> 4 - Débats/Product. OZP > Les 10 séminaires professionnels OZP (2008-2017) > Séminaire OZP 2 décembre 2017 : Quelles continuités pour construire des (...) > Ouverture du Séminaire professionnel OZP 2017 par Marc Douaire, président de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ouverture du Séminaire professionnel OZP 2017 par Marc Douaire, président de l’association (texte et vidéo intégrale)

9 décembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Séminaire OZP : Construire des collectifs professionnels dans les réseaux
Paris, 2 décembre 2017

OUVERTURE DU SEMINAIRE PAR MARC DOUAIR, PRESIDENT DEL’ASSOCIATION

Ce 10ème séminaire national de l’OZP se tient pour la première fois au lycée polyvalent D’Alembert à Paris. L’OZP tient à remercier chaleureusement la proviseure, Françoise Sturbaut, et son équipe pour leur accueil et la mise à disposition de leur établissement.

Ce séminaire veut s’inscrire dans la continuité des précédents qui ont été organisés depuis 2008. Rappelons les thématiques : les coordonnateurs des réseaux ( 2008 et 2009), les professeurs référents ( 2010), les pilotes ( 2011), les préfets des études (2012), les enjeux des fonctions spécifiques ( 2013), les leviers de la refondation de l’éducation prioritaire (2014), la formation des personnels (2015) et le cycle 3 (2016). A l’issue de chacun de ces 9 séminaires, les travaux engagés ont fait l’objet d’un relevé de conclusions. S’est ainsi constitué au fil des années un certain corpus centré sur les principaux acteurs de l’éducation prioritaire, les interactions professionnelles et les questions renvoyées à l’institution.

Ces 9 séminaires ont mis en évidence un certain nombre de déterminants pour la réussite de la refondation de l’Education prioritaire :
-  La nécessité d’une labellisation sans laquelle il ne peut y avoir de politiques publiques prioritaires
-  L’exigence d’une cohérence et d’une continuité éducative et pédagogique tout au long de la scolarité obligatoire permettant de favoriser la réussite des élèves les plus éloignés des codes et de l’implicite scolaires
-  Cette exigence appelle à la fois une transformation des pratiques professionnelles dans la classe et la construction d’un cadre professionnel efficient au sein du réseau d’éducation prioritaire

-  Ainsi, les changements professionnels engagés, qu’ils soient individuels ou collectifs, appellent obligatoirement
- une prise en compte institutionnelle en termes de :
o Accompagnement et dispositif de formation
o Reconnaissance des fonctions spécifiques qui ont émergé
o Mise en place de dispositifs de travail, d’échanges et de prises de décision démocratique au sein des réseaux
o Prise en compte des autres tâches que le temps en classe constituant aujourd’hui la réalité du métier enseignant
o Construction de partenariats éducatifs locaux

-  Bien entendu, la réussite de cette refondation de l’Education prioritaire requiert deux conditions majeures :
o La sanctuarisation de l’ensemble des ressources de l’Education prioritaire : postes, formations, effectifs, fonctions spécifiques, temps de concertation et moyens de remplacement, crédits …
o Le temps de la transformation est un temps long , souvent difficile, quelquefois incertain mais nécessaire pour conduire à la réussite les enfants des quartiers de relégation sociale. Ce temps ne saurait être celui de politiques, fondées, refondées puis abandonnées sans raison, celui du zapping incessant des priorités ministérielles, des discontinuités de pilotage politique national..

Où en est l’Education prioritaire en décembre 2017 ?

Des données :
-  Carte de l’éducation prioritaire : à la rentrée 2016
364 Rep+ accueillent 7% des écoliers et collégiens dans 364 collèges publics et 2470 écoles publiques. Ces 364 Rep+ se répartissent ainsi : 293 en métropole et 71 en outre-mer. Les principales académies concernées sont : Lille : 41, Créteil : 34 , Aix-Marseille : 32, Versailles : 24 et Lyon : 21
712 Rep accueillent 13% des élèves et collégiens se répartissant ainsi : métropole : 651 et outre-mer : 60

La scolarisation des enfants de moins de 3 ans à la rentrée 2016 : 22, 7% en Rep+, 19,5% en Rep contre 9,9% ailleurs. Rappelons qu’en 2015 l’objectif fixé par le ministère est de 50% en Rep+ et 30% en Rep.

Les élèves des Rep+ sont à près de 75% issus des catégories sociales défavorisées contre 60% en Rep et 37% ailleurs.

