> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Rapports officiels et Etudes) > L’enquête Talis 2018 (Ocde) : le dossier complet de la DEPP et l’analyse du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’enquête Talis 2018 (Ocde) : le dossier complet de la DEPP et l’analyse du Café sur les pratiques pédagogiques

20 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Les enquêtes de la DEPP
TALIS (Teaching And Learning International Survey) 2018

Enquête internationale de l’OCDE sur l’enseignement et l’apprentissage

Talis est une enquête internationale initiée par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE). Elle permet des comparaisons inédites dans le temps et l’espace des systèmes éducatifs en donnant la parole aux enseignants et aux chefs d’établissement sur leurs pratiques professionnelles et sur les conditions d’exercice de leur métier. Près de 50 pays, dont la France, ont participé à l’édition 2018 de Talis. Il s’agit de la seconde participation de la France après celle de 2013.

À propos de Talis
Les premiers résultats de Talis 2018 : les publications par la DEPP et l’OCDE
Les données portent sur un échantillon représentatif de collèges et d’écoles de l’enseignement élémentaire. Les premiers résultats de Talis 2018 sont disponibles sous forme de publications de la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) et de l’OCDE. Ils portent plus particulièrement sur l’évolution des pratiques en lien avec le paysage éducatif changeant, les motivations à devenir enseignant, la satisfaction professionnelle et la formation des enseignants.

En France, la mise en œuvre de l’enquête a été confiée à la DEPP. Les questionnaires sont administrés en ligne. Ils ont été élaborés en collaboration avec les représentants des pays concernés, l’OCDE et un groupe d’experts. L’édition 2018 couvre les thèmes suivants :

la formation initiale et le développement professionnel
les pratiques en classe et l’environnement pédagogique
le climat scolaire et le climat de classe
les motivations et la satisfaction professionnelle des enseignants
l’appréciation portée sur le travail des enseignants
de manière transversale : les questions d’innovation, d’équité et de diversité

Premiers résultats de l’édition 2018
La publication et l’analyse des données de l’édition 2018 de Talis font l’objet de deux "lots", le premier en juin 2019 et le second en mars 2020.

Les résultats du premier lot portent plus particulièrement sur l’évolution des pratiques en lien avec le paysage éducatif changeant, les motivations à devenir enseignant, la satisfaction professionnelle et la formation des enseignants.

La DEPP a proposé une première synthèse sous forme de deux notes d’information (NI) publiées en juin 2019 :

La première note concerne les enseignants et directeurs d’école de l’enseignement primaire. Elle offre une photographie inédite du métier de professeur des écoles en documentant notamment leurs pratiques de classe, leur sentiment d’efficacité personnelle et leur formation.
Consulter la note d’information "Pratiques de classe, sentiment d’efficacité personnelle et besoins de formation : une photographie inédite du métier de professeur des écoles début 2018"

La seconde note porte sur les enseignants et chefs d’établissement du second degré. Elle documente l’évolution du ressenti des enseignants depuis l’édition 2013 et met en perspective leur sentiment d’efficacité personnelle et leur formation initiale et continue.
[Consulter la note d’information "La formation continue, un levier face à la baisse du sentiment d’efficacité personnelle des enseignants au collège ?"
Ces travaux viennent compléter et enrichir les publications réalisées par l’OCDE à partir du premier lot de données Talis 2018 : un premier rapport international, un guide à l’intention des enseignants et une note pays.

Ils prolongent également les constats établis lors de l’édition 2013 de Talis et synthétisés dans les deux notes d’information suivantes de la DEPP :

"Enseignant en France : un métier solitaire ?" (juin 2014)
"La formation professionnelle des enseignants est moins développée en France que dans les autres pays" (juin 2014)

Extrait de education.gouv.fr

 

Talis : En France des pratiques pédagogiques particulières
Que sait-on des pratiques pédagogiques en France par rapport aux autres pays ? Finalement pas mal de choses si on suit l’enquête Talis 2018 de l’OCDE, publiée le 19 juin. Entre pratiques structurantes, management de la classe, pratiques axées sur les élèves et activités d’approfondissement, l’école française est celle de la tradition...

Comment classer les pratiques pédagogiques ?

Proposée à 48 systèmes éducatifs, l’enquête Talis permet de comparer les pratiques pédagogiques entre les pays. Talis les classe en trois grandes catégories : la gestion de classe, les pratiques qui apportent de la clarté dans l’enseignement (comme présenter les objectifs d’apprentissage, se référer à un problème de la vie quotidienne pour expliquer pourquoi la leçon est utile, présenter un résumé de ce qu’on a appris, laisser les élèves refaire jusqu’à ce qu’ils comprennent), des pratiques axées sur l’élève , ce que Talis appelle "cognitive activation (comme donner des taches qui invitent à l’esprit critique, faire travailler en groupe, laisser les élèves décider de leurs procédures) et des activités d’approfondissement (comme donner des projets demandant une semaine ou plus, inviter les élèves à utiliser les TICE ou donner des taches pour lesquelles il n’y a pas de solution évidente).

