> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale A L’ECOLE > Ecole (Numérique, Communication, Presse) > Mêler durant deux années chorégraphie et robotique dans des écoles en Gironde (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mêler durant deux années chorégraphie et robotique dans des écoles en Gironde (entretien du Café) - D’autres actions danse en collège REP+ et REP, en partenariat avec La Manufacture - Centre de Développement Chorégraphique National

20 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Philippe Guillem : Un robot danseur pour découvrir ses émotions

De 2015 à 2017, le robot Poppy part à la rencontre des élèves de 7 classes de la Gironde. Création artistique, pédagogie et recherche scientifique ont travaillé de concert durant deux années scolaires afin que ces élèves de la maternelle à la sixième puissent se construire un « regard sensible », qu’ils découvrent l’univers des sciences et de l’innovation et celui d’un artiste/chorégraphe. Philippe Guillem, médiateur de ressources et services numérique Éducatif au sein de l’atelier Canopé Gironde a participé à la mise en œuvre de ce projet aux multiples partenariats.

Pourriez-vous nous parler de la genèse du projet ?
L’idée de départ revient à Isabelle Depaire actuelle directrice de l’Atelier Canopé de la Gironde. Elle avait à cœur de mêler les arts et les sciences. Elle avait aussi le souci de proposer aux élèves des parcours d’éducation artistique et culturelle et d’accompagner les enseignants dans ces projets. Elle a donc pensé un parcours associant des partenaires locaux autour de la Danse et la Robotique.

Quels étaient les objectifs principaux du projet ?
Pour les enseignants, l’objectif pédagogique principal, était de construire et conduire un projet artistique en danse en l’inscrivant dans le projet culturel de la classe et donc d’amener les élèves à se construire, dans une démarche de création, un langage corporel et chorégraphique singulier.

Dans le domaine culturel, l’objectif de l’enseignant a été la rencontre entre la classe, un artiste et son spectacle et d’autre part, une structure culturelle dédiée à l’art chorégraphique. Un autre objectif important lié à ce projet était d’amener les élèves à se construire une première culture en robotique éducative et à s’initier à un langage de programmation simple (de type Snap ou Scratch).

Pour l’élève les enjeux et objectifs étaient aussi nombreux dans ce projet sur une année. Ils avaient par exemple à construire un regard sensible et référencé en lien avec l’enseignement de l’histoire des arts et à appréhender deux univers : celui de la science et de l’innovation et celui d’un artiste/chorégraphe, et comment ils peuvent interagir entre eux. Autre enjeu, s’intéresser au mouvement humain, explorer la locomotion et la gestuelle humaine en dialogue avec la machine afin d’enrichir ses réponses corporelles et sa motricité symbolique. Il ont du aussi acquérir des notions de programmation et découvrir l’univers scientifique des objets programmés. Et bien sur apprendre à se connaître soi-même et accepter les autres à travers la danse.

Comment arriver à créer du lien entre l’ensemble des partenaires ?
Les partenaires institutionnels que sont Réseau Canopé, la DSDEN 33 et la DRAC ont l’habitude de mener nombre de projets ensemble et ils ont été rejoints pour celui-ci par le Centre de développement chorégraphique d’Aquitaine Le Cuvier et le centre de recherche en sciences et technologies du numérique INRIA de Bordeaux. Le lien s’est fait autour de la classe et de la rencontre entre les élèves, le danseur et le robot. Une rencontre assez inédite pour que chaque partenaire puisse considérer son travail d’origine sous un nouvel angle et donc d’y trouver un intérêt renouvelé. La restitution finale du projet donnée par les élèves sur la scène professionnelle du Cuvier, devant d’autres élèves et les parents aura aussi, je pense, fortement contribué à fédérer les énergies et l’intérêt de chaque partenaire.

L’Atelier Canopé 33 avec ses médiateurs (Christian Lebbe la première année et Philippe Guillem la seconde) a accompagné les classes tout au long de l’année. Lors des séances en classe avec le danseur, ils ont permis « l’animation » du robot Poppy. En contact régulier avec les enseignants, ils ont pu les conseillers et leur apporter leur regard sur les activités conduites en classe. Enfin, ils sont intervenus auprès des élèves pour mener des ateliers de programmation leur permettant de créer la chorégraphie de Poppy pour la restitution.

