> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage et absentéisme > Décrochage (Situations locales) > La Seine-Saint-Denis est partenaire d’un projet européen (avec l’Allemagne et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La Seine-Saint-Denis est partenaire d’un projet européen (avec l’Allemagne et l’Espagne) sur l’orientation (présentation du projet par Fabien Audy, professeur SVT au collège ECLAIR Robert Doisneau de Clichy-sous-Bois

27 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

ERASMUS +
Les partenaires, Seine-Saint-Denis (France), Saxe-Anhalt (Allemagne) et Badia del Vallès (Espagne) ont chacun mis en place des démarches sur leurs territoires (groupes de travail, actions dans les établissements scolaires, visites d’entreprises, etc.) en faveur d’une orientation choisie par les élèves. C’est dans cette mesure que le projet européen a été construit.

Le contexte de la Seine-Saint-Denis montre que le niveau de qualification des jeunes est plus faible que la moyenne nationale, l’orientation est souvent subie par les élèves, les formations en apprentissage sont peu valorisées, et beaucoup ’élèves ne bénéficient pas des réseaux utiles à l’insertion professionnelle.
La politique éducative du département en matière d’orientation se traduit dans l’axe « Se Former » du Projet Educatif Départemental (PED) voté en novembre 2012, où l’on retrouve parmi les priorités celle d’accompagner les collégiens dans la construction d’une orientation choisie.

La confrontation des démarches locales de chacun a fait naître la volonté de s’inscrire dans une démarche européenne plus large, répondant aux objectifs fixés par la Stratégie Europe
2020, à la fois sur la réduction du taux d’abandon scolaire dans l’Union européenne à moins de 10% et sur l’augmentation du taux d’emploi à 75% de la population en âge de travailler
(20-64 ans). Ce projet s’inscrit dans la continuité de la politique européenne d’éducation et formation, dans les objectifs du programme Erasmus + et en cohérence avec les préoccupations actuelles sur les liens entre l’éducation, la formation et le monde du travail.

[ ...]
Expérience « alternance » au collège Robert-Doisneau de Clichy-sous-Bois :

Mettre en avant l’apprentissage ou tout du moins rappeler que cette possibilité existe. C’est l’objectif du dispositif mis en place cette année entre le collège Robert-Doisneau de Clichysous-Bois et le CFA des métiers de la communication visuelle et du multimédia de Bagnolet, tout cela sous l’égide du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

« On a réfléchi à une solution qui permettrait à nos élèves de mieux visualiser les différentes voies de formation et aussi de découvrir une filière porteuse, celle du numérique », explique Fabien Audy, professeur de SVT d’une classe de 4e de Robert-Doisneau et référent de l’option Découverte Professionnelle (classes de 4e et 3e). Entre autres idées imaginées : un
parrainage individualisé entre apprentis du CFA et les collégiens de cette classe. Ces 24 chanceux pourront ainsi profiter de l’expérience d’étudiants-apprentis qui pourront lever
leurs doutes sur le fonctionnement de l’apprentissage ou satisfaire leur curiosité sur le numérique.

« L’idée dans ce parrainage, c’est de leur montrer ce qu’on peut faire à partir du digital tout en étant en apprentissage », témoigne Jordan Venant, l’un des parrains de l’initiative. « Et puis, pour ceux qui ne se sentent pas faits pour de longues études, cela les rassurera peut-être de voir que nous aussi, on a pu passer par des moments difficiles en cours. Il faut leur
rappeler qu’il existe d’autres moyens de s’exprimer, de se former et d’acquérir des responsabilités ».

Des parrainages pour répondre aux questions :
Après une première prise de contact, la prochaine rencontre aura lieu au Campus de la Fonderie de l’Image où les collégiens seront reçus le 7 mai pour une journée complète.
Accompagnés par leurs parrains, ils pourront se rendre compte des différentes disciplines proposées – webdesign, codage, arts graphiques, animation - et passer directement à la pratique en fabriquant une interface ou un jeu vidéo. Avant de revenir au CFA du 25 au 27 juin pour y assister au jury de 1ère année BTS de leurs parrains respectifs.

Pour Fabien Audy, qui ira aussi s’inspirer de ce qui se fait sur ce chapitre en Allemagne et en Espagne, le plus important dans tout cela est d’élargir la palette de l’orientation des élèves.
« C’est primordial de créer du désir, des rêves chez nos élèves. Dans nos parcours, on a tous fait des rencontres qui nous ont fait avancer. Et puis, il faut aussi donner un réseau à ceux qui n’en ont pas, leur montrer qu’ils ont tous une chance de réussir. »

Dans le même temps, l’association L’Astrée interviendra de manière ludique au collège pour recueillir les impressions des élèves sur le monde de l’entreprise. « S’enquérir de la vision
qu’ont les élèves du monde de l’entreprise est important car cela permet d’ajuster les attentes des uns et des autres. Il arrive encore trop souvent que le contrat d’apprentissage soit rompu parce qu’il y a eu une mésentente au départ », argumente Antoine Pierru, du CFA de Bagnolet.
Ainsi, au moment de leur orientation, ces élèves de 4e auront peut-être une vision plus claire de l’apprentissage. Cela fera une carte de plus dans leur jeu, qu’ils pourront évidemment choisir de jouer ou pas...

 

Ci-dessous la présentation du projet (10 p.) en format PDF

Documents joints



  • PDF - 90 ko

Répondre à cet article