> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales INTERDEGRES > Interdegrés (Citoyenneté et EDD) > L’hommage à Samuel Paty dans des collèges REP à Bron (Libération), à Dijon et à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’hommage à Samuel Paty dans des collèges REP à Bron (Libération), à Dijon et à Vesoul (l’Est Républicain). Autres témoignages de terrain (ToutEduc)

18 octobre 2021

Hommage à Samuel Paty : les échos du terrain font état d’une grande solitude
Intervenant sur France-Culture (L’Esprit public) ce 17 octobre, Jean-Michel Blanquer a fait part d’un "ressenti positif" à propos de l’hommage à la mémoire de Samuel Paty. Dans un courrier adressé aux recteurs, le ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports rappelait que cet enseignant avait été assassiné le 16 octobre 2020 et souhaitait "dans chaque école et chaque établissement scolaire, un hommage (lui) soit rendu". Qu’en a-t-il été sur le terrain ? Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, les témoignages recueillis par ToutEduc sont très éloignés d’un ressenti positif.

C’est ainsi que Fabienne, IEN, en charge de l’enseignement général en lycée professionnel est amère : "Des collègues m’ont contactée pour m’avouer leurs réticences ou leurs dégoûts d’avoir ce sentiment que ce moment important, essentiel, ne soit pas préparé en amont. Selon la plupart d’entre eux, surtout après une autre rentrée scolaire, toujours difficile et toujours anxiogène et, déjà à six semaines, tout le monde est sur les rotules, pour ainsi dire, les injonctions du Ministre, qui tombent du jour au lendemain, ne laissent pas de temps de préparation."

Leila, enseignante de Lettres modernes opine : "Je n’ai eu l’information de la direction que mercredi, deux jours avant la commémoration. C’est quand même un peu court, n’est-ce pas ? Mais j’ai fait mon boulot, sans avoir froid aux yeux... J’ai montré les caricatures, Mahomet, Jésus... Et j’ai parlé de la laïcité." Didier, proviseur d’un lycée d’enseignement général "regrette ce côté hâtif de la hiérarchie, du ministre, notamment, qui donne l’impression de se lever le matin avec, à chaque fois, une idée... Cela perturbe le travail quotidien. Toutefois, les collègues profs se sont réunis, se sont organisés pour que tout se passe bien pour les élèves, seul(e)s face à cette sorte de ’je fais et point à la ligne’..". Pour Corinne, professeure de Lettres classiques, interrogée jeudi, un jour avant la commémoration, "rien, aucun mail, n’est venu (l) ’informer de cet événement." Elle renchérit : "Je n’en ai pas du tout entendu parler au lycée, un épiphénomène sans doute ? J’ai alors fait un cours sur Camus, le dernier chapitre de L’Étranger...". En ce qui concerne Nadine, enseignante dans un collège REP+, cela ne l’intéresse pas, car "le travail sur les valeurs de la République, l’esprit critique, la laïcité, le vivre ensemble..." demeurent "sa fonction", et il n’est pas question qu’elle en fasse un événement.

"Cela ne veut pas dire que l’assassinat de notre collègue ne me hante pas tous les jours. Nous sommes mal organisé(e)s pour que chacun prenne ses responsabilités, à commencer par le ministre." Quant à Luc, enseignant d’anglais, il a le moral "à zéro". Pour lui, "l’assassinat de Samuel Paty est un traumatisme." Ce que son chef d’établissement "ne doit pas ressentir, car il semble et fait mine de protéger le bahut des débordements extérieurs, de se protéger, sans doute, surtout, qu’en ce moment, effectivement, ça déborde, des personnes, jeunes et adultes extérieurs au lycée, veulent en découdre avec les élèves du lycée. "J’ai cependan consacré une heure à parler de notre collègue assassiné, du fanatisme religieux." Ce que Olivier, lui aussi professeur d’anglais dans un lycée polyvalent, a fait et développé dans un cours "sur le fanatisme religieux avec une affirmation : quand la religion échappe à la raison", en ajoutant qu’il l’a fait de son "propre chef" parce que, "collectivement, il ne s’est rien passé, le lycée étant muet et sourd, (hormis la minute de silence annoncée par un haut parleur)", aux propositions "faites par les professeurs à l’administration avant même les directives officielles".