Quels retours avez-vous pu avoir de l’ensemble des acteurs sur l’intérêt de ce projet ?
Les retours ont été bons, que ce soit du côté des partenaires que de celui des enseignants et des élèves. L’intérêt manifesté par les élèves, leur investissement et leur motivation à participer aux différentes phases du projet et à construire un spectacle ont été un des indicateurs importants de la réussite de ce parcours. Les nombreux retentissements en classe ont aussi montré l’intérêt de tels projets. Tous ceux qui ont accompagné le projet ont pu constater tout au long de l’année qu’il sollicitait beaucoup la créativité ; celle des élèves dans leurs réalisations et celle des enseignants dans leur propositions pédagogiques. Le projet a aussi souvent aidé à la cohésion de la classe, au travail en collaboration et à l’entraide.

Les artistes et scientifiques ont aussi témoigné de leur satisfaction et de leur intérêt pour ce projet et souvent de leur surprise quant à la qualité des travaux et des réflexions des élèves.

Et demain, une nouvelle danse ?
Ce projet était expérimental et il est difficilement reproductible tel quel car il a nécessité beaucoup de moyens, et de ressources humaines et matérielles. En revanche, il permet de constater combien l’introduction d’un robot en classe quel qu’en soit le niveau (cycle 1 2 ou 3), suscite l’intérêt et permet des progrès rapides chez les élèves, dans le domaine de la robotique et du code mais aussi dans ceux moins attendus des activités corporelles ou artistiques.
Aurélie Badard

Extrait de cafepedagogique.net du 30.05.18 : Philippe Guillem : Un robot danseur pour découvrir ses émotions

 

[...] La robotique permet de faire accepter l’échec aux élèves

Une rencontre également déterminante pour Emmanuel Page, conseiller pédagogique en technologies de l’information et de la communication, qui a ouvert aux robots la porte des classes d’éducation prioritaire de Floirac (Gironde) car cet apprentissage "crée une motivation et une persévérance scolaire". [...]

Extrait de sciencesetavenir.fr du 01.06.16 : Des robots sur les bancs des écoles en Gironde

 

Le robot Poppy entre dans la danse
Mélanger danse et robotique, quelle drôle d’idée... Pourtant, à l’heure des nouvelles technologies, artistes chorégraphes, danseurs et chercheurs travaillent ensemble pour élaborer des langages novateurs et développer de nouvelles perceptions.
Le CDC invite pour la deuxième année quatre classes d’élèves à aller à la rencontre d’un robot made in Bordeaux, Poppy, et du chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing, intéressé par le lien danse / robotique. Sa dernière création sera à découvrir dans notre festival danse jeune public Pouce ! le vendredi 3 février
au Pôle culturel Evasion à Ambarès-et-Lagrave.

Un robot dans la danse
- - - - - - - - - - - - - -
Le dispositif Le robot Poppy entre dans la danse a été imaginé en partenariat avec l’Atelier Canopé 33 et l’INRIA, centre de recherche bordelais en sciences et techniques du numérique, qui a créé le robot humanoïde Poppy, capable de bouger et d’éprouver la danse. Pour les enfants, cette rencontre constitue une formidable opportunité d’appréhender les interactions entre science et chorégraphie, de jouer avec l’aléatoire et le programmable, d’éprouver le mouvement en dialogue avec la machine. Ils rencontreront le chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing et un ingénieur de l’INRIA. Ce projet donnera lieu à des restitutions chorégraphiées et un making off
numérique des ateliers.

School of the Moon (version installation vivante)
- - - - - - - - - - - - - -
Le danseur et chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing, avec sa compagnie Shonen sera cette année dans notre Festival danse jeune public Pouce ! avec une version installation vivante de sa dernière création School of the Moon, une pièce initialement créée pour un groupe de 6 enfants, 6 robots Nano, deux danseurs et avec la complicité notamment de la scientifique Sophie Sakka, membre du laboratoire IRCCyN de Nantes.
Après une résidence au CDC la saison dernière, il renouvellera sa participation au projet Un robot entre dans la danse et ira à la rencontre des élèves des quatre
écoles investies.

L’école en mouvement

- À tout âge, à tous les niveaux, les écoliers de la métropole découvrent la danse contemporaine. Le Cuvier CDC et ses partenaires mettent en place des parcours qui favorisent une pratique, un regard et une expérience du spectacle. Une vingtaine de classes sera embarquée dans ces sessions mouvementées.

