> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Dispositifs MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Texte officiel) > La scolarisation des moins de trois ans à la maternelle à la rentrée 2013 (BO (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La scolarisation des moins de trois ans à la maternelle à la rentrée 2013 (BO du 15.01.13), avec la mise à jour au 21.01.13 du dossier Eduscol

16 janvier 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

La priorité donnée au primaire mise en œuvre dès la rentrée 2013
Communiqué de presse - Vincent Peillon du 15.01.2013

[...] La scolarisation d’enfants de moins de trois ans à l’école maternelle est un moyen efficace pour favoriser la réussite scolaire, en particulier lorsque, pour des raisons sociales, culturelles ou linguistiques, la famille est éloignée de la culture scolaire. C’est pourquoi, après des années de régression de la scolarisation des enfants de moins de trois ans, cette scolarisation sera développée en priorité dans les secteurs de l’éducation prioritaire, les secteurs ruraux isolés et les départements d’outre-mer. L’objectif fixé par le ministre est que d’ici à trois ans, 30 % des enfants concernés dans les secteurs défavorisés puissent être scolarisés (ils sont à peine 11 % aujourd’hui en moyenne sur l’ensemble du territoire).

La circulaire de mise en œuvre définit des principes nationaux et un cadre de référence souple et adaptable. Elle précise, dans un cahier des charges national, les conditions à réunir pour offrir une scolarisation précoce efficace, la place accordée aux parents, la définition d’un projet pédagogique et éducatif, le développement d’un partenariat avec les collectivités territoriales, la formation des enseignants et des formateurs.

Extrait de education.gouv.fr du 15.01.2013 : La priorité donnée au primaire mise en œuvre dès la rentrée 2013

 

Accueil en école maternelle. Scolarisation des enfants de moins de trois ans
NOR : MENE1242368C
circulaire n° 2012-202 du 18-12-2012
MEN - DGESCO A1-1

[...] Parce qu’elle concerne des « tout-petits » ayant des besoins spécifiques, cette scolarisation requiert une organisation des activités et du lieu de vie qui se distinguent nettement de ce qui existe dans les autres classes de l’école maternelle. Elle nécessite donc un projet particulier, inscrit dans le projet d’école. Elle constitue cependant bel et bien la première étape d’un parcours scolaire et ne se substitue donc pas aux autres structures pouvant accueillir ces enfants : elle doit être pensée dans une logique d’articulation avec celles-ci, et fait à ce titre l’objet d’une concertation au niveau local.

Aussi, pour garantir une répartition efficace des moyens en réponse aux besoins identifiés en concertation avec les partenaires, les directeurs académiques des services de l’éducation nationale (DASEN) engageront des discussions avec les collectivités territoriales pour s’assurer des conditions d’accueil à la mesure des besoins spécifiques des tout-petits et mettre en œuvre la priorité que constitue la scolarisation des moins de trois ans dans les secteurs concernés.

1. Modalités d’accueil
Les projets d’accueil et de scolarisation d’enfants de moins de trois ans présentent des formes variées répondant aux besoins et aux ressources locales :
- un accueil et une scolarisation dans une classe de l’école maternelle, spécifique et adaptée aux besoins des jeunes enfants, dont le projet doit être explicitement accepté par la municipalité en raison des contraintes qu’il porte (présence régulière d’une ATSEM, aménagement de l’espace, matériel et jeux adaptés au jeune âge des enfants, rythmes spécifiques, etc.) ;
- un accueil et une scolarisation des enfants de moins de trois ans dans des classes de l’école maternelle comportant un ou plusieurs autres niveaux. Cette solution peut être efficace si elle correspond à un projet de l’ensemble de l’école maternelle. Elle présente l’avantage de la stimulation apportée par les pairs, mais constitue un cadre moins favorable à une prise en compte des besoins des jeunes enfants. Il est d’autant plus important de veiller aux conditions de scolarisation des plus jeunes enfants pour leur garantir des conditions de développement propices à leur âge ;
- un accueil en milieu mixte, associant services de petite enfance et école, permet d’offrir du temps scolaire dans des dispositifs conçus localement. Ce projet, co-élaboré par l’éducation nationale et les collectivités territoriales, doit garantir la complémentarité des ressources apportées par chaque partenaire dans une cohérence éducative au service du parcours de l’élève.

2. Accueil et place des parents
Établir une relation de confiance avec les familles est essentiel pour permettre à l’enfant de grandir sereinement entre école et maison. Une attention particulière doit donc être portée à la relation aux parents d’élèves.

La prise en charge de chaque enfant fait l’objet d’un échange avec ses parents. Pour en garantir la réussite, ceux-ci sont incités à s’impliquer activement et positivement dans le suivi de sa scolarité. Ils doivent pour cela comprendre les attentes et exigences de l’école et de la vie en collectivité, avoir la possibilité de communiquer avec les personnels de l’école. Un travail en partenariat avec des structures associatives et des services sociaux peut faciliter l’implication des familles les plus éloignées de la culture scolaire.

