> 4 - Actes et Productions de l’OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Les dispositifs relais

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les dispositifs relais

juillet 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

Les dispositifs relais

 

L’objectif est de "favoriser, par un accueil spécifique temporaire, une réinsertion effective des élèves concernés dans une classe ordinaire de formation". Il s’agit de re-socialiser des jeunes déscolarisés ou en voie de déscolarisation. Les dispositifs relais ne sont pas tous situés dans les ZEP.

Les dispositifs relais ont été créés en 1998 [1]Leur fonctionnement a été précisé en 2006. [2] Ils s’appuient sur un partenariat actif avec le ministère de la Justice (direction de la PJJ), les collectivités territoriales (conseils généraux et communes), le ministère de la Ville, le tissu associatif de proximité et les familles. Classes relais et ateliers relais accueillent des jeunes en risque de marginalisation scolaire et sociale.
Créés à la rentrée 2002-2003 (convention cadre du 2 octobre 2002) en complément des classes relais, les ateliers relais sont destinés à des élèves de 15-16 ans dont la présence au sein de l’établissement n’est plus possible, aussi bien pour eux que pour la communauté scolaire. Ils sont basés sur un partenariat avec les associations périphériques de l’école, notamment les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire. Le séjour en atelier relais est limité à douze semaines. Il doit permettre la mise en œuvre de stratégies de réconciliation scolaire et sociale. Les collèges "Ambition réussite" sont prioritaires pour l’accueil des dispositifs relais.

Les classes relais visent à apporter une réponse aux problèmes que posent les collégiens de 12-13 ans en rupture avec l’institution scolaire. La quasi-totalité des jeunes admis dans une classe relais le sont à cause de problèmes d’absentéisme, de comportement, d’incivilités, de refus scolaire, de démotivation dans les apprentissages. Il s’agit d’adolescents qui vivent par ailleurs des situations familiales et sociales très complexes.

329 dispositifs-relais (256 classes et 73 ateliers) ont accueilli plus de 6000 élèves en 2004-2005.

Le maître d’œuvre de ces dispositifs est l’Éducation nationale. Un groupe départemental de pilotage est constitué par l’Inspecteur d’académie. L’équipe d’encadrement, constituée d’enseignants et d’éducateurs, est fondée sur le volontariat.

L’admission en classe relais se fait le plus souvent à l’initiative du principal du collège où l’élève est inscrit. La demande est effectuée auprès de l’inspecteur d’académie. Il ne s’agit pas d’une sanction à l’égard de l’élève mais d’une recherche de solution pour réussir un projet. L’inspecteur d’académie s’appuie sur un groupe départemental de pilotage associant des représentants de l’Inspection académique, de la direction départementale de la PJJ, du conseil général ainsi que les membres de l’équipe pédagogique et l’ensemble des partenaires concernés. L’admission en classe relais suppose l’accord de l’élève et le consentement de sa famille. Tout jeune fréquentant une classe relais demeure sous statut scolaire.

Chaque classe relais accueille en moyenne quinze élèves. Pour l’année 2002-2003, 3 500 jeunes ont été pris en charge ; 180 classes relais ont fonctionné au cours de l’année 1999-2000, 230 au cours des années scolaires suivantes, 252 en 2002-2003 et 270 en 2003-2004.

L’organisation des classes relais est caractérisée par la souplesse et l’adaptation aux situations locales. Une classe relais est nécessairement rattachée à un collège. Elle accueille des élèves provenant de plusieurs collèges situés dans un même bassin de formation ou dans un même district. Elle peut être située dans le collège ou à l’extérieur, selon les possibilités locales.
La durée de fréquentation d’une classe relais varie de quelques semaines à plusieurs mois, elle ne peut toutefois excéder une année scolaire. L’emploi du temps est souple et adapté aux besoins des élèves.
L’encadrement étant renforcé, le travail en équipe s’impose. Il est fondé sur le volontariat, associant enseignants, éducateurs, EVS (emplois vie scolaire), en relation étroite avec les personnels sociaux et de santé.
Le passage en classe relais est l’occasion de mobiliser les parents sur le parcours scolaire de leurs enfants et de les amener à avoir des contacts réguliers et confiants avec la communauté éducative.

 

Mise à jour permanente
Voir la rubrique "Les Dispositifs relais" du site OZP

 

Documents
- Les pages du site Eduscol consacrées aux dispositifs relais
- Prévention du décrochage scolaire. Inrp, centre Alain Savary.
- Informations officielles. SCEREN [CNDP-CRDP]. Ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nouvelles dispositions, programmes et accompagnements, dispositifs éducatifs, évaluation, examens, diplômes et concours, vie scolaire.
- Marie-Anne Hugon, Jacques Pain. Classes relais : l’école interpellée. CRDP de l’académie d’Amiens, 2001
- Elisabeth Martin, Stéphane Bonnery. Les classes relais, un dispositif pour les élèves en rupture avec l’école. ESF éditeur, 2002. 256 p.
- Notes évaluation Ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.
- Dispositifs-relais et École ouverte (rapport IGEN-IGAEN, avril 2003)
 

 

Retour au sommaire des Fiches

Notes

[1Ciculaire n°98-120 du 12 juin 1998. BOEN n°25 du 18 juin 1998.

[2Circulaire n°2006-129 du 21 août 2006. BOEN n° 32 du 7 septembre 2006.

Répondre à cet article