> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Inégalités territoriales > École à la maison à la Réunion. Pauvreté, illettrisme, fracture numérique, un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

École à la maison à la Réunion. Pauvreté, illettrisme, fracture numérique, un risque de conséquences sociales graves (une parlementaire)

30 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

[continuité éducative)

École à la maison : "Si les réponses apportées ne sont pas à la hauteur, les conséquences sociales seront graves"

[...] Je parle là des enfants les plus démunis de notre île. Un jeune Réunionnais de moins de 18 ans sur deux, est un enfant de famille
pauvre !

Ils sont 115 500 !

Bon nombre de ces enfants vivent dans ces familles domoun mizèr, spectatrices d’un autre monde : « nou la pwin zordinatèr, nou la pwin internet, soman dann télé i amont riyink marmay néna » ;

Nous le savons, la fracture numérique est prononcée dans notre île :

- un Réunionnais sur 4 ne dispose pas d’un ordinateur à son domicile (ni ordinateur fixe, ni portable, ni netbook, ni tablette).
- Et chez les non diplômés, 4 Réunionnais sur 10 n’ont pas d’ordinateur fixe, ni portable, ni netbook, ni tablette !
- Pour ce qui est d’internet, 3 Réunionnais sur 10 n’ont pas accès à internet à domicile.
- Et près d’un Réunionnais sur quatre ne s’est jamais connecté à internet.

Le déficit d’équipement n’est pas le seul handicap, l’illettrisme stagnant de notre population (116 000 personnes concernées) en est un aussi. Penser que toutes les familles peuvent participer à la continuité pédagogique, c’est être aveugle à la réalité de la société réunionnaise !

Extrait de zinfos974.com du 26.03.20

Répondre à cet article