Des pratiques traditionnelles encore bien installées

Si l’indiscipline est un problème particulièrement grave en France, les enseignants français font appel aux mêmes pratiques que la moyenne des pays de Talis pour la gestion de classe : 76% invitent les élèves à écouter (contre 70% en moyenne des 48 pays de Talis), 69% invitent les élève sà se taire en début de leçon (61%), 77% invitent à respecter les règles de la classe (contre 71%). Sur tous ces aspects les professeurs français sont plutôt forts.

On va voir que c’est aussi le cas pour ce qui relève de la clarté de l’instruction. 90% des enseignants expliquent ce qu’ils attendent des élèves (moyenne ocde 90%), 79% fixent des objectifs en début de séquence (80% en moyenne), 78% font un résumé (73%). Ils sont juste un peu moins nombreux à laisser les élèves refaire jusqu’à ce que ça rentre (55 contre 68%).

Peu d’encouragements cognitifs

L’écart se fait sur les activités axées sur l’élève (la cognitive activation). Par exemple seulement 26% des enseignants français invitent les élèves à résoudre des tâches complexes selon leur propre procédure contre 44% en moyenne dans l’Ocde. Ils sont seulement 26% encore à donner des tâches où la réponse n’est pas évidente (contre 34%). Par contre le travail de groupe est bien implanté (49% contre 50%) et c’est un gros changement depuis 2013 (+12%).

Là où la différence est la plus sensible c’est sur les activités d’approfondissement. Seulement 36% des enseignants invitent à utiliser les TICE (contre 53% en moyenne dans l’Ocde). Là aussi il ya une forte progression depuis 2013 (+12%) mais l’écart reste important. Ils ne sont que 27% à donner des tâches demandant au moins une semaine de travail. Mais la moyenne de l’OCDE est de 29%.

Suspecte, la bienveillance ?

On voit aussi des différences pour l’évaluation. Les enseignants français fabriquent beaucoup plus souvent leurs évaluations que la moyenne des autres pays (96 % contre 77%). Ils apportent un retour écrit sur le travail de l’élève en plus de la note plus souvent (77 contre 57%). Mais ils laissent nettement moins souvent que les autres les élèves s’auto évaluer : 20% des professeurs français contre 41% en moyenne dans l’OCDE.

Les enseignants français apparaissent aussi comme moins encourageants. Seulement 72% disent aux élèves qu’ils vont réussir contre 85% en moyenne dans l’OCDE. 65% valorisent le travail des élèves contre 81%. Et sur ces points là les taux sont en diminution depuis 2013 comme si la bienveillance était devenue suspecte depuis qu’elle est portée officiellement.

La France semble donc un pays aux pratiques pédagogiques classiques qui visent plus à transmettre qu’à aider à développer les compétences des élèves. Mais somme toute, la France n’est aps seule dans ce cas et d’autres pays renommés dans les évaluations internationales font de même : la Corée du Sud, le Japon ou même la Finlande sur certains points.

Une certaine fermeture au multiculturel

Avec un pourcentage important de classes qui comptent au moins 10% de jeunes issus de l’immigration, on pourrait penser que l’école français soit particulièrement attentive à l’enseignement en contexte multiculturel ou plurilingue.

"En France, 12% des enseignants ont été formés pour enseigner dans des contextes multiculturels ou plurilingues au cours de leur formation initiale, tandis que 8% des enseignants en moyenne se sentent préparés à enseigner dans ce cadre à la fin de leurs études. De plus, seuls 6% des enseignants ont participé à des activités de développement professionnel dans ce domaine au cours de l’année précédant l’enquête. La France est le pays, parmi l’ensemble des pays et économies participant à TALIS, présentant les valeurs les plus faibles sur ces trois indicateurs. Le fait que malgré une faible participation à ce type de formation continue, 17% des enseignants rapportent un besoin élevé de formation dans ce domaine, suggère une demande non satisfaite ou une offre inadaptée pour ce type de formation continue", note Talis. "Néanmoins, en moyenne en France, 66% des enseignants considèrent qu’ils peuvent « dans une certaine mesure » ou « beaucoup » faire face aux défis d’une classe multiculturelle s’agissant de l’enseignement (contre 67% pour l’OCDE en moyenne)".

C’est ce que montre ce graphique. Les enseignants français ont des classes où les élèves viennent souvent d’autres cultures. Ils ne sont pas formés à y faire face. Mais finalement ils estiment être capable de faire ce qu’il faut. Un peu comme si cette ouverture aussi était suspecte au regard d’un système éducatif conçu plutôt comme assimilateur qu’intégrateur.

François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 19.06.19

 

Voir aussi la revue de presse des cahierspedagogiques du 19.06.19

Répondre à cet article