> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > INEGALITES SOCIALES (Types de document) > Inégalités sociales (Etudes univer.) > "Encore plus ! Enquête sur les privilégiés qui n’en ont jamais assez", par (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

- "Encore plus ! Enquête sur les privilégiés qui n’en ont jamais assez", par Louis Morin (Observatoire des inégalités), Plon, mars 2021 - "20 % de la population a un diplôme supérieur à bac + 2"

23 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Encore plus ! Enquête sur les privilégiés qui n’en ont jamais assez
Et si les privilégiés en France ne se limitaient pas à une minuscule frange de 1 % ? Dans son nouvel ouvrage, Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, dénonce l’hypocrisie d’une classe aisée bien plus vaste, qui vit confortablement et profite des inégalités scolaires. Voici l’introduction de l’ouvrage Encore plus !, qui paraît le 4 mars aux éditions Plon.

Ce livre est né d’une indignation. Celle de voir la France des privilégiés continuer à en avoir « encore plus » quand les classes populaires en ont « encore moins ». La France qui a davantage ne se résume pas à une poignée de riches, qu’elle désigne souvent d’elle-même de sa vindicte. Elle est beaucoup plus large : c’est la France des cadres supérieurs, des diplômés des bonnes écoles, dont une bonne partie vote à gauche.
À une bourgeoisie économique traditionnelle s’ajoute une bourgeoisie intellectuelle, bien assise sur son diplôme. À l’autre bout de la hiérarchie sociale, la France qui en a encore moins ne se limite pas à la misère, aux mal-logés et aux sans-abri. C’est celle de tous ceux qui ont manqué la marche de l’école, n’ont pas obtenu le bon statut d’emploi et qui galèrent au quotidien. Une France d’employés, d’ouvriers, d’immigrés en partie. Souvent féminine. Entre les deux, les couches moyennes, habituées au progrès, voient leurs revenus stagner, et pour elles le freinage est brutal. France d’en haut, France d’en bas et France du milieu s’éloignent. Alors que le niveau de vie des classes aisées progresse, celui des classes populaires stagne depuis deux décennies, celui des classes moyennes depuis une quinzaine d’années. Ce changement est historique pour notre pays. Ceux du bas de l’échelle expriment de plus en plus bruyamment leur mécontentement dans les urnes ou dans la rue. Pour tenter de « faire peuple » et de se rabibocher avec eux – ne serait-ce que le temps d’une élection –, les plus favorisés déploient des trésors d’imagination. Au peuple, ils livrent des boucs émissaires. Quand la gauche montre du doigt l’hyper-richesse, à droite (surtout) de l’échiquier politique, on cible les « assistés » qui vivraient aux crochets de la société, et les immigrés qui « menacent l’identité française » et « prennent le travail » des natifs.

Extrait de inegalités.fr du 01.03.21

 

20 % de la population a un diplôme supérieur à bac + 2
20 % de la population dispose d’un diplôme supérieur à bac + 2 et 23 % détient au mieux le certificat d’études primaires. On est loin de la vision d’une société où le diplôme du supérieur serait la norme.

Extrait de inegalites.fr du 18.03.21

 

Voir la rubrique INEGALITES SOCIALES (Types de document)
Voir le mot-clé (avec le commentaire) Inégalités sociales (généralités) (gr 5)/

Répondre à cet article