> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > ACTEUR > ENSEIGNANT : métier, statut > Enseignant (Etude) > Enseignant en ZEP : métier, statut > Etats généraux de la direction d’école : le SNUipp n’est pas favorable au statut (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Etats généraux de la direction d’école : le SNUipp n’est pas favorable au statut de directeur (ToutEduc)

28 septembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le SNUIPP n’est pas favorable à la création d’un statut de directeur d’école

Le SNUIPP, qui a réuni ce 27 septembre, des "états généraux de la direction d’école", reste opposé à la création d’un statut spécifique. Le syndicat FSU du 1er degré est attaché à la particularité du fonctionnement de ce niveau d’enseignement qui "repose sur le travail collectif" des professeurs des écoles, lesquels ont "besoin d’échanger" et veulent préserver "quelque chose qui marche sans chef", commente pour ToutEduc Régis Metzger, co-secrétaire général. Rappelons qu’un directeur d’école est un enseignant qui a une décharge, plus ou moins importante, de service pour remplir diverses tâches, et que tous les enseignants d’une école ont le statut d’ "adjoints".

Ces "états généraux" organisés au niveau national ont été précédés d’une soixantaine d’ "états généraux" départementaux aux printemps dernier et d’une enquête à laquelle ont répondu quelque 4 500 enseignants, surtout des directeurs, dont un gros tiers d’adhérents du SNUIPP. Il en ressort qu’à 90 %, ils se sentent "déconsidérés" par leur hiérarchie et l’institution, alors qu’à 60 %, ils se disent au contraire considérés par leurs collègues, les familles et les élus locaux. Si 1/3 d’entre eux se dit favorables à la création d’un statut qui leur conférerait une autorité hiérarchique, ils sont aussi nombreux à y être opposés et un autre tiers serait hésitant. Ils ne sont que 20 % à être favorables à un statut d’écoles primaires qui réuniraient maternelles et élémentaires.

Et surtout, les directeurs d’école disent n’avoir pas le temps de faire tout ce qui leur est demandé, et relève souvent du travail de secrétariat, alors que leur rôle est d’abord d’animer l’équipe pédagogique, d’être l’interlocuteur des partenaires de l’école et d’assurer le suivi des élèves. Il faut augmenter leur rémunération et leur temps de décharge, mais aussi qu’ils bénéficient "d’une aide administrative pérenne". Or le gouvernement a supprimé les emplois aidés qui leur apportaient une aide. Le syndicat "réclame des mesures permettant aux directeurs et directrices d’être davantage reconnus et disponibles pour les familles, les élèves, les différents partenaires de l’école". Les écoles doivent être "dotées de personnels supplémentaires dédiés au fonctionnement". Le SNUIPP réaffirme "l’importance du collectif de travail".

Extrait de touteduc.fr du 27.09.18 : Le SNUIPP n’est pas favorable à la création d’un statut de directeur d’école

Répondre à cet article