> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Projet Méditerranée – "Mare nostrum" pour des latinistes de 5ème à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Projet Méditerranée – "Mare nostrum" pour des latinistes de 5ème à Clichy-sous-Bois (Observatoire des pratiques en éducation prioritaire)

8 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Prendre conscience de soi et de l’autre : cultures en partage

La Méditerranée, allégorie de ce qui nous sépare et de ce qui nous lie, cultures d’un espace, lieux partagés, de rencontres, de syncrétisme parfois de conflictualité : c’est à sa découverte que 26 latinistes de deux classes de 5ème ont travaillé en 2017-2018. Leur projet Méditerranée – Mare nostrum invite à des « regards croisés d’une rive à l’autre« 

Six hauts lieux parisiens de culture leur ont ouvert leurs portes. Chacun a permis aux élèves de s’approprier les codes de comportement adéquats, de s’initier à plusieurs modes d’expression artistique. Chacun a appris à écouter, fréquenter des expositions, mais aussi pratiquer la calligraphie, l’écriture, la céramique, l’enluminure, la transmission d’un savoir.

Se réapproprier un monde dont beaucoup d’entre nous sont issus : c’est ce à quoi un travail conjoint dans quatre disciplines a conduit les élèves.

En latin, les élèves ont retrouvé les légendes et histoires, grecques et romaines, qui les avaient ravies en 6ème. De leurs grandes figures, ils ont retenu surtout celles des femmes.

En français, les élèves ont étudié des extraits des Mille et une nuits et autres contes populaires, puis écrit leur propre conte merveilleux. Il a été lu le 23 mai 2018 dans l’auditorium du musée d’art et d’histoire du judaïsme (MAHJ).
Méditerranée-Mare Nostrum : l’emblème du projet
Voyager dans le temps et en Méditerranée : étudier, écrire pour lire un conte merveilleux

Les élèves étaient assez sûrs de leur travail pour être concentrés et apaisés.

En langues vivantes, c’est à l’Espagne comme lieu de rencontre des civilisations, juive, arabe et chrétienne que les élèves se sont intéressés, à partir de l’architecture, ou de récits de voyageurs. Les élèves ont été sensibilisés à différents systèmes graphiques à leurs berceaux géographiques et aux œuvres qu’ils ont exprimées.

En sciences, c’est aux grandes figures de mathématiciens, aux liens entre les arts et la géométrie que les élèves se sont intéressés.

C’est un monde cohérent dans sa diversité qui a été présenté aux élèves et dont ils sont désormais conscients et fiers d’être les héritiers. Leur conscience de soi s’est nourrie de connaissances et de la reconnaissance de cultures dont ils sont issus.

C’est pour exprimer leurs découvertes et leur conte merveilleux qu’ils ont appris à mieux communiquer, à écrire pour dire et faire partager. « On est très contents de faire ces découvertes ensemble », nous ont-ils dit, insistant sur les « points communs entre les langues ». « Tout ne se crée pas ex-nihilo » nous a dit un élève. On emprunte, on partage, on voisine. La Méditerranée, c’est un espace d’échanges et de vivre ensemble, un foyer commun, qui, pour peu qu’on l’examine, porte à l’empathie.

Observateurs : Mme Gabrielle GROSCLAUDE, M. François-Régis GUILLAUME, Mme Sophie MAISSIN, Mme Martine AMABLE.

Extrait de educationartistiqueetculturelleeneducationprioritaire.wordpress.com du 18.10.18 : Prendre conscience de soi et de l’autre : cultures en partage

 

Sur le site OZP,
voir le mot-clé du groupe 4 *Lang. Antiq./

Répondre à cet article