> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > POSITION - PROTESTATION > Protestation d’enseignants, parents et partenaires > Le 26 mai 2018 à Ivry-sur-Seine (94), 11èmes Rencontres nationales du GFEN : (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le 26 mai 2018 à Ivry-sur-Seine (94), 11èmes Rencontres nationales du GFEN : Dans et hors l’école, Réussir, ils en sont tous capables (en partenariat avec l’OZP)

26 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans et hors l’école
REUSSIR, ILS EN SONT TOUS CAPABLES !

11èmes Rencontres nationales "Dans et hors l’école. Réussir, ils en sont tous capables !" 26 mai, Ivry

Des inégalités...
L’éducation peine à enrayer les inégalités qui lui préexistent voire les renforce, rompant avec sa promesse de justice et le principe d’égalité. Aucun éducateur (qu’il soit parent, enseignant ou accompagnateur) ne peut s’en satisfaire. Quelles en sont les médiations ? La condensation
des populations précarisées est peu propice à la mixité sociale et scolaire, prive de stimulations réciproques, et les pratiques qui se différencient à la baisse pour les élèves estimés fragiles creusent les inégalités. S’agirait-il de nier les différences ?

Faire avec les différences sans les penser comme des inégalités
L’« indifférence aux différences » est tout aussi discriminatoire. Finalement, qu’elles soient négligées ou surestimées, cela révèle un aveuglement sociologique. Négligées, les différences sont perçues et traitées comme des données de nature soumettant les destins au seul mérite individuel, à une « égalité des chances » mystificatrice, ne faisant que rebondir sur les effets d’initiations familiales bien diverses. Surestimées, elles soumettent à des propositions appauvries les enfants et les jeunes estimés comme ayant de faibles capacités...

Tous capables !
Un défi à l’esprit de fatalité. Non pas donnée de nature mais objet de conquête, à éprouver au travers des pratiques. Fondement anthropologique que cette capacité de l’humain à échapper aux déterminismes, à surmonter les obstacles, à s’émanciper de ses limites. Les œuvres, savoirs et techniques témoignent de cette capacité à subvertir ce qui opprime, à s’extirper des pesanteurs du réel, à en accroître sa maîtrise.

Conjuguer égalité et diversité
Il revient aux éducateurs de passer les témoins de cette conquête socio-historique. Egalité d’ambition qui consiste à créer les conditions pour chacun de son propre dépassement, par le biais du collectif. Mettre en scène les problèmes, s’appuyer sur la pluralité des points de vue, solliciter à la fois l’imaginaire, la créativité et la raison critique sert l’appropriation culturelle et la construction identitaire, donnant à chacun « le meilleur des autres » pour qu’il puisse se construire... Ces 11èmes Rencontres croiseront ateliers, témoignages et interventions. Sont ainsi invités à intervenir :

- Serge BOIMARE, qui a été directeur pédagogique du Centre Claude Bernard de Paris, rééducateur, psychologue clinicien, auteur de : L’enfant et la peur d’apprendre (Dunod, 1999) et, Ces enfants empêchés de penser (Dunod, 2008) et qui suit actuellement des équipes
engagées sur ses pistes de travail.

- Anne BARRÈRE, Sociologue, professeure en sciences de l’éducation à l’université Paris Descartes ; auteure de nombreux ouvrages, dont : Travailler à l’école. Que font les élèves et les enseignants du secondaire ? (PUR, 2003) et, plus récemment : Au cœur des malaises enseignants (Armand Colin, 2017).

Ces Rencontres, soutenues par la ville d’Ivry-sur-Seine et par le Conseil Départemental du Val-de-Marne*, sont organisées en partenariat avec l’Observatoire des Zones Prioritaires et le Café Pédagogique.

Extrait de gfen.asso.fr : Reussir, ils en sont tous capables !

Participation aux frais d’organisation : 30 €
20 € pour les adhérent-e-s au GFEN / 5 € étudiant-e-s, chômeur-euse-s, précaires
Repas (par la Cantine des Bokhalés) : 12 € (s’inscrire au repas avant le 14 mai)
samedi 26 mai 2018

Répondre à cet article