelle et l’école élémentaire, mais aussi une crèche située à proximité.

Extrait de lacroix.fr du 13.10.21

Répondre à cet article