> 6 - DISPOSITIF > DISCRIM. / ETHNICITE > Lutte contre les discriminations > Sexisme à l’école. Témoignage d’une AED dans un collège REP de la banlieue (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Sexisme à l’école. Témoignage d’une AED dans un collège REP de la banlieue parisienne (l’Express)

17 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Sexisme à l’école, silence dans les rangs

Partout, dans les établissements scolaires, les filles sont victimes de violences sexistes. Dans un mutisme assourdissant.
[...]

"A l’aube des jeunes filles en pleurs", voilà comment Nora Bussigny, étudiante en lettres et grande amatrice de Proust, résume son expérience de "pionne" dans un collège de la banlieue parisienne classé en réseau d’éducation prioritaire (REP). Alors âgée de 19 ans, elle est à peine plus vieille que ces adolescentes quand elle se heurte, stupéfaite, au mal de vivre criant des jeunes filles sur lesquelles elle doit veiller. À cette obsession de la rumeur et de la réputation, surtout, dont bruissent les couloirs.

"Tu sais que dans le mot réputation, il y a ’pute’ ?", lui fera d’ailleurs remarquer un ado. Dans son livre Survaillante. Journal d’une pionne de banlieue (éd. Favre)
[...]

Mais Bernard Ravet, cet ancien proviseur de Marseille, qui a dénoncé dans un récent livre l’influence de l’extrémisme (Principal de collège ou imam de la République ?, éd. Kero), n’est pas si certain de cette liberté revendiquée et évoque même une forme de pression exercée par les grands frères qui se battent pour que les jeunes filles n’enlèvent leur voile qu’une fois à l’intérieur de l’école et pas devant la grille. [...]

Extrait e lexpress.fr du 07.05.18 : Sexisme à l’école, silence dans les rangs

 

"Surveillante", témoignage d’une assistante d’éducation dans un collège REP de banlieue, par Nora Bussigny, éditions Favre, avril 2018

"Principal de collège ou imam de la république ?", Bernard Ravet, Edition Kero, août 2017. Un dossier du Figaro et un entretien avec cet ancien principal de collèges prioritaires à Marseille qui dénonce la radicalisation d’adolescents

Répondre à cet article