Camille, professeure des écoles, abonde dans ce sens : "Rien n’a été décidé avant, dit-elle. Je ne savais pas ce que j’allais faire, mais j’ai fait. J’ai des élèves de maternelle, nous n’avions pas organisé de commémoration. Moi, je travaille toute l’année sur la tolérance, la communication, la paix, l’expression des émotions avec mes élèves. Je n’ai pas parlé de Samuel Paty. Je ne veux pas jouer à la pleureuse, comme le souhaite M. Blanquer qui donne des ordres, qui pense que le peuple de l’Éducation nationale lui appartient." De son côté, Joris, également professeur des écoles, s’interroge : "Nous avons vendu du rêve. Et lequel ? Le rituel ? Pour ma part, j’étais paumé sur la question... Je me suis échiné devant l’injonction du ministre. Mes élèves de primaire avaient les yeux hagards. Ils ont, néanmoins, appris que l’échange est dans le soutien..." Zélia, élève de CE2, retient qu’au lieu d’une minute de silence, sa maîtresse en a observé deux...

Propos recueillis par Rabah Aït-Oufella

Extrait de touteduc.fr du 18.10.21

 

Reportage
Hommage à Samuel Paty : « Montrer une caricature, c’est autorisé ? »

Article réservé aux abonnés

Les élèves de cette classe de 3e du collège Théodore-Monod de Bron, en banlieue de Lyon, ont échangé avec leur professeur d’histoire-géographie ce vendredi sur la laïcité, les caricatures, la liberté d’expression, un an après l’assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

Extrait de liberation.fr du

Extrait de demain-lecole.over-blog.com du 16.10.21

 

Des temps d’hommage sont organisés dans les écoles et établissements scolaires de l’académie à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de Samuel PATY.

Voici les initiatives remarquables organisées dans les quatre départements de l’académie :

En Côte-d’Or

Nathalie ALBERT-MORETTI, rectrice de l’académie de Dijon, se rendra au collège [REP]Jean-Philippe RAMEAU vendredi 15 octobre 2021 à partir de 8 h 00.
Pour cet hommage, plusieurs séquences sont proposées dans la matinée :

8 h 00 : Séquence pédagogique sur les Lumières et la liberté d’expression animée par Mourad Asfoure, professeur d’Histoire - Géographie.
9 h 00 : Visionnage du spectacle "Quand viendra le silence" créé par Céline Maglica, professeure de Lettres de l’établissement pour les élèves de l’option théâtre de 6e.
10 h 00 : Plantation d’un arbre dans un espace du collège et ensevelissement d’une capsule mémorielle contenant le texte du spectacle "Quand viendra le silence".

Cet espace extérieur recevra le nom de Samuel PATY.

Pour clore cette matinée, un temps d’hommage à Samuel PATY aura lieu à 11 H 30 dans le hall du rectorat.

A cette occasion, un espace Samuel PATY sera inauguré.

Extrait de ac-dijon.fr du 15.10.21

 

Vesoul - Hommage à Samuel Paty : « Il faut expliquer ce qui s’est joué »

[...] Au collège [REP] Jacques-Brel à Vesoul, cet hommage s’est aussi traduit par une séance de travail avec les élèves sur le rôle du professeur et la liberté d’expression.

Une petite quarantaine d’enfants, scolarisés en classe de 6e mais aussi des enfants de CM1-CM2 venus de l’école primaire [REP] des Rêpes, étaient réunis vendredi après-midi pour une séance de travail autour de la liberté d’expression et du rôle du professeur.
[...]

Reportage.

Pendant une petite heure, les élèves ont évoqué la notion de liberté d’expression, ont étudié une photographie de Samuel Paty, puis un dessin de Plantu publié dans Le Monde , en octobre dernier. Puis ils ont représenté, sur une petite feuille de papier, un dessin, un mot, pour synthétiser cette séance. Le groupe a ensuite rejoint la cour de l’établissement pour accrocher les feuilles à un arbre, avant de respecter une minute de silence.
[...]

Extrait de estrepublicain.fr du 16.10.21

Répondre à cet article