> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 558 articles d’actions locales non indexés 2005-2008 > année 2005 > septembre > 10/09/05 - De Villepin se réconforte dans un LP de ZEP

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

10/09/05 - De Villepin se réconforte dans un LP de ZEP

10 septembre 2005

Extrait du « Monde » du 10.09.05 : Pour ses 100 jours, le premier ministre s’offre une journée de réconfort

Un lycée professionnel complètement reconstruit dans une zone d’éducation prioritaire, des élèves vouant une admiration sans borne à leurs professeurs et à leur proviseur, des élèves handicapés ou immigrés récents parfaitement intégrés, d’anciens élèves titulaires d’un BEP, d’un Bac Pro ou d’un BTS devenus chefs d’entreprise : jeudi 8 septembre à Beauvais, pour l’anniversaire des 100 premiers jours de Dominique de Villepin à Matignon, ses collaborateurs avaient transporté le premier ministre dans un monde presque parfait.

La rectrice de l’académie avait épluché René Char pour faire plaisir à M. de Villepin : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront."

(...)

La cinquantaine de manifestants de la CGT et de la FSU venus pour interpeller le premier ministre à son arrivée à la mairie de Beauvais n’arrive pas à casser l’ambiance : "100 jours, ça suffit, tout pour les patrons, rien pour les salariés." Le premier ministre traverse la place pour leur parler mais la rencontre tourne vite au dialogue de sourds. "Je veux bien discuter mais ailleurs qu’ici" , tranche M. de Villepin.

(...)

M. de Villepin se dit aussi marqué par sa visite du lycée professionnel Jean-Baptiste Corot ¬ le plus grand de France avec 800 élèves. L’établissement a bénéficié au cours des dernières années d’une conjonction d’éléments favorables : reconstruction du bâtiment, moyens supplémentaires de l’éducation nationale et spécialisation sur les métiers, porteurs, du BTP ont transformé en lycée modèle cet établissement situé dans une "zone de prévention de la violence".

Fouillant dans sa poche de pantalon, M. de Villepin en sort un coeur en ardoise offert par Leslie, croisée deux heures plus tôt sur l’atelier "couverture" : " Ce coeur de France nous nous battons pour lui ».

Christophe Jakubyszyn

Répondre à cet article