> 5 - Education prioritaire > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, rythmes, santé, internat...) > DECROCHAGE (12 SR) > Etudes (Décrochage) > "Le décrochage : une question politique" (4 p.) : un dossier du conseil (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Le décrochage : une question politique" (4 p.) : un dossier du conseil scientifique de la FCPE rédigé par Pierre-Yves Bernard (Cren)

6 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

LES NOTES DU CONSEIL SCIENTIFIQUE (FCPE)
N°4, septembre 2017
Le décrochage scolaire : une question politique
Pierre-Yves Bernard, Centre de recherche en éducation de Nantes

Face au désenchantement actuel sur les politiques publiques et sur leurs effets
dans la lutte contre les inégalités, il est un domaine où malgré tout les autorités
semblent pouvoir se targuer de résultats positifs : c’est celui de la lutte contre
le décrochage scolaire. Si on se réfère à l’indicateur du « taux de sortants
précoces » publié par l’Union européenne, la part des jeunes de 18 à 24 ans en
situation de décrochage est passée en France de 12,8 % en 2007 à 8,8 % en
2016. D’ailleurs, cette évolution peut être constatée pratiquement partout en
Europe, et notamment là où ce taux était très élevé au début des années 2000
 : en Espagne, en Italie ou au Portugal.

Dans de très nombreux pays, la lutte contre le décrochage scolaire a été placée
en haut de l’agenda politique. C’est le cas aux Etats-Unis depuis longtemps.
C’est là qu’est née l’expression décrochage scolaire (dropping out), et le taux
de décrochage scolaire y est considéré comme un indicateur sensible depuis
les années 1960. La préoccupation est plus récente en Europe. Elle s’est pleinement affirmée avec le sommet de Lisbonne en mars 2000, et l’objectif de
réduire la part des sortants précoces de l’école a été relancé en 2009 dans
le cadre stratégique « Education et formation 2020 ». Il y a là une forme de
paradoxe. Les responsables des politiques publiques désignent aujourd’hui le
décrochage scolaire comme un problème majeur, alors qu’il concerne bien
moins de sortants du système éducatif que par le passé. En 1980, ce sont 41 %
des jeunes de 18 à 24 ans qui sont sortis de l’école avec au mieux un brevet,
soit près de cinq fois plus qu’aujourd’hui. Et à l’époque, en France, l’expression
même « décrochage scolaire » est totalement inconnue.
Pourquoi le décrochage scolaire n’était-il pas un problème dans les années 1980 ? En quoi est-il aujourd’hui un problème ? Que nous dit cette évolution sur les politiques éducatives d’aujourd’hui ? [...]

Extrait de fcpe.asso.fr : Le décrochage scolaire une question politique

Répondre à cet article