> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Laïcité > Laïcité (Positions de chercheurs et ex-responsables du MEN) > Laïcité et liberté d’expression : prises de position de Najat Belkhacem et de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Laïcité et liberté d’expression : prises de position de Najat Belkhacem et de Jean-Pierre Véran

22 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

« La laïcité n’est convoquée que pour exclure l’islam », estime Najat Vallaud-Belkacem
Sur France Inter, l’ancienne ministre de l’Éducation nationale a regretté les « instrumentalisations permanentes » de la laïcité qui poussent certains jeunes à « la considérer comme une ennemie ».

Extrait de lefigaro.fr du 20.04.21

 

Eduquer aux libertés et « respecter autrui » : une question d’éthique éducative
Traiter du dessin de presse et de la caricature, symboles de la liberté de la presse et d’expression, conduit les enseignants à s’interroger sur leur éthique éducative pour dépasser les binarités le plus souvent stériles du débat public : il ne s’agit pas de céder ou ne pas céder devant le fanatisme, mais de faire prévaloir en toute situation le respect et la compréhension de l’autre.

[...] Dans un billet publié le 2 novembre[10], nous avons rappelé la distinction établie par Weber entre éthique de la conviction et éthique de la responsabilité. En éducation, plus encore qu’ailleurs, il faut prendre en compte les conséquences de ses actes et décisions. Souvenons-nous aussi de Paul Ricoeur qui distingue nettement compromission et compromis : « Le compromis, loin d’être une idée faible est au contraire une idée extrêmement forte (…) Dans le compromis, chacun reste à sa place, personne n’est dépouillé de son ordre de justification ».

Pensons aussi à des notions importantes en éducation, comme celle de tact (Eduquer avec tact, Prairat, 2017), ou dans la vie sociale et le débat public, celle de la nuance (Lettre à un ami allemand, Camus, 1948), dont la nécessité est accrue par son absence sur les réseaux sociaux numériques placés sous un régime dominant d’invective.

En ayant tout cela à l’esprit, on peut en effet choisir de former à la liberté d’expression sans heurter la liberté de conscience, et promouvoir ainsi « le respect du pluralisme des convictions » et « une culture du respect et de la compréhension de l’autre ».

Extrait de blogs.mediapart.fr du 04.04.21

Répondre à cet article