> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. Formation. Actes de stages et colloques > Educ. prior. Actes et stages locaux > L’EIST au collège RRS Aimé Césaire à Paris (présenté à un stage de formation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’EIST au collège RRS Aimé Césaire à Paris (présenté à un stage de formation formateurs en Eist

14 juin 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Réunis à Paris les 12 et 13 juin 2013, une centaine de formateurs à l’enseignement intégrés des sciences et de la technologie (EIST) ont échangé savoirs et réflexion, formant une communauté apprenante extrêmement riche. Si l’EIST reste très minoritaire dans les collèges, les professeurs qui y participent sont convaincus de leur démarche.

Changement d’ambiance. C’est ça qui surprend le plus dans ce séminaire. Alors que les salles des profs sont souvent moroses, dans les salles du lycée Jean Zay à paris, la centaine d’enseignants réunis les 12 et 13 juin affichent une bonne humeur communicante. Ils viennent pourtant majoritairement d’établissements d’éducation prioritaire. Mais la flamme est intacte et vivement réchauffée au gré des contacts.

Expérimenté depuis 2006, l’EIST propose une autre organisation des enseignements scientifiques et de la technologie au collège afin de mettre en oeuvre la démarche d’investigation caractéristique des pratiques scientifiques et technologiques et décloisonner les disciplines. Pour Xavier Turion, directeur adjoint à la Dgesco, l’EIST renforce le parcours des élèves au moment où ils passent du maitre unique, au primaire, à la pluralité des professeurs. Avec l’EIST, les élèves n’ont plus qu’un seul enseignant pour 3 disciplines.

Invitées au séminaire national, Fatima Rahmoun et Aube Mangin, professeures au collège Aimé Césaire, un établissement prioritaire du nord-est parisien, ne sont pas près de quitter l’EIST. "L’EIST nous permet de travailler dans de bonnes conditions", nous dit Fatima Rahmoun. "On a plus d’heures et des groupes d’élèves moins nombreux. Du coup on peut enseigner autrement, on faut vraiment des sciences. On a du temps pour réfléchir, manipuler, argumenter, rendre compte". L’EIST privilégie la démarche d’investigation qui met les élèves en activité devant des problématiques. Lors du séminaire Fatima et Aube ont présenté avec leur collègue de technologie des travaux d’élèves sur les engrenages basés sur les recherches de Léonard de Vinci.

Extrait de cafepedagogique.net du 14.06.2013 : EIST : Rencontre avec des enseignants passionnés

Répondre à cet article