> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > VIE SCOLAIRE (Climat, Décrochage, Internats, Milieu rural, Pauvreté, Rythmes, (...) > DECROCHAGE > Décrochage (Etudes) > Deux études du Ctreq : - Les facteurs territoriaux de persévérance et de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Deux études du Ctreq : - Les facteurs territoriaux de persévérance et de réussite scolaire au Québec - Les transitions scolaires et la persévérance

24 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Les facteurs territoriaux de persévérance et de réussite scolaire au Québec

Le taux de diplomation et de qualification demeure un indicateur important lorsqu’arrive le moment de mesurer le parcours et la réussite scolaires des élèves sur un territoire. Par ce taux, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur détermine, pour un territoire donné, la proportion d’élèves qui ont obtenu un diplôme ou une qualification au plus tard sept ans après leur entrée au secondaire. Cela lui permet aussi de fixer des objectifs précis relativement aux taux obtenus (ex. : établissement de mesures propres à accroître la diplomation ou à réduire la durée des études).

En 2009, le Québec s’était donné comme objectif une proportion de 80 % de diplômés à atteindre avant la fin de 2020. Ce taux a été rehaussé à 90 % avec une échéance à 2030 après l’adoption de la nouvelle Politique de la réussite éducative en 2018, alors qu’il avoisinait les 70 %. Mais bien que des efforts aient été faits ces dernières années pour améliorer le taux de diplomation et de qualification partout dans la province, celui-ci reste disproportionné d’un territoire à un autre. Par exemple, quand on prend les cohortes de 2006 et de 2007, en analysant le nombre et la qualité des diplômes obtenus respectivement en 2013 et en 2014, le taux de diplomation et de qualification varie de 48 % à 87 % à l’échelle des municipalités régionales des comtés (MRC) du Québec. Plusieurs facteurs individuels, familiaux et scolaires expliquent néanmoins cette disparité entre territoires en matière de persévérance et de réussite scolaire.

Une étude menée à ce sujet par l’équipe du chercheur-enseignant Michaël Gaudreault visait deux objectifs :

Vérifier si certains facteurs individuels et familiaux liés à la persévérance scolaire y sont également associés lorsqu’on les analyse à l’échelle des territoires ;

Explorer l’influence de nouveaux indicateurs territoriaux sur la persévérance scolaire.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont privilégié un découpage territorial à l’échelle des MRC, à l’exception des trois territoires de la région Nord-du-Québec en raison des données peu fiables ou manquantes sur ces territoires, ou des différences de tendances considérables observées par rapport aux autres MRC du Québec. L’équipe de chercheurs a retenu les six composantes territoriales suivantes pour l’analyse des données : (i) démographie et familles ; (ii) scolarité ; (iii) diversité ethnoculturelle ; (iv) marché de l’emploi ; (v) conditions de vie ; (vi) occupation de l’espace.

[Comment les parents peuvent-ils favoriser la persévérance chez leurs enfants ?]

Les résultats obtenus montrent que le faible taux de diplomation des jeunes au secondaire qui résident sur tel ou tel territoire est lié à plusieurs facteurs, notamment une importante proportion de familles monoparentales, de logements surpeuplés, d’adultes sans diplôme, d’autochtones et de gens ayant déménagé. Par ailleurs, le fait d’avoir une proportion élevée d’immigrants de première génération sur le territoire d’une MRC a une incidence positive sur le taux de diplomation lié à ce territoire. De plus, les résultats obtenus ont permis de mettre en évidence deux nouvelles composantes territoriales qui influencent soit négativement, soit positivement la dynamique de diplomation des jeunes au secondaire : le marché de l’emploi (taille des entreprises, domaines d’emploi, entreprises agricoles) et l’occupation de l’espace (distance des cégeps et date de construction des bâtiments). Enfin, la non-connaissance du français et les logements nécessitant des réparations majeures ont été identifiés comme des facteurs associés à une plus faible diplomation, alors que la densité de la population est un facteur associé à une plus forte diplomation, donc considéré comme un facteur territorial de réussite scolaire.

[Pour consulter la recherche, www.cartojeunes.ca/donnees/media/fichiers/FicheSynthese_AnalyseTerritoriale.pdf]

Référence

Gaudreault, M., Morin, I., Simard, J.-G., Perron, M. et Veillette, S. (2018). Les facteurs territoriaux de persévérance et de réussite scolaires au Québec. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 51(3), 37-60. Repéré à

Extrait de rire.cetrq.qc.ca du 06.05.19

 

Découvrez le bulletin 17 : Objectif Persévérance et réussite

Les transitions scolaires et la persévérance

Les transitions vécues dans le contexte scolaire ont une véritable influence sur la persévérance et la réussite des élèves. Bien qu’incontournables, ces étapes peuvent dans de nombreux cas se révéler difficiles. Les articles proposés dans ce nouveau bulletin offrent une vision éclairée de ce sujet en plus de proposer aux parents, aux enseignants, aux directions d’école et à la communauté certaines pistes afin d’accompagner les élèves dans ces importantes étapes.

Concernant la recherche

Les transitions scolaires, comme le passage du primaire au secondaire, constituent des moments déterminants du cheminement des enfants et des adolescents. Afin de pallier les difficultés engendrées par ces événements cruciaux, des recherches ont été menées dans le cadre du Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires (PRPRS). En plus de permettre une meilleure compréhension du dépistage et de la prévention des difficultés scolaires, ces recherches proposent des mesures de soutien pour faciliter les transitions. Le bulletin 17 propose deux articles dans lesquels les transitions sont mises à l’honneur.

Saviez-vous que…

La transition entre la formation universitaire et l’entrée dans la profession constitue une étape difficile pour plusieurs enseignants. Ce passage, pourtant crucial, s’effectuerait trop souvent sans soutien formel.
Une équipe de recherche dirigée par Simon Larose, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, a mis sur pied le programme ACCES pour aider les jeunes à traverser le passage du primaire au secondaire.
L’intégration d’un parcours d’alternance études-travail au secondaire a des effets bénéfiques, notamment chez les élèves en difficulté ou de milieux défavorisés.

Si vous avez un intérêt pour ces sujets et que vous souhaitez en apprendre davantage, vous pouvez télécharger dès maintenant le Bulletin 17 – Objectif persévérance et réussite produit en collaboration avec le CTREQ.

Extrait de cetreq.qc.ca du 15.05.19

Répondre à cet article