Le projet d’accueil et de scolarisation au sein de la classe est par ailleurs présenté et expliqué à l’ensemble des parents d’élèves afin de les sensibiliser aux enjeux de cette première scolarisation.

Une attention particulière est portée à la prise en compte des rythmes spécifiques adaptés à ces très jeunes élèves. Les horaires d’entrée et de sortie, le matin et l’après-midi, peuvent faire l’objet de dispositions particulières par rapport aux autres classes pour l’ensemble du groupe d’enfants scolarisés, ou pour chacun d’entre eux, selon une organisation régulière convenue avec les parents, qui s’engagent à la respecter. Cette souplesse est cependant soumise à l’impératif que le temps de présence de chaque enfant demeure significatif.

3. Travail en partenariat : services « petite enfance » et école
La première entrée à l’école maternelle est le début d’un parcours qui est souvent très dépendant de la réussite de cette première approche du milieu scolaire. Ce moment délicat doit être une occasion pour l’école de s’ouvrir à ses partenaires.
La scolarisation des enfants avant trois ans se conçoit en complémentarité des autres services de petite enfance gérés principalement par les collectivités territoriales. Tous les enfants ne sont pas en mesure d’assumer les contraintes propres à une scolarité, même adaptée : une concertation est nécessaire pour déterminer le moment opportun pour scolariser chacun. C’est pourquoi il est utile de mettre en place une structure locale permettant aux familles d’échanger avec les personnels de ces services, les enseignants de maternelle, etc., afin que leur soient proposées des solutions adaptées, avec des possibilités de passage d’une structure à l’autre.

La qualité de la prise en charge éducative des enfants de moins de trois ans est largement dépendante des collaborations qui s’établissent entre les collectivités territoriales, l’éducation nationale et les autres services ayant en charge la petite enfance (Caf, PMI, etc.). C’est pourquoi on favorisera une concertation régulière et durable avec les collectivités territoriales et les différents services de l’État chargés des questions de petite enfance, au niveau local et départemental.
La rédaction des projets d’accueil et de scolarisation, concertée au plus près du contexte, à la lumière d’une analyse partagée des besoins, inclut l’implantation de locaux et de matériels spécifiques.

4. Pilotage
Les inspecteurs de l’éducation nationale (IEN) sont les pilotes naturels des projets locaux, avec les directeurs des écoles maternelles concernées. Ils sont garants de la nécessaire concertation avec les collectivités territoriales. Ils évaluent la pertinence et l’efficacité des dispositifs.

Les recteurs et les DASEN s’assurent des moyens nécessaires au développement des projets qu’ils déterminent comme prioritaires en fonction de leur implantation.
Les DASEN dressent la liste des écoles dans lesquelles des dispositifs de scolarisation des enfants de moins de trois ans sont implantés. Les postes concernés seront donc identifiés au mouvement intra-départemental. Les enseignants souhaitant postuler doivent être dans une démarche volontaire d’adhésion au projet de l’école et doivent s’informer des conditions de fonctionnement par consultation du projet d’école, contact direct avec le directeur ou l’IEN de la circonscription. Les DASEN veilleront lors de l’affectation à la cohérence entre les nominations et les conditions du poste sollicité. Les professeurs affectés recevront une formation complémentaire associant, autant que nécessaire, les personnels territoriaux.

Une série de séminaires interacadémiques, inscrits dans le programme national de formation, rassemblera, dans le courant du premier semestre 2013, les cadres académiques et les IEN chargés de mission maternelle.
La direction générale de l’enseignement scolaire établira un bilan de ce dispositif et favorisera les mutualisations. Un espace de ressources et de mutualisation est ouvert sur le site Éduscol. Une sélection de ces ressources sera diffusée largement aux enseignants et aux partenaires pour soutenir l’effort qualitatif fait localement par chaque équipe.

Les principes, présentant les paramètres à prendre en compte lors de l’élaboration des projets, sont énoncés en annexe.

Extrait du Bulletin officiel du 15.01.2013 : Scolarisation des enfants de moins de trois ans

 

L’éditorial de François Jarrault

[...] Reste que le défi est de taille. Il s’agit de redéployer une école qui était en voie d’extinction. IL va falloir en même temps trouver des maîtres, former à tous les niveaux, diffuser de nouvelles pratiques, apprendre aux enseignants à communiquer avec les parents et convaincre les municipalités les moins riches de France de créer des emplois d’Atsem et d’ouvrir des locaux. Si le mot refondation a un sens c’est bien pour les 2-3 ans.

Extrait de cafepedagogique.net : Maternelle : Peillon relance la scolarisation à 2 ans

 

Voir aussi sur Eduscol le dossier de ressources mis à jour le 21.01.13 (avec les "précautions" et les "10 principes") sur la scolarisation des enfant de moins de trois ans à l’école maternelle

Répondre à cet article