A la croisée des arts et des lieux
- - - - - - - - - - - - - -
En partenariat avec le CAPC, ce dispositif met en avant une approche pluridisciplinaire, à la croisée des arts visuels et de la danse. Le rapport à la création,
aux œuvres, à l’histoire de l’art s’étoffe et s’enrichit lors d’ateliers de pratique de la danse, de visites et de spectacles. Un éclairage particulier sera porté cette année
sur la question du synopsis.

Jump and turn
- - - - - - - - - - - - - -
Apprendre une langue vivante... en dansant ! Le CDC, en partenariat avec l’association Books on the Move, propose de découvrir simultanément une langue vivante et l’exploration du mouvement. Inspirée par le travail artistique de la chorégraphe américaine Simone Forti, cette approche menée par la danseuse et pédagogue Agnès Benoit offre un moment d’immersion totale, où mouvement et parole jaillissent spontanément.
À tout âge, à tous les niveaux, les écoliers de la métropole découvrent la danse contemporaine. Le Cuvier CDC et ses partenaires mettent en place des parcours qui favorisent une pratique, un regard et une expérience du spectacle. Une vingtaine de classes sera embarquée dans ces sessions mouvementées.

[...]

Réseau Éducation Prioritaire de Bordeaux la Bastide
- - - - - - - - - - - - - -
Depuis 2003 le centre d’animation Bastide Benauge a construit un projet autour de la danse qui comprend cours et stages, mise à disposition de studios pour les compagnies et festival. Le Cuvier CDC accompagnera cette année le centre d’animation dans ses projets en direction des scolaires, avec la proposition d’interventions d’artistes (cette année la compagnie La Tierce), /et la mise à disposition de toutes ses ressources en matière d’EAC et de culture chorégraphique. Tous ces dispositifs sont soutenus et élaborés en partenariat avec la DRAC ALPC et la Direction des services départementaux de l’Education nationale (DSDEN) et en coopération avec le CAPC et l’Opéra national de Bordeaux.
Tous ces dispositifs sont soutenus et élaborés en partenariat avec la DRAC ALPC, DAAC du Rectorat et les établissements scolaires.

De plus en plus de collégiens de la région bénéficient des parcours de danse imaginés par le CDC. Si le partenariat de longue date avec le collège Jean Zay continue, quatre autres établissements entrent dans la danse. De quoi donner le virus chorégraphique aux collégiens et insuffler d’autres manières d’apprendre
et de pratiquer.

Collèges, puissance 5

Collège [REP] Jean Zay (Cenon)
- - - - - - - - - - - - - -
Les élèves de 3e Jean Zay expérimentent la danse dans un projet mêlant atelier artistique et Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI), nouveau dispositif imaginé pour aborder une thématique à travers au moins deux disciplines. La classe de 3e va approfondir sa culture chorégraphique en côtoyant des artistes invités de la saison du Cuvier, en assistant à des pièces chorégraphiques, en approchant au plus près la question de la création artistique, en affûtant un certain regard critique. Les collégiens et leurs enseignants, accompagnés par Florence Peyramond (Cie Entresols), mènent un projet articulé autour de la question des femmes et de leur place dans la société, autour des pièces Reines de Gilles Baron et le Grand Luminaire de Naomi Mutoh.
D’année en année, le collège Jean Zay forme ainsi de futurs spectateurs, amoureux de la danse, et constitue un véritable terreau pour le développement de
la culture chorégraphique.

Collège [REP+] Blanqui (Bordeaux)
- - - - - - - - - - - - - -
Autour du travail de Carole Vergne et de sa pièce jeune public Cargo, les collégiens vont traverser une saison entre arts plastiques et danse, au cœur des réoccupations de la chorégraphe et de son collectif interdisciplinaire A.a.o.

[...]

Cuvier CDC 2016-2017 (p.3 et 4)

Actions Education primaire 2017-2018

Site de La Manufacture - Centre de Développement Chorégraphique National (La Manufacture CDCN)

[Actions Education collège-2016-2017>http://www.lamanufacture-cdcn.org/page/college-2016-17]

Site de La Manufacture - Centre de Développement Chorégraphique National (La Manufacture CDCN)

[Actions Education collège-2016-2017>http://www.lamanufacture-cdcn.org/page/college-2016-17]

Répondre à cet article