La mise en œuvre politique :
La question qui est posée est celle de la volonté ou non du nouveau ministre de poursuivre et d’accentuer la politique de refondation de l’Education prioritaire engagée en 2013/2014, après la consultation nationale sur l’Ecole de 2012. En d’autres termes, encourager, accompagner, renforcer l’action engagée depuis des années par les réseaux au nom du pragmatisme et de la bienveillance…
Ou bien tenter de déconstruire insidieusement les orientations politiques , les évolutions professionnelles, les innovations pédagogiques , comme cela a été pratiqué en 2010/2011 en remplaçant sans évaluation les RAR par Eclair, au nom du dogmatisme idéologique et de la défiance.
A cet égard, la déconstruction brutale du dispositif »Plus de maîtres que de classes » constitue un bien mauvais signal.
Si l’on se réfère au site du ministère de l’Education nationale, la politique d’Education prioritaire se poursuit. La grande affaire de la rentrée 2017 a été la mise en place à marche forcée de 2500 classes de CP à 12 élèves en Rep+, en ponctionnant les moyens de remplacement et déplaçant péremptoirement les postes de maîtres surnuméraires utilisés dans le dispositif « Plus de maîtres que de classes ».
Par ailleurs, le ministère rappelle l’importance du référentiel, du travail en équipe et de l’accompagnement et de la formation des personnels. Les déclarations officielles ne s’exonèrent pas d’un certain nombre d’imprécisions et d’ambiguïtés : le dédoublement des classes de CP en Rep+ et Rep annoncé par le ministre pour la rentrée 2018 ( 5600 classes concernées) n’est pas confirmé par le président de la République qui étalerait l’application de la mesure à la durée du quinquennat ; ainsi l’annonce d’une nouvelle carte prioritaire pour 2019 ( ce qui correspond aux engagements du gouvernement précédent) qui doit être à la fois territoriale et individuelle ; ainsi de la prime de 3000 euros promise aux personnels des Rep+ qui ne devrait commencer à se déployer qu’à partir de 2018.

Il est donc assez évident que la préparation de la rentrée scolaire 2018 donnera des indications fortes sur la volonté ministérielle de poursuivre, d’infléchir fortement ou d’abandonner la refondation de l’Education prioritaire engagée en 2013/ 2014 et qui doit être évaluée dans son ensemble en 2019.
La question de la continuité constitue donc un enjeu majeur pour la réussite de l’Education prioritaire.

 

« Quelles continuités pour construire des collectifs professionnels dans les réseaux ?
Le texte de synthèse de notre séminaire professionnel du 13 décembre 2014 « Les leviers de la refondation » soulignait l’importance de l’évolution des pratiques professionnelles et des métiers pour maximiser la réussite des élèves dans les Rep. Il précisait notamment :

-  L’évolution du métier enseignant implique de :
o Travailler avec d’autres enseignants et d’autres métiers, avec un recoupement des missions et des compétences professionnelles
o Généraliser des gestes professionnels pour traiter la difficulté scolaire
o Développer l’appartenance à un collectif professionnel piloté par les réseaux école-collège

-  L’évolution doit concerner aussi les métiers de l’encadrement et de l’administration :
o Travailler en prenant en compte les projets et les initiatives prises par les équipes
o Faire vivre les dispositifs dans le temps ( coùt en temps, en conflits, en besoins de coordination)

-  L’ingénierie de formation qui s’est développée chez certains coordonnateurs et professeurs référents doit devenir une compétence partagée.

 

8 propositions de l’OZP pour réussir la refondation de l’Education prioritaire
1- Sanctuariser les ressources de l’Education prioritaire.
Des moyens supplémentaires pour la transformation de l’action pédagogique, des postes spécifiques développés, du temps de concertation inter-degrés sur le temps de service, etc.
2- Consolider les réseaux école-collège : l’enjeu du cycle 3
3- Développer les pôles de formateurs Rep+ et garantir du temps pour le travail collectif
4- Accentuer la priorité à l’école primaire : élémentaire et maternelle
5- Faire en sorte que l’Education prioritaire soit réellement une politique prioritaire à tous les niveaux de l’institution scolaire
6- Développer un pilotage favorisant la création de collectifs professionnels
7- Faire évoluer la gestion des ressources humaines : prise en compte des besoins de l’Education prioritaire en termes d’affectation des personnels, d’encadrement et des situations des postes spécifiques ; reconnaissance du travail engagé par les réseaux
8- Organiser la convergence des forces éducatives des territoires prioritaires autour d’un projet social, éducatif et culturel.

Le texte du Nouveau Manifeste pour l’Education prioritaire. Janvier 2017

 

Voir la vidéo intégrale de l’intervention de Marc Douaire, président de l’OZP,
enregistrée par l’association RollerFootball (16:17)

Le site de RollerFootball

Voir aussi- sur le même site

 

Voir les comptes rendus OZP 2017 déjà en ligne
Séminaire OZP 2 décembre 2017 : Quelles continuités pour construire des collectifs professionnels dans les réseaux ?

Répondre à cet article