> 6 - DISPOSITIF > DISCRIM. / ETHNICITE > Lutte contre les discriminations > Un rapport des IG sur le plan interministériel de lutte contre le racisme et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un rapport des IG sur le plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme souligne que l’éducation nationale est le ministère le plus impliqué dans le PILCRA (Café et ToutEduc)

8 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Lutte contre les racismes : Un rapport officiel veut "accompagner les enseignants"

L’Etat lutte-il réellement contre les différentes déclinaisons du racisme ? Un rapport officiel montre que moins de la moitié des crédits prévus au Plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Pilcra) ont été dépensés (40 millions sur 120 pour 3 ans).
Selon le même rapport, " La mobilisation des ministères a été inégale. L’éducation nationale apparaît comme le ministère le plus impliqué dans le déploiement du PILCRA en lien avec la « grande mobilisation pour les valeurs de la République ».
Représentant plus du quart de l’ensemble du PILCRA, la majorité des actions prévues dans le cadre du plan ont été mises en oeuvre avec une forte mobilisation des établissements scolaires... Même s’il n’était pas directement pilote, le ministère de la culture a su établir un partenariat avec la DILCRA au travers notamment du développement des lieux de mémoire et de l’implication de nombreux établissements et acteurs culturels.
Les autres ministères, notamment économiques et sociaux, se sont moins mobilisés". Evidemment ces affirmations peuvent être critiquées au lendemain de l’apologie de Maurras par la Culture ou du refus de voir le "racisme d’Etat" dans l’Education nationale et de la plainte ministérielle contre un stage antiraciste de Sud Education. Le rapport recommande "d’accompagner concrètement l’ensemble des enseignants et les autres personnels des établissements scolaires à déconstruire les préjugés des élèves sur les origines et cultures des personnes". Une recommandation en contradiction avec la condamnation officielle des initiatives de sensibilisation des enseignants à l’antiracisme à l’Ecole.

Le rapport "Évaluation du plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (2015-2017)"

Extrait de cafepedagogique.net du 07.02.18 : Lutte contre les racismes : Un rapport officiel veut "accompagner les enseignants"

 

Lutte contre le racisme et l’antisémitisme : en classe, lors du BAFA, du service civique... (inspections générales)

"Malgré les contenus mis à disposition des établissements et des enseignants, demeure bien souvent une difficulté pour traiter certaines questions", comme "le génocide juif, le génocide arménien, les entreprises coloniales de la France", "par crainte de devoir affronter des réactions des élèves pour lesquels certaines académies identifient le poids de représentations stéréotypées, voire communautaires", soulignent dans un rapport commun les inspections générales de l’administration de l’Education nationale et du ministère de l’Intérieur. L’IGAENR et l’IGA préconisent de prolonger les mesures du PILCRA 2015-2017 (le plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) "en accompagnant précisément les enseignants à la déconstruction avec les élèves des mécanismes du racisme et de l’antisémitisme, par des supports pédagogiques et des modules de formation dédiés dans les plans académiques de formation".

Elles préconisent également d’ "investir le hors temps scolaire" : les grands réseaux et les associations locales d’éducation populaire "doivent pouvoir pleinement exprimer leurs capacités au service de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme" et "il pourrait être envisagé d’introduire un module à ce sujet, dans le référentiel du brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur en accueils collectifs de mineur (BAFA)".

Le service civique constitue "une autre occasion de sensibiliser un public jeune", "soit dans le parcours de citoyenneté sous-tendu par le programme lui-même, soit en augmentant le nombre de volontaires de service civique placés au sein d’associations engagées dans la lutte contre les différentes formes de racisme". La mission recommande également "d’associer le ministère de la culture au groupe moteur d’ores et déjà constitué".

Extrait de touteduc.fr du 08.02.18 : Lutte contre le racisme et l’antisémitisme

Répondre à cet article