> ACTES ET PRODUCTIONS DE L’OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Les Comités d’éducation à la santé et la citoyenneté (CESC)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les Comités d’éducation à la santé et la citoyenneté (CESC)

juillet 2006, par Lucienne Siuda Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

Les CESC (comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté)

 

Les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) sont un dispositif qui constitue au niveau de l’établissement scolaire -qui dispose de crédits spécifiques- un cadre privilégié de définition et de mise en œuvre de l’éducation préventive en matière de conduites à risques, de dépendances, dans et hors l’école. Ils existent dans tous les établissements

 

En octobre 1990, les CES (comités d’environnement social) -outil de prévention des toxicomanies et des conduites à risques- sont mis en place. En 1998, ils deviennent CESC. Ces derniers sont créés par une décision du conseil d’administration de l’établissement scolaire. Ils associent l’ensemble des personnels, les élèves, les parents et les partenaires de l’Education nationale. Théoriquement, ils doivent exister dans tous les établissements.
Pour l’année scolaire 2001-2002, la DESCO (devenue DGESCO) a pu établir que 75,5% des collèges, près de 70% des lycées et près de 71% des lycées professionnels en disposaient. [1]

Les CESC développent une démarche de projet qui suppose l’analyse de la situation de l’établissement et de son environnement, des problèmes, des ressources, des capacités d’initiative, des compétences à développer et la définition d’objectifs opérationnels. Les actions conduites font l’objet d’un bilan annuel établi à partir de quelques indicateurs permettant de fixer des repères. Cette phase est indispensable pour s’interroger sur la pertinence des actions, leurs retombées et envisager un recadrage éventuel.
Les CESC peuvent fonctionner en séances plénières ainsi qu’en commissions restreintes, ce qui permet une grande souplesse. Présidés par le chef d’établissement, leur composition est évolutive et adaptable à chaque situation locale. Cependant, ils associent l’ensemble de la communauté éducative (les personnels de direction, d’enseignement, d’éducation, de surveillance, sanitaires et sociaux, d’orientation, TOSS, les élèves -dont la participation est primordiale, les parents d’élèves et les partenaires extérieurs). Bien souvent, il s’agit de représentants des collectivités locales, de la justice, de la police, de la gendarmerie, d’organismes et d’associations habilités. Il arrive que des délégués de la politique de la ville, des chefs de projet drogues et dépendances fassent partie du groupe de pilotage. Il s’agit donc d’un outil privilégié de coordination des différents partenaires.

Les missions des CESC se déclinent en six axes :
- contribuer à la mise en place de l’éducation citoyenne dans l’école ou l’établissement, en rendant l’élève responsable, autonome et acteur de prévention ;
- organiser la prévention des dépendances, des conduites à risques et de la violence dans le cadre du projet d’établissement ;
- assurer le suivi des jeunes dans et hors l’école : le CESC permet aux membres de la communauté éducative de prendre en charge les problèmes de concertation, de faire appel aux compétences de personnels spécialisés en interne (médecins, infirmiers, assistants sociaux) ou à des relais extérieurs ;
- venir en aide aux élèves manifestant des signes inquiétants de mal être : usage de produits licites ou illicites, absentéisme, désinvestissement scolaire, repli sur soi, conduites suicidaires... ;
- renforcer les liens avec les familles ;
- apporter un appui aux acteurs de la lutte contre l’exclusion en renforçant les liens entre l’établissement, les parents les plus en difficulté et les autres partenaires concernés (comme la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions le prévoit).

Pour répondre aux objectifs de ces missions, certaines académies mettent en place des actions innovantes à travers le CAVL (conseil académique de la vie lycéenne), dans le cadre d’actions humanitaires ou de renforcement de liens avec les parents... Des obstacles, comme la surcharge de travail des différents acteurs, la juxtaposition d’actions plutôt qu’une véritable démarche de projet, l’empilement de dispositifs plutôt qu’une réelle articulation avec d’autres instances comme le CVL (conseil de la vie lycéenne), le CLS (contrat local de sécurité)... peuvent nuire à leur bon fonctionnement.

 

Documents

- Comité d’éducation à la santé et à la citoyennetéDirection de l’enseignement scolaire, ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.
- Baeumler, Jean-Pierre. L’école citoyenne. Le rôle du Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté. Rapport présenté au Premier minisre. Ministère de l’Education nationale. Janvier 2002
- Textes de référence, nouvelles missions des CESC, éducation à la santé en milieu scolaire, prévention de la violence, prévention des conduites addictives, éducation à la sexualité, dispositifs de réussite éducative, éducation à la citoyenneté. Demain, je serai citoyen

 

Retour au sommaire des Fiches

 

Notes

[1Il n’a pas été possible de donner le taux de couverture précis des établissements en zones sensibles ou en éducation prioritaire.

Répondre à cet article